Accueil > Comics, Critique Comics > Swamp Thing – le Nécromonde

Swamp Thing – le Nécromonde

posté le 28/10/2014 FredP

Fin de la grande saga de Swamp Thing initiée par Scott Snyder et Yanick Paquette dans un 3e tome qui regroupe également les épisodes de la série-sœur Animal Man pour lutter contre le Necromonde. Une saga passionnante et fantastique de bout en bout qui montre que l’univers DC comics peut receler de pépites insoupçonnées.

Après un premier tome qui ressuscitait Alec Holland et le menait à redevenir Swamp Thing, avatar de la Sève, et un second tome qui le voyait affronter la nécrose et affirmer sa filiation avec l’avatar du Sang, Animal Man, les 2 séries de Scott Snyder et Jeff Lemire sont maintenant regroupées dans ce 3e tome. Il est temps de mettre fin à la menace de la nécrose et de son avatar Anton Arcane dans ce crossover entre les 2 séries : Nécromonde. Après avoir été piégés par Arcane à la fin du tome précédent, Swamp Thing et Animal Man débarquent sur Terre dans le futur où la Nécrose à réduit le monde à un état apocalyptique et où tous leurs proches sont morts. Les 2 héros séparés vont trouver chacun de leur côté les derniers bastions de survivants et mener le dernier assaut pour faire revenir l’équilibre entre les 3 forces du sang, de la sève et des cendres.

Si on sait d’emblée que le monde reviendra à la normale à l’issue de l’histoire et laissera l’univers DC inchangé, ce n’est pas forcément le cas pour les personnages. Et les deux scénaristes qui avancent main dans la main dans cette histoire bien maîtrisée ne manquent pas d’ambition pour nous emporter dans leur récit à grande échelle qui fait intervenir des héros déchus, des vilains qui veulent sauver le monde ou des entités mystiques. Le discours écologique des deux séries prend ici toujours autant d’importance, nimbé d’un désespoir de chaque instant.

Les 2 héros sont ici poussés dans leurs retranchements pour mener leur bataille et retrouver leurs proches perdus dans un récit aussi épique et fantastique que poétique. Et ceci est renforcé non seulement par l’annual qui retrace la rencontre entre Alec Holland et Abigail Arcane mais aussi par leur sublime fin. Jamais l’action ne prend le pas sur les combats intérieurs des personnages, leurs relations et leurs émotions. Et pourtant la mythologie propre à ces 2 séries n’est pas occultée et offre une dimension fantastique passionnante au récit qui s’avère assez dense et parfaitement maîtrisé dans son rythme.

Il faut ajouter à cela des dessins qui nous plongent dans cette ambiance apocalyptique de manière prégnante, rarement on n’a pu sentir un monde en putréfaction de cette manière. Le désespoir y est aussi présent que la menace indicibles et imprévisible. Evidemment, c’est Yanick Paquette qui réalise la prestation la plus remarquable (et ce, depuis le début de Swamp Thing) pour nous plonger dedans. Il développe en même temps une construction de ses cases assez poétique, donnant une certaine beauté à la mort qui en devient alors encore plus passionnante tout en rendant ce récit dense très agréable à lire.

Ce 3e tome de Swamp Thing conclue donc parfaitement cet arc presque parfait de Scott Snyder pour faire renaître la créature des marais et sa mythologie, nous offrant un aperçu du DC universe loin des super-héros et avec un bon pied dans le pur fantastique. Une belle et grande lecture et certainement ce que l’on a vu de mieux chez l’éditeur depuis longtemps. A lire absolument.

publié dans :Comics Critique Comics

  1. Pas encore de commentaire