Accueil > Comics, Critique Comics > Walking Dead, tome 17 : Terrifiant

Walking Dead, tome 17 : Terrifiant

posté le 12/02/2013 FredP

Avec ce 17e tome renfermant le 100e numéro de la série, Walking Dead prend un nouveau tournant et nous laisse encore une fois la gorge serrée.

Après avoir mis en place un nouveau contexte pour la bande de Rick dans le tome prĂ©cĂ©dent, Robert Kirkman est maintenant prĂŞt Ă  bousculer un peu ses personnages. Il faut dire qu’avec le 100e numĂ©ro de la sĂ©rie, l’auteur se devait de marquer le coup et ce sera bien le cas avec un vĂ©ritable tournant et la disparition de l’un de nos personnages prĂ©fĂ©rĂ©s. Après avoir conclu un accord avec la Colline et ramenĂ© des vivre dans sa ville fortifiĂ©e, les hommes du redoutable Negan s’en prennent Ă  tout le monde. Le savoir faire de l’Ă©quipe de Rick en terme de survie va alors se rĂ©vĂ©ler indispensable pour les repousser mais Negan rĂ©serve bien des surprises et nos hĂ©ros vont se retrouver dans une situation inĂ©dite contre laquelle ils ne peuvent rien faire.

Avec l’Ă©pisode de la Colline, on pensait que la vie de nos hĂ©ros allait s’amĂ©liorer, en particulier près les Ă©pisodes difficiles qui ont forgĂ© leur caractère et nous ont fait croire qu’ils pouvaient survivre Ă  tout. Mais voilĂ , le rayon de soleil a bien vite Ă©tĂ© recouvert part des nuages noirs et voilĂ  que Rick, qui Ă©tait d’une certaine manière arrivĂ© au sommet de la chaĂ®ne alimentaire, va voir ces certitudes bousculĂ©es par un nouvel ennemi, bien plus redoutable que tout ce qu’il a affrontĂ© jusqu’Ă  maintenant.

Ce nouvel ennemi, Negan, se rĂ©vèle donc ĂŞtre le chef d’une vĂ©ritable armĂ©e de survivants violents et on comprend bien vite pourquoi la Colline s’Ă©tait laissĂ©e faire par ce nouveau dictateur qui se montre en quelques images bien plus cruel que ne l’Ă©tait le Gouverneur. Il va abattre Rick Ă  la fois physiquement mais aussi mentalement puisque notre ex-shĂ©rif va ĂŞtre contraint de satisfaire certaines de ses demandes. Une position qu’il n’a jamais pris dans la sĂ©rie. Mais tel un chien acculĂ©, il pourrait bien rebondir ensuite pour survivre.

Si l’on reprochait souvent Ă  Kirkman de garder le mĂŞme schĂ©ma narratif qui tournait en boucle avec des variantes, cette fois ce n’est plus vraiment le cas ou en tout cas par un moyen plus dĂ©tournĂ©. Rick bien installĂ© n’a pas vraiment l’intention de bouger et connait une situation inĂ©dite, ses certitudes et toutes celles du groupes qui s’attendait Ă  vivre tranquillement sont sĂ©rieusement bousculĂ©es et, sans changer de cadre, ils vont devoir adopter un autre mode de vie pour toujours survivre et garder leur libertĂ©. Car maintenant que la menace des zombies n’est quasiment plus lĂ , ce n’est plus tant de survie dans un monde dĂ©vastĂ© dont il est question mais de conserver sa libertĂ© lĂ  oĂą s’installe maintenant la loi du plus fort et Ă  ce titre, les personnages qui ont le plus d’espoir se seront pas forcĂ©ment les mieux rĂ©compensĂ©s.

Comme Ă  son habitude, Robert Kirkman arrive naturellement Ă  cette nouvelle situation et nous offre des monologues et dialogues particulièrement bien Ă©crits provocant la colère du lecteur autant qu’il arrive Ă  nous Ă©mouvoir lors de la disparition d’un personnage qui nous tient vraiment Ă  cĹ“ur depuis très longtemps. Et Charlie Adlard au dessin suit bien le mouvement en nous montrant des atrocitĂ©s qui font mal au lecteur et en imposant de nouveaux personnages charismatiques. On ne ressortira pas indemne des planches qu’il nous propose pour cet anniversaire de la sĂ©rie.

Si on avait pris un rythme de croisière sur les derniers tomes depuis que le groupe de Rick avait pris possession de la ville, les cartes sont Ă  nouveau rebattue pour bousculer les personnages avec un nouvel ennemi qui va certainement marquer durablement la sĂ©rie et son orientation mais jamais perdre son intĂ©rĂŞt, comme une Ă©volution naturelle des mĹ“urs des survivants de Walking Dead. Le 100e numĂ©ro de ce tome est ainsi Ă  la hauteur de l’attente et on a bien du mal Ă  tourner certaines pages devant l’intensitĂ© du climax. Encore une fois, la lecture est rapide mais particulièrement intense !

publié dans :Comics Critique Comics

  1. Pas encore de commentaire