Accueil > Cinéma, Culte du dimanche > Culte du dimanche : Love Actually de Richard Curtis

Culte du dimanche : Love Actually de Richard Curtis

posté le 28/12/2014 FredP

Les fĂŞtes de fin d’annĂ©e, c’est bien le moment de replonger dans des films plein d’amour. Et quoi de mieux pour cela que l’ultime comĂ©die romantique, proposant sa vision de l’amour sous toutes ses formes avec un casting hors norme et Ă©videmment une sensibilitĂ© so british. Place au culte Love Actually !

Avec son premier succès en tant que scĂ©nariste, Quatre Mariages et un Enterrement qui rĂ©vĂ©la Hugh Grant, le britannique Richard Curtis a fait de la comĂ©die romantique son genre de prĂ©dilection en Ă©crivant Ă©galement Coup de Foudre Ă  Notting Hill et l’adaptation du Journal de Bridget Jones. Lors de son passage Ă  derrière la camĂ©ra en 2003, il Ă©tait donc naturel de montrer le sentiment amoureux et il va le faire Ă  travers de multiples points de vues dans Love Actually qui deviendra rapidement un phĂ©nomène et un film culte immanquable de NoĂ«l.

Car Love Actually est un grand film chorale comme il y en a peu, surtout rĂ©ussie (on ne parlera pas des Valentine’s Day ou Happy New Year qui ont tentĂ© en vain de le copier par exemple). Le film commence par une triste scène quelques semaines avant NoĂ«l, un enterrement qui est l’occasion de nous prĂ©senter certains des nombreux personnages que nous allons croiser pendant tout le film. Au programme : un veuf qui va apprendre Ă  revivre avec son beau-fils, un couple mariĂ© dont le meilleur ami est amoureux de la mariĂ©e, un Ă©crivain qui va s’isoler en France et tomber amoureux de sa femme de mĂ©nage, une rock star has been qui sort un tube de NoĂ«l, une employĂ©e qui rĂŞve de son bellâtre de collègue, le premier ministre anglais et sa secrĂ©taire ou encore un mari qui trompe sa femme avec une employĂ©e qui ne fait que l’aguicher ou un couple timide de doublures de films porno et quelques autres.

Les portraits sont nombreux et le fil rouge reste superficiel mais il n’en reste pas moins que l’on s’attache rapidement Ă  ces personnages, mĂŞme si tout n’est pas heureux (un homme nouvellement veuf, un autre dont l’amour est impossible, un couple qui va se dĂ©chirer). Au final, ce qui compte, c’est ‘ambiance globale du film, ce Londres Ă  l’ambiance romantique de NoĂ«l, et les diffĂ©rentes histoires qui abordent toutes les facettes de l’amour, du plus enthousiaste au plus triste, du plus innocent au plus timide, du plus maladroit au plus fou. Et on ne parle pas seulement de personnes qui tombent amoureuses mais aussi d’amour amical, parental ou fraternel, ce qui donne une belle richesse Ă  la thĂ©matique abordĂ©e et qui ne nous laisse pas voir le temps passer.

Il faut dire que le film recèle de nombreuses scènes qui sont soit très drĂ´les comme la danse du premier ministre ou l’emballage de papier cadeau par un employĂ© très appliquĂ©, ou incroyablement touchantes comme cette dĂ©claration d’amour en pancarte pour laquelle on ne peut que fondre ou la dĂ©claration de ce gamin qui est amoureux de sa camarade de classe, chanteuse au spectacle de NoĂ«l. Tout cela sonne parfois appuyĂ©, d’autres fois complètement juste, ce qui donne au film une vraie variĂ©tĂ© de tons.

Sans oublier Ă©videmment l’incroyable casting qu’a rĂ©ussit Ă  rassembler le rĂ©alisateur pour l’occasion, rempli d’habituĂ©s des films qu’il a scĂ©narisĂ© (Hugh Grant, Emma Thompson ou Colin Firth), de stars incontournables du cinĂ©ma britannique comme Alan Rickman, Liam Neeson, Bill Nighy (rĂ©compensĂ© aux Baftas pour son rĂ´le de rock star dĂ©jantĂ©e), Keira Knightley, Rowan Atkinson, l’incroyable Laura Linney et de futures stars que nous connaissons bien aujourd’hui (Martin Freeman, Andrew Lincoln, Chiwetel Ejiofor, Thomas Sangster ou January Jones et Rodrigo Santoro), sans compter la plĂ©iade de guests venues faire un tour pour l’occasion (Billy Bob Thornthon, Claudia Schiffer, Denise Richard, Elisha Cuthbert). Rien que ça !

Le rĂ©sultat est donc un vĂ©ritable film d’amour qui rĂ©chauffe le cĹ“ur et l’accueil dans les salles Ă©tait Ă  la hauteur de l’amour que le film donnait, un vĂ©ritable succès et un statut aujourd’hui culte car il s’agit sans aucun doute de l’un des films qui revient le plus souvent dans tous les classements des meilleurs films Ă  regarder Ă  NoĂ«l. Alors on ne boude pas son plaisir, on prend un chocolat chaud, une couverture, on allume la cheminĂ©e et on met Love Actually Ă  la tĂ©lĂ©.

publié dans :Cinéma Culte du dimanche

  1. Pas encore de commentaire