Accueil > Cinéma, Culte du dimanche > Culte du dimanche : Willow de Ron Howard

Culte du dimanche : Willow de Ron Howard

posté le 20/07/2014

Aujourd’hui, plong√©e dans l’univers fantastique de George Lucas avec le film qui a cl√ītur√© la petite vague fantasy qui √©tait n√©e dans les ann√©es 80 : Willow.

Apr√®s avoir conclu (temporairement) sa saga Star Wars, George Lucas s’est surtout concentr√© sur la production et l’√©criture, notamment avec le succ√®s d’Indiana Jones mais aussi avec des films plus dispensables et qui auront du mal √† connaitre les faveurs du public, √† l’instar de Labyrinthe ou Howard le canard. Toutefois, comme les ann√©es 80 et certaines √©volutions technologiques ont permis un retour de la fantasy avec Excalibur, Conan le Barbare ou Legend, il se met √† √©crire un projet qu’il avait d√©j√† en t√™te avant Star Wars : Willow.

Toutefois, ne souhaitant toujours pas repasser derri√®re la cam√©ra et ayant une bonne experience avec sa collaboration avec Steven Spielberg, il se met √† chercher un r√©alisateur qui pourra mettre son sc√©nario en images. Il jette alors son d√©volu sur Ron Howard qui cherche justement √† s’affranchir de son √©tiquette de petit r√©alisateur de com√©die, sa seule approche du fantastique √©tant Cocoon. Voil√† donc le r√©alisateur parti en Nouvelle-Z√©lande et au Pays de Galles pour r√©aliser une petite √©pop√©e √©pique.

Comme souvent avec Lucas, les histoires sont simple et celle-ci sert surtout √† mettre en vedette l’acteur Warwick Davis qui interpr√©tait un ewok dans le Retour du Jedi. L’acteur incarne donc un membre du paisible peuple des Nelwyn qui recueille un b√©b√© qui s’av√®re √™tre la future princesse d’une certaine proph√©tie qui pourrait enfin mettre fin au r√®gne de terreur de la sorci√®re Bavmorda. Sur son chemin, il croisera deux petits elfes, une magicienne prisonni√®re d’un sortil√®ge et le voleur au grand coeur Madmartigan incarn√© par Val Kilmer mais aussi et surtout des hordes d’ennemis √† la recherche du b√©b√©. Aventure et magie sont donc au programme d’une histoire finalement sans grande surprise pour qui connait un peu le genre et surtout destin√©e √† un public tr√®s familial.

Si le r√©alisateur se montre efficace dans sa r√©alisation, celle-ci reste tout de m√™me sans grand g√©nie, √† la hauteur du sc√©nario de Lucas qui ne vole pas bien haut et ne va pas chercher tr√®s loin son message disant que m√™me les plus petits √™tre peuvent changer le cours des choses. Toutefois, il faudra reconna√ģtre au r√©alisateur et au producteur l’envie d’assurer un minimum le spectacle avec un grand monstre √† deux t√™tes hideux et surtout en mettant au point une nouvelle technologie pour perfectionner comme jamais le morphing lorsque la magicienne passe √† travers plusieurs √©tats animaux.

M√™me si il n’a pas sp√©cialement bien vieillit et a l’air aujourd’hui assez d√©suet, il s’en d√©gage tout de m√™me un certain charme, et surtout il a permit √† Ron Howard de montrer qu’il pouvait avoir plusieurs cordes √† son arc, tout comme il a confirm√© la naissance de carri√®re de Val Kilmer apr√®s son second r√īle dans Top Gun. Sans grande originalit√©, le film n’aura qu’un succ√®s modeste et sera m√™me l’un derniers repr√©sentants de la fantasy dans ann√©es 80 avant que celui-ce ne renaisse de ses cendres plus flamboyant que jamais avec le Seigneur des Anneaux de Peter Jackson.

publié dans :Cinéma Culte du dimanche

  1. 26/07/2014 à 10:56 | #1

    J’adore ! Un de mes meilleurs souvenirs d’enfance… 4/4

ÔĽŅ