Accueil > Cinéma, Culte du dimanche > Culte du dimanche : the Fall

Culte du dimanche : the Fall

posté le 13/04/2014 FredP

Ce dimanche, retour sur l’une des plus belles expĂ©riences visuelles des annĂ©es 2000 avec le sublime The Fall.

PrimĂ© pour le clip de REM Losing my Religion et rĂ©alisateur de publicitĂ© (dont le cĂ©lèbre match de foot contre des dĂ©mons pour Nike avec Eric Cantona), Tarsem Singh a dĂ©veloppĂ© un sens de l’image et de l’iconographie particulièrement poussĂ© qu’il mettra Ă  profit dans son premier film, the Cell. Dans ce film, Jennifer Lopez pĂ©nĂ©trait littĂ©ralement dans l’esprit d’un serial killer autorisant alors au rĂ©alisateur une grande exubĂ©rance visuelle macabre et impressionnante s’inspirant souvent des plus glauques des Ĺ“uvres d’art. Le rĂ©sultat Ă©tait visuellement bluffant et mĂŞme si le succès n’Ă©tait pas forcĂ©ment au rendez-vous, on pouvait bien imaginer que le rĂ©alisateur pouvait nous offrir plus tard d’autres expĂ©riences de cinĂ©ma du mĂŞme acabit. Il jette alors son dĂ©volus sur le scĂ©nario d’un film bulgare des annĂ©es 80 pour l’adapter Ă  sa manière avec un tournage dans les plus beaux endroits du monde qui dura 4 ans.

Dans the Fall, nous plongeons dans les annĂ©es 1920 et  nous intĂ©ressons Ă  un cascadeur de cinĂ©ma blessĂ© se retrouvant Ă  l’hĂ´pital et se liant d’amitiĂ© avec une gamine qui y fait Ă©galement un sĂ©jour après s’être cassĂ© le bras. Leur amitiĂ© prendra vĂ©ritablement forme dans l’histoire fantastique que le cascadeur va lui raconter et dans laquelle elle s’immergera complètement au point que le rĂ©cit s’imbriquera d’une certaine manière dans la rĂ©alitĂ©.

En effet, plus le rĂ©cit d’aventure exotique avance, plus nous prenons conscience que celui-ci s’inspire Ă©normĂ©ment de ce qu’a vĂ©cu le cascadeur avant d’arriver Ă  l’hĂ´pital : une relation amoureuse qui a mal tournĂ©, une trahison importante … l’amenant Ă  des envies de mettre fin Ă  ses jours. Le rĂ´le de la jeune fille sera donc primordial pour le sauver, Ă  la fois dans l’histoire et dans la vie.
Mais en plus de cette vision dĂ©formĂ©e de la rĂ©alitĂ© et du pouvoir des histoires et lĂ©gendes, the Fall est Ă©galement un hommage aux dĂ©buts du cinĂ©ma, Ă  la magie de ces images qui sont alors une nouvelle manière de raconter des histoires. Le choix d’un cascadeur des dĂ©buts du cinĂ©ma et les images de fin montrant ce plaisir enfantin ne trompent pas sur la volontĂ© qu’a le rĂ©alisateur de montrer la puissance du rĂ©cit Ă  travers les mots ou les images.

Mais au delĂ  de son discours parfois simpliste et de son histoire dans l’histoire qui peut parfois pĂŞcher par manque de rythme, the Fall est avant tout une vĂ©ritable expĂ©rience visuelle, une symphonie d’images ! En effet, le rĂ©alisateur mĂ©lange de nombreuses influences dans les personnalitĂ©s de ses hĂ©ros, dans les lieux magnifiques qui sont parcourus (l’Inde y est forcĂ©ment beaucoup reprĂ©sentĂ©e), les costumes, … Ne recourant que rarement aux effets visuels, ici tout est dans l’usage de la photographie avec des plans magistraux qui rendent justice aux paysages et dĂ©cors, reflĂ©tant l’immensitĂ© onirique du dĂ©sert ou la poĂ©sie de certaines morts. Autant inspirĂ© par l’art Ă©trange d’un Dali que par les documentaires de Ron Fricke, Tarsem Singh dĂ©veloppe un univers visuel particulièrement marquant en y apportant une Ă©motion et un sens du rĂ©cit et de l’iconographie de ces personnages qui lui est propre.

Il n’Ă©tait alors pas Ă©tonnant que David Fincher et Spike Jonze se soient portĂ©s producteur de ce film atypique mais Ă´ combien sublime et envoutant. HĂ©las, le film sortira de manière confidentielle (directement en vidĂ©o en France) sans donner Ă  Lee Pace l’occasion de se faire connaitre auprès du grand public ou au rĂ©alisateur de dĂ©velopper d’autres projets aussi personnels. Seuls des projets de commande comme les Immortels ou Blanche-Neige seront confiĂ©s Ă  Tarsem Singh et si il arrivera Ă  y apporter sa patte dans certains costumes ou dans quelques images, ils ne sont certainement pas Ă  la hauteur de ce qu’il a dĂ©ployĂ© sur the Fall.

publié dans :Cinéma Culte du dimanche

  1. TaO
    19/04/2014 Ă  11:55 | #1

    Un film que j’ai achetĂ© immĂ©diatement Ă  sa sortie en dvd, puis en blu ray, vous allez souffrir visuellement tant le gĂ©nie dĂ©ployĂ© ici est immense. La faiblesse vient du scĂ©nario, trop dĂ©cousu, trop superficiel, mais cette oeuvre est sublime !!