Accueil > Cinéma, DVD > Légendes Vivantes (Anchorman 2), critique

Légendes Vivantes (Anchorman 2), critique

posté le 20/06/2014 FredP

Les comédies américaines de Will Ferrell ont toujours autant de mal à décoller en France. Du coup, la suite des aventures culte de Ron Burgundy sortent directement en vidéo. Par manque de drôlerie ou par manque de public ?

Les comédies US avec les stars du Saturday Night Live ne fonctionnent que très rarement en France. Après plusieurs échecs, le genre est du coup resté cantonné à de simples sorties techniques que les distributeurs se traînent comme des boulets, sachant pertinemment que ces films ne rencontreront pas leur public en salle (ou surtout, ne sachant toujours pas comment les vendre). C’est ainsi que le premier volet d’Anchorman, passé très rapidement au statut de film culte au pays l’Oncle Sam, est sorti chez nous en catimini, restant l’objet de culte d’une minime partie du public. 10 ans plus tard, Will Ferrell remet sa moustache avec la même équipe pour une suite qui a encore quelques choses à dire mais qui n’évite pas non plus la redite et qui n’aura donc chez nous que les honneurs de la vidéo.

Après un premier volet très plaisant où l’on faisait connaissance avec notre présentateur vedette Ron Burgundy, animateur des news (ou plutôt simple, talentueux et idiot lecteur de prompteur) qui se voyait mis à mal avec l’arrivée d’une femme ambitieuse. Décalage des années 70, sexisme, inculture assumée, moustache et pattes d’eph étaient au menu d’une comédie qui pouvait être comparée à une version journalistique amerloque de notre OSS 117 national. Avec quelques guests, quelques gags qui font mouche sur une intrigue somme toute prévisible et sans grand coup de génie, on passait un bon moment, sans plus.

Avec le retour des Légendes Vivantes, Ron Burgundy et ses acolytes reforment l’équipe de journalistes losers pour lancer la première chaîne de télé 100% infos. Avec évidemment un concurrent de taille avec le présentateur télégénique campé par James Marsden et surtout la femme de Burgundy sur une chaîne concurrente. C’est alors reparti pour une nouvelle gloire de Will Ferrell suivie d’une chute et d’une nouvelle rédemption avant que sa bêtise de lui sauve la vie, son poste et sa famille.

L’histoire est donc complètement balisée, d’autant plus qu’elle reprend parfois des éléments du précédent volet sans vraiment les renouveler. Cependant quelques trouvailles comme la cascade en camping-car, l’approfondissement du personnage de Steve Carrell lorsqu’il tombe amoureux d’une Kristen Wiig aussi lunaire que lui ou encore cette superbe idée d’inscrire le film à un moment de grand chamboulement de l’information à la télévision sont là pour continuer à nous faire sourire.

C’est d’ailleurs cette dernière idée combinée avec la bêtise des informations délivrées par l’équipe de choc de Burgundy avec un manque total de journalisme et d’objectivité qui fait l’intérêt du film tant il représente bien ce que sont devenues les informations et l’absence de crédibilité qu’elles ont cultivé au fil des années. Et puis pour la surprise, il y a ce final qui reprend complètement une idée du premier volet mais qui est cette fois décuplée par la présence d’une bonne flopée de guest star venues rigoler un peu.

Ce nouveau volet des aventures de la clique de Ron Burgundy n’ont donc toujours rien de révolutionnaire (que ce soit dans son intrigue prévisible ou sa réalisation assez plate), encore moins quelque chose de surprenant et ne reste donc qu’une comédie qui n’est pas désagréable à regarder.

publié dans :Cinéma DVD

  1. Pas encore de commentaire