Accueil > Actu cinĂ©, CinĂ©ma, Critiques cinĂ©, Festivals > L’Etrange Festival 2013, 3e partie

L’Etrange Festival 2013, 3e partie

posté le 16/09/2013 FredP

Voilà, débuté le 5 septembre, le 19e Étrange Festival vient de se terminer ce weekend. Petit retour sur les derniers films découverts et évidemment, le palmarès !

Pour se terminer en beautĂ©, samedi c’Ă©tait journĂ©e rigolade Ă  l’Étrange Festival avec tout d’abord le brĂ©silien Man from the Future, l’histoire sans grand surprise d’un professeur de physique qui arrive Ă  remonter dans le temps et qui va alors chercher Ă  rendre sa vie meilleure pour retrouver son amour d’ado. Évidemment, tout va dĂ©raper et le rĂ©sultat du paradoxe temporel sur sa vie sera assez lamentable. Il faudra bien 3 bons quarts d’heure avant que le film ne trouve laborieusement son rythme et que l’on commence Ă  dĂ©velopper une quelconque empathie pour son hĂ©ros qui se la joue Retour vers le Futur du pauvre. Le film se veut finalement ĂŞtre une petite comĂ©die romantique sans prĂ©tention (hormis de coller des lens-flares dans les sĂ©quences de souvenir Ă  rendre JJ Abrams jaloux) mais Ă©choue rapidement dans sa mission vu le nombre de clichĂ©s Ă©culĂ©s et sa fin prĂ©visible et longue Ă  venir.Pour tout dire, le film, en compĂ©tition, n’a Ă©tĂ© diffusĂ© que dans la petite salle et sans prĂ©sentation, ça veut tout dire non ?
Heureusement, après ça, on pouvait apprĂ©cier dans les pĂ©pites du festival le dĂ©lirant Cheeseburger Film Sandwich, film Ă  sketches de John Landis, Joe Dante et quelques autres de leur amis. Attention Ă  ne pas confondre avec Hamburger Film Sandwich, mĂŞme si celui-ci se trouve dans la mĂŞme lignĂ©e. Les diffĂ©rents rĂ©alisateurs partent donc d’un film/fil conducteur intitulĂ© Amazon Women on the Moon pour proposer une compilation de programmes courts souvent hilarants, parodiant ce qui se faisait alors Ă  la tĂ©lĂ©vision, sans limites. Ainsi le sketch d’ouverture cartoonesque est suivit d’une balade Ă©rotique avant que ne dĂ©barque l’histoire d’un vieux coincĂ© dans une tĂ©lĂ© ou la rĂ©ponse au mystère de l’identitĂ© de Jack l’Eventreur, sans oublier le très drĂ´le fils de l’homme invisible, un nouveau moyen pour les filles d’Ă©viter un rendez-vous foireux et une vision très juste du travail de critique … C’est plein d’idĂ©es, ça tombe juste Ă  chaque fois sans ĂŞtre vulgaire, bref, c’est un fou rire dĂ©licieusement culte !

Avant la clĂ´ture du festival, nous nous intĂ©ressons Ă  Borgman qui avait Ă©tĂ© prĂ©sentĂ© Ă  Cannes. Le rĂ©alisateur nĂ©erlandais Alex Van Warmerdam nous emmène dans une intrigue Ă©trange, remplie de mystère, d’absurde et de noirceur. Pour le pitch : Un homme qui vivait dans la foret dĂ©barque dans une maison de bourgeois et va commencer Ă  s’immiscer dans la vie de la petite famille. Les vĂ©ritables intentions de cet homme et de son entourage qui interviendra ne sont pas du tout expliquĂ©es et jouent entre le cĂ´tĂ© psychopathe ou la pointe de surnaturel pour nous montrer comment il peut arriver Ă  dĂ©truire une famille. Ovni assez froid avec un humour sec, si on accroche y se prend au jeu, les autres seront rebutĂ©s.

Puis, avant le dernier film arrive le palmarès de cette bonne cuvĂ©e 2013 de l’Étrange Festival. CĂ´tĂ© court-mĂ©trage, c’est l’Ă©trange The Voice Thief d’Adan Jodorowsky avec Asia Argento qui remporte Ă  la fois le prix Canal+ et le prix du public. CĂ´tĂ© longs, c’est donc le russe The Major de Yury Bykov qui remporte le grand prix Nouveau Genre (Ă©videmment, on l’a loupĂ©) tandis que le dĂ©connant Why don’t you play in Hell de Sono Sion est rĂ©compensĂ© très justement par le public. VoilĂ  un palmarès allĂ©chant, digne de la rĂ©putation du festival.

Enfin, c’est Haunter, le nouveau film de Vincenzo Natali (Cube) qui avait la lourde charge de clĂ´turer cet Étrange Festival. Malheureusement, la dĂ©ception pointe vite le bout de son nez dans cette histoire de fantĂ´mes bien trop Ă©tirĂ©e en longueur. Des choix artistiques douteux, un jeu assez Ă  la ramasse (Abigail Breslin se demande ce qu’elle fait dedans), des twists prĂ©visibles et dĂ©jĂ  vus, bref, on ne va pas tirer l’ambulance et juste se dire que le film aurait Ă©tĂ© très bien au format d’un Ă©pisode de Masters of Horror ou la Quatrième Dimension mais ici, ça ne fonctionnement malheureusement que trop rarement et l’on se demande bien oĂą est passĂ©e la subversion du rĂ©alisateur et sa maĂ®trise du petit budget.

Cette conclusion en demi-teinte n’Ă©teindra toutefois pas notre impression d’un Étrange Festival encore une fois rĂ©ussi et qui propose toujours un programme particulièrement riche en pĂ©pites, rĂ©vĂ©lations et sensations. Vivement la 20e Ă©dition de l’annĂ©e prochaine !

publié dans :Actu ciné Cinéma Critiques ciné Festivals

  1. Pas encore de commentaire