Accueil > Cinéma, Critiques ciné > Lincoln, critique

Lincoln, critique

posté le 24/01/2013 FredP

CalibrĂ© pour les Oscars, l’attendu Lincoln de Spielberg est une grande leçon d’histoire pour passionnĂ©s mais un brin poussiĂ©reuse.

Il en aura fallu du temps Ă  Steven Spielberg avant de tourner son biopic de Lincoln. Le projet a mĂŞme Ă©tĂ© tellement repousĂ© que Liam Neeson s’est senti trop vieux pour le rĂ´le qui sera finalement offert Ă  Daniel Day-Lewis qui n’attendait que ce personnage historique pour entrer dĂ©finitivement dans la lĂ©gende. Avec Lincoln, Spielberg et son scĂ©nariste Tony Kushner (Munich) adaptent le livre Team of Rivals portant sur les derniers mois de la vie du prĂ©sident amĂ©ricain alors qu’il met fin Ă  la Guerre de SĂ©cession et abolit l’esclavage.

Soyons tout de suite bien clairs, ceux qui attendaient un minimum de bataille pour illustrer le conflit entre les Ă©tats du Nord et du Sud seront bien déçus car toute l’action a Ă©tĂ© complètement Ă©ludĂ©e du film. En effet, Lincoln est ce qu’on appelle un « film de chambre» . Tout se dĂ©roule entre les manigances dans les bureaux du prĂ©sident et les dĂ©bats et votes dans la chambre des reprĂ©sentants, dans de longs dialogues politiques avec une reconstitution prĂ©cise et impeccable.

Ce n’est pas la première fois que Spielberg parle d’esclavage et cela ne lui a pas vraiment portĂ© chance. Après Amistad, peut-ĂŞtre le message passera-t-il mieux ici ? Pas forcĂ©ment car si on n’est pas fĂ©ru de dĂ©bats politiques et historique, on risque fortement d’ĂŞtre laissĂ© sur le carreau. Pourtant la leçon d’histoire est vraiment intĂ©ressante mais assez complexe Ă  suivre et, en ce sens, le film va beaucoup plus fasciner les amĂ©ricains que le public international.

Ce qui est aussi Ă©tonnant avec Lincoln, c’est la transformation de complète de Spielberg derrière la camĂ©ra. En effet, le rĂ©alisateur qui nous a toujours habituĂ© Ă  une certaine Ă©nergie et de belles Ă©motions oublie ici tout cela et livre un film d‘un acadĂ©misme assez dĂ©routant, donnant l’impression de regarder un très beau tableau poussiĂ©reux de ce vote historique. Très beau car Ă©videmment, chaque image est simplement magnifique grâce Ă  la photo du fidèle Janusz Kaminski mais poussiĂ©reux car tout cela est bien statique avec un prĂ©sident sans arrĂŞt prĂ©sentĂ© Ă  contre jour devant une fenĂŞtre, comme une ombre, un fantĂ´me veillant sur le peuple amĂ©ricain.

Assez froid dans son approche, on ne pourra pas cette fois reprocher Ă  Spielberg d’en faire trop dans l’Ă©motion ou dans l’approche partisane de l’histoire. En effet, c’est un portrait assez dĂ©tachĂ© que livre le rĂ©alisateur. Bien entendu, il se montre assez tendre avec le personnage (qui passe surtout son temps Ă  raconter des histoire comme un père Ă  son enfant) mais n’oublie pas non plus les vies qu’il a sacrifiĂ© pour faire passer ce vote contre l’esclavage afin de rĂ©tablir finalement la paix. On s’Ă©tonnera par contre du peu de place laissĂ© Ă  la famille (thème d’habitude cher au rĂ©alisateur) qui passe ici complètement Ă  la trappe (les scènes avec Sally Field et Joseph Gordon Levitt ne servent pas Ă  grand chose sinon Ă  montrer une facette plus intime du prĂ©sident qui nous importe peu).

