Accueil > Cinéma, Critiques ciné > En vrac : Two Faces of January et Palo Alto

En vrac : Two Faces of January et Palo Alto

posté le 12/06/2014 FredP

2 films sortent ce mois de juin sur lesquels il n’y a pas grand chose Ă  dire alors autant les regrouper dans un mĂŞme article, mĂŞme si ils n’ont rien en commun. Parlons donc de Two Faces of January et Palo Alto.

Quand le scĂ©nariste de Drive passe derrière la camĂ©ra pour adapter l’un des romans de l’auteur du Talentueux Monsieur Ripley, il a droit Ă  un casting 3 Ă©toiles : Viggo Mortensen, Kirsten Dunst et Oscar Isaac. On pouvait donc en espĂ©rer un thriller au soleil aussi classe que rempli de suspense. HĂ©las, si la classe est bien lĂ  grâce Ă  la pĂ©riode Ă  laquelle se dĂ©roule le film (la Grèce touristique des annĂ©es 60) et Ă  une photographie travaillĂ©e, on dĂ©chantera assez vite.

En effet, dans cette histoire de couple de riches pris dans quelques complots mafieux mĂŞler Ă  l’attirance Ă©prouvĂ©e pour le jeune guide local se rĂ©vèle bien vite sans grand intĂ©rĂŞt. Le rythme est lent, les personnages ont des attitudes plus qu’irritantes (en particulier Kirsten Dunst qui minaude comme jamais) et il n’y a surtout aucun sens du suspense. Si bien que lorsqu’un coup de théâtre arrivera, c’est plutĂ´t le fou rire qui guette si l’on ne s’est pas dĂ©jĂ  endormi.

Dommage, sur le papier, nous aurions pu avoir un bon revival des l’Ă©poque de Plein Soleil. Mais Ă  l’Ă©cran, c’est un polar tout ce qu’il y a de plus ennuyeux qui nous est montrĂ©. Pour voir le soleil, autant rester dehors que voir ce Two Faces of January.

Après le patriarche, les enfants, les neveux et cousins, place Ă  la nouvelle gĂ©nĂ©ration de la famille Coppola avec la petite fille de Francis Ford et nièce de Roman et Sofia. La jeune Gia Coppola rĂ©alise donc son premier film, Palo Alto d’après les nouvelles Ă©crites par James Franco. La jeune rĂ©alisatrice nous fait alors entrer dans le quotidien de gosses de riches livrĂ©s Ă  eux-mĂŞmes entre dĂ©couvertes d’histoires de sexe, d’alcool, de drogue et de voiture.

Si le film se laisse regarder avec une atmosphère spleenesque enivrante et des personnages profondĂ©ment humains bien jouĂ©s par Emma Robert, James Franco ou encore les rĂ©vĂ©lations Nat Wolff et Jack Kilmer (fils de Val), il dĂ©veloppe tout de mĂŞme un Ă©norme sentiment de dĂ©jĂ  vu. Car ce type de film, ce genre d’ambiance et ces personnages, on les a dĂ©jĂ  vu dans beaucoup de films ados et indĂ©s et en particulier dans les films de la tante de la jeune Gia. En effet, si le discours a l’air personnel, il est exactement le mĂŞme que celui de Sofia Coppola, sans la maĂ®trise de l’Ă©criture et l’originalitĂ© de l’Ă©poque. Du coup, on passe rapidement Ă  cĂ´tĂ©.

publié dans :Cinéma Critiques ciné

  1. Pas encore de commentaire