Accueil > Critiques SĂ©ries, SĂ©ries > 24 – Live another day, critique

24 – Live another day, critique

posté le 24/07/2014 FredP

Jack is back ! voilĂ  ce que l’on clamait Ă  l’annonce de cette mini-sĂ©rie Ă©vĂ©nement de 24h en 12 Ă©pisodes. Et effectivement, Bauer est bien de retour avec sa recette Ă©prouvĂ©e jusqu’Ă  l’os, pour le plus grand plaisir de ses fans et le plus grand dĂ©sarroi de ses dĂ©tracteurs.

4 ans se sont Ă©coulĂ©s depuis les Ă©vĂ©nements de New-York qui ont mis Jack Bauer en fuite pour Ă©chapper aux russes. Mais alors que le prĂ©sident amĂ©ricain est en visite Ă  Londres pour promouvoir la rĂ©ussite de l’utilisation des drones, Jack refait surface. Au mĂŞme moment, une ancienne menace terroriste cherche Ă©galement vengeance et va dĂ©tourner les drones. La crise internationale n’est pas loin … et de quel bord est Jack ? Du bon cĂ´tĂ© Ă©videmment  ! Et ceux qui ne vont pas lui faire confiance ne vont, comme d’habitude, pas faire long feu. Il faut toujours Ă©couter Jack, tout le monde le sait, sinon c’est sĂ©ance de torture en vue.

Dès les premiers Ă©pisodes au rythme du tic tac de l’horloge qui nous avait bien manquĂ©, on retrouve clairement l’esprit de 24, comme si les 4 ans qui s’Ă©taient Ă©coulĂ©s n’avaient jamais eu lieu. Jack Bauer revient donc en pleine forme avec tout de suite quelques scènes de tortures, ses fameux « dam’it» , « on n’a pas le temps»  et « on n’a pas le choix» , ses personnages qui cachent forcĂ©ment quelque chose et ses traĂ®tres qui vont bientĂ´t se dĂ©voiler … tout comme la menace terroriste des premiers Ă©pisodes sera Ă©videmment l’arbre qui cache la forĂŞt avec des implication politiques plus importantes qu’on ne pouvait le penser.

La recette n’a pas changĂ© d’un poil Ă  ceci près que tout est ramassĂ© sur 12 Ă©pisodes au lieu de 24. Il n’y a donc pas de temps mort et très peu d’intrigues secondaires qui nous feraient perdre du temps. Ici, Jack (Kiefer Sutherland, Ă©gal Ă  lui-mĂŞme) va Ă  l’essentiel en transgressant toujours la hiĂ©rarchie et les règles pour aller libĂ©rer ChloĂ© et dĂ©busquer les terroristes comme il en a l’habitude. Pour les fans, peu de surprises, juste un peu d’adrĂ©naline sur un terrain balisĂ© que l’on parcoure Ă  toute vitesse sans laisser de place aux bons sentiments.

Ainsi, les retrouvailles entre Jack et Chloe (qui adopte maintenant le look gothique de hacker en fuite) se feront Ă  la vitesse de la lumière pour repartir dans une relation de travail que l’on connait et que l’on apprĂ©cie. De la mĂŞme manière, sa rencontre avec le prĂ©sident Heller qu’il avait connu sĂ©nateur ne vont pas avoir le temps de nous Ă©mouvoir et l’intrigue liĂ©e Ă  son ancien amour Audrey, fille du prĂ©sident, n’est pas le centre de l’intrigue et les consĂ©quences du derniers Ă©pisodes seront assez prĂ©cipitĂ©s pour ne pas se poser trop de question et ne pas s’appesantir sur les destins des personnages. Du cĂ´tĂ© des nouveaux personnages, pas le temps de mettre de relation en place non plus et ceux-ci correspondent donc bien aux archĂ©types de la sĂ©rie depuis les dĂ©buts Ă  l’instar de la nouvelle venue Yvonne Strahovski Ă©chappĂ©e de Chuck et Dexter qui reprend un peu le mĂŞme personnage qu’Ă©tait feue RenĂ©e Walker.

Evidemment, on pourra reprocher Ă  la sĂ©rie de ne pas avoir vraiment changĂ© et de rester dans le mĂŞme Ă©tat d’esprit post-11 septembre qu’Ă  ses dĂ©buts, sans d’adapter au monde d’aujourd’hui … mais ça aurait Ă©tĂ© nier ce qu’est 24 depuis ses dĂ©buts et se mettre les fans Ă  dos. Alors oui c’est un trip un peu rĂ©gressif à regarder toujours un peu au second degrĂ© tellement les ficelles sont toujours aussi Ă©normes, mais ça fait bien l’affaire.

Si ce petit retour de 24 n’est donc pas le grand Ă©vĂ©nement qui Ă©tait attendu au niveau des audiences, c’Ă©tait tout de mĂŞme satisfaisant. Complètement fidèle Ă  ce que l’on attend toujours de l’implacable Jack Bauer et des clichĂ©s de la sĂ©ries ce Live another day Ă©tait finalement une journĂ©e habituelle pour notre hĂ©ros et donc confortable pour les fans, sans surprise, mais toujours dans le rythme.

publié dans :Critiques Séries Séries

  1. Pas encore de commentaire