Si on se perd parfois dans les bavardages, Spielberg a tout de mĂŞme amenĂ© un casting en bĂ©ton armĂ© oĂą Ă©videmment Daniel Day-Lewis est impeccable dans le rĂ´le du prĂ©sident humain et rempli de convictions mais en face de lui, il y a du beau monde avec la gueule renfrognĂ©e de Tommy Lee Jones ou les larmes un brin Ă©nervantes de Sally Field mais celui qui Ă©tonne le plus, c’est finalement Lee Pace dans l’opposition qui fait vraiment preuve de caractère et nous sort de l’immobilisme dont souffre le film.

Effectivement, ce Lincoln est très beau et passionnant dans les thèmes qu’il aborde mais il ne rĂ©vèle finalement qu’une facette du prĂ©sident le plus lĂ©gendaire des USA dans un portrait sans grande Ă©motion ni entrain. Si on n’aime pas le style, ce sera donc difficile de suivre le film pendant ses 2h30 malgrĂ© tout l’intĂ©rĂŞt que l’on porte Ă  Spielberg et Daniel Day Lewis. A dĂ©faut d’un grand film, c’est une grande leçon d’histoire.

publié dans :Cinéma Critiques ciné

  1. 01/02/2013 Ă  18:24 | #1

    Bonjour, j’ai trouvĂ© ce film froid et sans âme. Quand le 13ème amendement est votĂ©, on devrait ĂŞtre Ă©mu aux larmes, se lever pour applaudir: et bien non. MĂŞme la mort de Lincoln (un plan parmi tant d’autre) m’a laissĂ©e indiffĂ©rente. Bonne après-midi.

  2. 01/02/2013 Ă  18:49 | #2

    Pour faire contre Ă©cho Ă  Dasola moi j’ai pleurĂ© Ă  la fin… Un très beau film, sans doute trop bavard pour beaucoup mais chaque ligne de dialogue Ă  un fond qui importe. Le meilleur Spielberg depuis longtemps… 4/4

  3. genevievedelattre
    28/02/2013 Ă  20:08 | #3

    Une leçon d’Histoire? Alors pour très grand public!Parce-que les ellipses historiques sont Ă©normes (le discours de Gettysburg,le triomphe de Richmond),ellipses qui rĂ©duisent le personnage Ă  une pensĂ©e monolithique « la fin,si elle fait avancer l’humanitĂ©,justifie les moyens);onj n evoit rien de l’Ă©volution intellectuelle et psychologique du personnage,tout est dĂ©jĂ  jouĂ©:la scène du vote est totalement théâtralisĂ©e,les recruteurs de votes dĂ©mocrates ressemblent aux pieds nickelĂ©s;c’est très faible au nivea

  4. genevievedelattre
    28/02/2013 Ă  20:11 | #4

    C’est très faible m^me au niveau des dĂ©bats politiques;seul bon point;la place accordĂ©e Ă  Thaddeus Stevens qui effectivement a Ă©tĂ© dĂ©terminant pour ce treizième amendement;c’est si faible au niveau historique que je trouve les scènes intimes plus fortes!

  5. 02/03/2013 Ă  02:15 | #5

    J’ai beau ĂŞtre un fĂ©ru d’histoire et de politique amĂ©ricaine, Lincoln de Spielberg est un biopic sans saveur et souffre d’une rĂ©alisation beaucoup trop acadĂ©mique, d’une longueur interminable et d’un ennui profond. Seuls Daniel Day-Lewis et Tommy Lee Jones sauvent le film avec leurs numĂ©ros d’acteurs. Les dĂ©bats politiques sont pauvres et tellement clichĂ©s que n’importe quel Ă©pisode de l’excellente sĂ©rie The West Wing sur la politique amĂ©ricaine est mieux Ă©crit et rĂ©alisĂ© et plus intĂ©ressant.