Accueil > CinĂ©ma, DVD > Test bluray – le Hobbit, un voyage inattendu – version longue

Test bluray – le Hobbit, un voyage inattendu – version longue

posté le 12/11/2013 FredP

Le 13 novembre est l’occasion de reprendre une tradition que nous avait offert Peter Jackson avec le Seigneur des Anneaux, celle de la version longue avec son making-of exhaustif. Cette Ă©dition du Hobbit – Un Voyage Inattendu est-elle Ă  la hauteur de son illustre aĂ®nĂ© ? Verdict.

Peter Jackson a toujours aimĂ© en offrir plus Ă  ses fans pour leur permettre d’explorer plus avant les univers qu’il mettait en scène. C’est ainsi qu’est arrivĂ©e son idĂ©e constante des version longue qu’il avait commencĂ© Ă  mettre en place avec FantĂ´mes contre FantĂ´mes et qu’il avait continuĂ© avec son King Kong. Mais c’est surtout avec les versions longues du Seigneur des Anneaux, vĂ©ritables mètre-Ă©talon du principe, qu’il en a popularisĂ© le principe, ajoutant entre 15 et 45 minutes de scènes inĂ©dites et passionnantes suivant les films, mais surtout en y annexant 2 disques remplis de bonus sur la fabrication des films, de l’Ă©criture Ă  la sortie.

Il Ă©tait donc tout naturel que le Hobbit puisse Ă©galement profiter de ces versions longues. Mais voilĂ , Ă  force d’ajouter dĂ©jĂ  Ă  la base beaucoup de matière pour faire 3 films Ă  partir du livre de Tolkien, il n’y a plus grand chose Ă  ajouter aux version longues et ce ne sera qu’un petit quart d’heure qui sera ici en supplĂ©ment. La plupart des ajouts se font assez naturellement dans de nombreuses scènes et il faudra parfois bien connaitre la version cinĂ©ma pour repĂ©rer la diffĂ©rence, d’autant plus que ce ne sont pas forcĂ©ment des scènes très marquantes ou qui auront des incidences sur la suite
Cela dit, ces supplĂ©ments nous permettent d’en savoir un peu plus sur le non-respect des nains envers les elfes, d’approfondir la personnalitĂ© de Thorin ou de faire quelques rapprochements supplĂ©mentaires avec le Seigneur des Anneaux tout en ajoutant des chansons supplĂ©mentaires (pour les nains et le roi gobelin). Pour tout cela, l’essentiel des changement se trouve surtout dans le prologue ou dans toute la sĂ©quence se dĂ©roulant Ă  Fondcombe.

Mais plus que les petits ajouts dans le film qu, ce sont les deux disques de making of qui vont nous intĂ©resser avec pas moins de 9 heures d’informations. Pour bien montrer la continuitĂ© avec le Seigneur des Anneaux, ces appendices sont donc numĂ©rotĂ©s 7 et 8. Le premier disque est donc consacrĂ© au tournage du film Ă  travers un documentaire de 4h30 allant de la prĂ©paration du film jusqu’au clap de fin. N’hĂ©sitant pas Ă  parler des soucis de production pour mieux comprendre la difficile genèse du projet (entre la rĂ©cupĂ©ration des droits, les problèmes financiers de la MGM, la collaboration et l’abandon final de Guillermo Del Toro, le sĂ©jour Ă  l’hĂ´pital de Peter Jackson, …), le making off va s’attarder un moment sur la prĂ©-production (Ă©criture et prĂ©paration) mais sera surtout l’occasion de dĂ©couvrir les diffĂ©rentes conditions de tournage suivant les scènes en dĂ©cor naturel ou en studio. Arrivant Ă  capter aussi bien l’aspect très personnel de ce tournage (Ian McKellen yant du mal Ă  tourner une scène est Ă©mouvant) que sa machinerie Ă©norme (le nombre de camions en dĂ©placement, les dĂ©cors Ă©normes, …), jamais on n’est lassĂ© par les images et les tĂ©moignages qui permettent de comprendre l’Ă©tat d’esprit respectueux dans lequel a Ă©tĂ© rĂ©alisĂ© le film.

Le second disque sera quand Ă  lui centrĂ© sur la construction des personnages, des dĂ©cors et des chansons Ă  travers plusieurs modules constituant encore 4h30 de bonus Ă  savourer. De la conception et du casting des nains Ă  la recherche de Bilbo en passant par la crĂ©ation des gobelins et des costumes, la reconstruction de hobbitbourg ou la composition de Misty Mountains. Ici, nous dĂ©couvrons la conception de tous ces Ă©lĂ©ments en prĂ©-production et sur le plateau mais aussi en post-production avec les effets spĂ©ciaux. Il sera par contre dommage de ne pas avoir plus de dĂ©tails sur la 3D, le 48fps (informations se trouvant sur le bluray de la version cinĂ©ma qui auraient pu ĂŞtre complĂ©tĂ©es) ou de ne pas approfondir d’autres Ă©lĂ©ments de post-production comme les bruitages, la finalisation des effets visuels, le montage, la bande-originale… qui sont trop rapidement expĂ©diĂ©s.

Cela-dit, ces 9 heures de documentaires passionnants se rĂ©vèlent dĂ©jĂ  particulièrement instructives, drĂ´les, parfois touchantes et permettent de voir tout ce beau monde Ă  l’œuvre, de comprendre les intentions artistiques de Peter Jackson pour obtenir le meilleur flm possible. Si l’on est amateur de ce genre de making-of exhaustif, cette version longue du Hobbit – Un Voyage Inattendu est donc indispensable.

A noter : le coffret 3D comprend le film en 3D sur 2 blurays et l’image est exceptionnelle, les couleurs et dĂ©tails pullulant, le film version longue en 2D sur 1 bluray et 2 dvd et les 2 disques de bonus.

publié dans :Cinéma DVD

  1. 15/11/2013 Ă  11:35 | #1

    Enorme trilogie !