Accueil > Cinéma, Critiques ciné > Les Gardiens de la Galaxie, critique

Les Gardiens de la Galaxie, critique

posté le 29/07/2014

Marvel s’envole pour un espace lointain et un pari os√© avec les Gardiens de la Galaxie. Le r√©sultat est celui attendu, un space op√©ra qui va √† 100 √† l’heure et reste imperturbablement cool.

Apparus en m√™me temps que les comics les plus connus comme les 4 Fantastiques ou Spider-Man dans les ann√©es 60, les Gardiens de la Galaxie n’ont jamais vraiment connu le succ√®s, m√™me quand le grand Jim Starlin redonnait toutes ses lettres de noblesse √† l’univers cosmique de Marvel avec le personnage de Thanos. Il faudra alors v√©ritablement attendre la fin des ann√©es 2000 et la reprise en main de toute la gamme cosmique par le duo Dan Abnett – Andy Lanning pour qu’une nouvelle version de l’√©quipe puisse enfin √™tre reconnue par les lecteurs. Aussi, lorsque Marvel Studios cherche de nouveaux concepts √† transposer √† l’√©cran apr√®s le c√īt√© mythologique et fantasy de Thor ou le film historique et d’espionnage de Captain America, l’id√©e d’adapter les Gardiens de la Galaxie vient naturellement.

Le pari est os√© car ces gardiens sont loin des personnages iconiques qui ont √©t√© d√©velopp√©s jusqu’ici et qui √©taient au moins l√©g√®rement pr√©sents dans les esprits. Ici il s’agit plus de contrebandiers, de voleurs et meurtrier dont certains ont des allures de raton-laveur ou d’arbre g√©ant monophrase. En plus de cela, il s’agit d’un tout autre genre auquel s’attaque le studio (le space op√©ra) et il le confie un sale gosse nomm√© James Gunn, qui a offici√© dans l’√©curie de la s√©rie B voir Z de Trauma et s’est fait connaitre avec le petit film horrifique Horribilis et avec la com√©die satirique Super. Un chien fou qui va imprimer toute sa personnalit√© au film tout en tenant compte de l’esprit Marvel qui lui a √©t√© impos√©. Il en r√©sulte donc une aventure spatiale d√©jant√©e, men√©e tambour battant.

Les Gardiens de la Galaxie nous emm√®ne donc dans un espace lointain, aux c√īt√©s de l’humain Peter Quil qui a √©t√© √©lev√© par une bande de voleurs et qui, apr√®s avoir d√©rob√© une orbe magique, se retrouve traqu√© et emprisonn√© avec plusieurs mercenaires et autres tueurs parmi lesquels la verte Gamora, le raton-laveur Rocket et son complice Groot ou encore l’impr√©visible Drax. Mais cette aventure va leur donner un but commun qui leur permettra d’apprendre √† se connaitre et √† former un groupe uni.

Car c’est l√† que r√©side la plus belle r√©ussite des Gardiens de la Galaxie, dans son groupe de personnage que l’on ne perd jamais de vue et auquel on s’attache facilement malgr√© tout le d√©luge d’action, d’humour, d’√©motion et de personnages secondaires qu’il y a autour d’eux. Avec sa composition de personnage plus que cool, Chris Pratt domine bien le casting et, √† la mani√®re de ce que pourrait √™tre l’aventure d’un jeune Han Solo, il imprime ici sa personnalit√© pendant tout le film alors que Rocket et Groot ne sont pas que des faire-valoir ¬†mais de vrais personnages d√©gageant une histoire¬†particuli√®re, agressive pour le premier, plus √©colo-po√©tique pour le second. Ils forment ensemble un groupe vraiment uni qui r√©v√®le bien tout son potentiel dans le dernier acte.

A c√īt√© de ces personnages, on pourra peut-√™tre avoir un peu de mal √† accrocher au d√©but avec la pl√©thore d’enjeux et de personnages qui sont mis en place alors que l’histoire est on ne peut plus simple (tous les personnages sont √† la poursuite de cet artefact recherch√© par les plus grand vilains de la galaxie). L’action d√©marre d√®s le d√©but, pour ne plus jamais s’arr√™ter, ne prenant finalement que tr√®s peu de temps pour d√©velopper ses personnages pleinement et surtout pour exposer l’univers. James Gunn va vite, tr√®s vite (trop vite ?) dans cette grand course poursuite aussi rythm√©e qu’un grand huit. Et pourtant le r√©alisateur arrive √† trouver un √©quilibre assez efficace entre sc√®nes d’action qui explosent la r√©tine, sc√®nes comiques vraiment dr√īles et √©motions bien amen√©es, le tout enrob√© d’une BO qui va ravir les oreilles avec du Bowie, du Jackson 5 ou encore les Runaways.

Les fans pourront peut-√™tre √™tre d√©√ßus par le traitement arch√©typal du vilain qu’est Ronan (Lee Pace en fait beaucoup trop pour tenter d’exister), par la repr√©sentation tr√®s lisse et sans personnalit√© du Nova Corps, par l‚Äôallure assez peu sexy et mortelle de Gamora ou par le manque de sauvagerie d’un Drax qui passe plus de temps √† regretter sa famille disparue qu’√† se battre. Mais ils devraient par contre √™tre ravi de voir tout de m√™me tout ce qui est mis en place dans ce spectacle. Il nous reste maintenant √† esp√©rer que la suite d√©j√† annonc√©e aille plus en profondeur dans la mythologie de cet univers et dans l’histoire de ces personnages.

publié dans :Cinéma Critiques ciné

  1. kiki
    17/08/2014 à 23:36 | #1

    Je sors de la salle de visionnage √† l’instant m√™me !
    Une impression de floue artistique plane dans l’air, mais j’ai assur√©ment pass√© un tr√®s bon moment, il y a de tr√®s tr√®s bonnes choses dans ce film, une r√©ussite !! J’ai appr√©ci√©

  2. Sandrine
    24/08/2014 à 23:19 | #2

    Oui pas mal, moi c surtout les musiques qui m’ont marqu√© totalement fabuleuse

ÔĽŅ