Accueil > Cinéma, Critiques ciné > Monuments Men, critique

Monuments Men, critique

posté le 06/03/2014 FredP

George Clooney s’attaque Ă  la Seconde Guerre Mondiale pour sauver l’art avec ses potes, les Monuments Men. RĂ©sultat : un petit film, un Inglourious Basterds adouci Ă  la sauce Nespresso.

Il l’a prouvĂ© Ă  maintes reprises Ă  travers ses actions et ses production, George Clooney est un rĂ©alisateur, acteur, producteur et scĂ©nariste aussi talentueux qu’intelligent. Lorsqu’il dĂ©cide de s’intĂ©resser Ă  Ă©pisode un peu oubliĂ© de la Seconde Guerre Mondiale, cela pique forcĂ©ment notre curiositĂ©. A travers Monuments Men, il s’intĂ©resse donc Ă  un groupe d’intellectuels dont la mission sera de retrouver les Ɠuvres d’art dĂ©robĂ©es par les nazis. Menant l’enquĂȘte et avançant sur le front en mĂȘme temps que les soldats alors qu’ils n’ont pas eu l’expĂ©rience nĂ©cessaire au combat, il doivent faire vite avant qu’Hitler ne cherche Ă  tout dĂ©truire en rencontrant la dĂ©faite.

Sur le papier, le film a tout pour ĂȘtre l’un des plus intĂ©ressants du genre, Ă©voquant de nombreuses questions sur la guerre, sur le prix d’une Ɠuvre d’art par rapport Ă  la vie d’un homme, sur la culture face Ă  l’horreur de la guerre … tout ce potentiel reste comme une toile de fond pendant tout le film. On perçoit dans ce Monuments Men toute la profondeur du sujet et du discours que voudrait dĂ©clamer Clooney.

HĂ©las, dĂšs les premiĂšres images du film, il s’y prend assez mal. Sur un ton faussement lĂ©ger avec une musique en complet dĂ©calage (rappelant plus les films de seconde guerre des annĂ©es 50 qui la dĂ©dramatisaient sans arrĂȘt) avec la thĂ©matique pus solennelle du sauvetage de l’art, un malaise s’installe et il perdurera pendant tout le film. Car Monuments Men se veut ĂȘtre un film assez lĂ©ger, avec une ambiance plutĂŽt dĂ©contractĂ©e … tellement dĂ©contractĂ©e qu’il arrive un moment oĂč l’on se fiche complĂštement des enjeux de l’histoire et de tout ce qui se dĂ©roule Ă  l’Ă©cran.

Ainsi, les comĂ©diens (un magnifique casting avec Clooney, Matt Damon, Bill Murray, Cate Banchett, John Goodman et notre Jean Dujardin national) sont tous fort sympathiques mais ils ne dĂ©gagent pas grand chose de leurs personnages qui n’ont aucune profondeur. Si bien que lorsque certains laisseront leur vie pour l’art, c’est l’indiffĂ©rence qui rĂšgne. Toujours le cul entre deux chaises, le rĂ©alisateur Ă©choue Ă  la fois quand il essaie d’ĂȘtre un peu comique pour dĂ©tendre l’atmosphĂšre inexistante et quand il tente de donner une profondeur dramatique au film. Il manque vraiment un parti pris sur le ton du film et Ă©galement de l’Ă©nergie.

Fait de petites scĂšnes qui ne servent pas Ă  grand chose, Monuments Men enchaĂźne les clichĂ©s que l’on croyait avoir oubliĂ© depuis plus de 50 ans dans le cinĂ©ma de seconde guerre mondiale. Ici les amĂ©ricains sont les sauveurs de l’art et rien ne se met en travers de leur route … rien … mĂȘme pas un petit soldat qui garderait les endroits oĂč sont stockĂ©es les Ɠuvres d’art volĂ©es. Ici, on entre partout comme dans un moulin, sans soucis et on en repart comme on y est entrĂ©, sans aucun suspense, sans aucune menace crĂ©dible qui pourrait apporter un minimum de tension.

La seule impression qui reste de Monuments Men, en dehors du dĂ©plorable dĂ©dain avec lequel le thĂšme est traitĂ©, c’est que George Clooney a fait un film avec ses quelques potes entre deux publicitĂ©s pour le cafĂ©, comme ça, pour le plaisir. C’est assez gĂȘnant de voir ce qui pouvait ĂȘtre un grand film sur le papier devenir un tout petit film Ă  l’Ă©cran, surtout entre les mains d’un rĂ©alisateur que l’on croyait plus intelligent.

publié dans :Cinéma Critiques ciné

  1. 09/04/2014 Ă  14:43 | #1

    Salut,

    Je n’ai pas trouvĂ© ce film extraordinaire. Cependant, je trouve que le casting cinq Ă©toiles de ce titre rattrape bien le coup. Le jeu d’acteur prĂ©sent dans Monument Man a su remettre celui-ci au niveau et au final lui a permis d’ĂȘtre un succĂšs auprĂšs du public.

ï»ż