Accueil > Cinéma, Critiques ciné > the Bling Ring, critique

the Bling Ring, critique

posté le 06/06/2013 FredP

PrĂ©sentĂ© Ă  Cannes en ouverture de la sĂ©lection Un Certain Regard, The Bling Ring, le nouveau film de Sofia Coppola avec son gang d’ados bourgeois cambrioleurs de stars dĂ©barque maintenant au cinĂ©ma. Rassurez-vous, tant que vous ne portez pas de marques de luxe, vous ne risquez rien.

Après la dĂ©ception qu’Ă©tait son très personnel Somewhere, on attendait impatiemment que Sofia Coppola revienne nous offrir un film plus rythmĂ© et un peu moins vide. C’est donc dans un fait divers qu’elle trouve cette fois son inspiration. En  2008 et 2009, un groupe d’ados friquĂ©s de Los Angeles, The Bling Ring, commence Ă  cambrioler les maison des stars (on ne croirait pas comme ça, mais c’est très facile d’entrer chez Paris Hilton).

Le sujet est donc idĂ©al pour la rĂ©alisatrice puisqu’elle peut alors faire le portrait de l’adolescence Ă  la dĂ©rive d’aujourd’hui, entre quĂŞte de cĂ©lĂ©britĂ© virtuelle et coups bas purement Ă©goĂŻstes. D’une certaine manière, c’est donc dans la droite lignĂ©e de tout ce qu’elle a pu dĂ©velopper dans sa filmographie Ă  base d’ados qui s’ennuient et le milieu des stars qui perd son sens.

Et le film commence plutĂ´t bien, de manière rythmĂ©e, on fait la connaissance de ces personnages qui n’ont d’yeux que pour l’image, la superficialitĂ© de cĂ©lĂ©britĂ©s du calibre de Paris Hilton. Mais malgrĂ© leur futilitĂ© et leur vanitĂ© on s’attache tout de mĂŞme rapidement Ă  ces ados qui s’ennuient et qui cherchent au fond simplement un peu de reconnaissance et vont alors mal tourner. Alors les premiers cambriolages sont plutĂ´t sympas et mĂŞme assez drĂ´les Ă  suivre, rĂ©unissant Ă  la fois l’absurditĂ© de ces gosses de riches cherchant Ă  voler des sacs Ă  mains de marque (oui le placement de produit est bien lĂ ) et cette petite et discrète excitation Ă  l’idĂ©e de violer l’interdit, d’autant plus chez des personnes chez qui ça ne prĂŞte pas Ă  de grosses consĂ©quences.

Pourtant, si le film dĂ©marre bien, Sofia Coppola ne cherche malheureusement pas par la suite Ă  dĂ©velopper davantage la personnalitĂ© de ces ados et leurs motivations (la gloire, le contexte familial, l’Ă©cole …) . Elle se contente de montrer et de rĂ©pĂ©ter sans cesse les mĂŞmes dialogues et scènes de braquage et mĂŞmes des tĂ©moignages que l’on retrouvera par la suite. Simple tĂ©moin extĂ©rieur de l’affaire, elle ne cherche pas Ă  approfondir plus que cela son propos, se contentant de semer des graines intĂ©ressante sur cette adolescence perdue et Ă©gocentrique, ne voyant le succès qu’en s’affichant en soirĂ©es sur Facebook, sans jamais aller jusqu’au bout et en multipliant les ellipses.

Évidemment, de part son sujet, et mĂŞme si le traitement est radicalement diffĂ©rent, on ne pourra s’empĂŞcher de comparer ce glamour pimbĂŞche Ă  la grossièretĂ© faussement arty de Spring Breakers. Et de ce cĂ´tĂ©, on peut dire que Sofia Coppola marque des points en nous laissant tout de mĂŞme nous attacher aux personnages malgrĂ© leur superficialitĂ©, nous immisçant par bribes dans leurs histoires personnelles (la vie de famille du personnage d’Emma Watson, sous exploitĂ©e, avec sa mère un peu barrĂ©e campĂ©e par Leslie Mann est Ă  ce titre assez plaisante et on regrette que ce petit discours sarcastique n’ai pas Ă©tĂ© davantage exploitĂ©).
Mais aussi parce que la rĂ©alisatrice garde son sens de la mise en scène très classe capturant des instants dans toute leur puretĂ©. La rĂ©alisatrice n’a pas besoin de faire dans la dĂ©monstration et de montrer les filles se trĂ©mousser en bikini pendant 90 minutes pour faire passer son idĂ©e de l’ado type de Beverly Hills. Toutefois, on n’aurait pas crachĂ© sur un peu plus de trash de sa part pour faire bouger tout cela.

Nous aguichant rĂ©gulièrement dans le vide, the Bling Ring est effectivement un film qui n’ose pas aller au bout de ses idĂ©es et de son propos par excès de pudeur mais il s’en dĂ©gage tout de mĂŞme un sentiment touchant autant qu’agaçant pour ces apprenties cambrioleuses de riches.

publié dans :Cinéma Critiques ciné

  1. 30/06/2014 Ă  07:17 | #1

    gĂ©nial j ai bien aimĂ© moi il y a quel que choses une histoire continuer c’est pas mal bibi bon courage !