Accueil > Cinéma, Critiques ciné > Blood Ties, critique

Blood Ties, critique

posté le 28/10/2013 FredP

Guillaume Canet plonge dans les années 70 pour réaliser le remake des Liens du Sang à New York avec un joli casting : Blood Ties.

En 2008, Guillaume Canet est tellement absorbĂ© par les Liens du Sang qu’il tourne sous la direction de Jacques Maillot avec son amis François Cluzet que le film ne le quittera pas et qu’il dĂ©sire alors en rĂ©aliser un remake amĂ©ricain afin de replonger dans les films de gangsters qui ont bercĂ© les annĂ©es 70. Une première expĂ©rience amĂ©ricaine en toute indĂ©pendance, soutenue par James Gray au scĂ©nario. Sur le papier, le sujet sent plutĂ´t bon car si le film français peinait Ă  trouver ses marques, on pouvait y dĂ©celer une histoire fraternelle très intĂ©ressante. Et surtout, Canet a largement fait ses preuves avec le très efficace Ne le Dis Ă  Personne. Son association avec le rĂ©alisateur surdouĂ© de the Yards et la Nuit nous appartient avait donc de quoi nous intriguer.

Pour reprendre l’histoire, Chris est libĂ©rĂ© pour bonne conduite après plusieurs annĂ©es de prison. Son frère, flic, est lĂ  pour le remettre dans le droit chemin malgrĂ© leurs choix de carrière complètement opposĂ©s. Leurs retrouvailles vont Ă©videmment mal tourner quand Chris va replonger et que les femmes vont s’en mĂŞler.

On le sait, l’histoire a bien du potentiel mais pourtant, cette nouvelle version du film va aussi avoir du mal Ă  trouver son rythme et son sujet. Par manque d’ambition ou peut-ĂŞtre par excès d’humilitĂ© face aux rĂ©fĂ©rences qu’il a en tĂŞte, Blood Ties est bien indĂ©pendant et sort du carcan de ce qui se fait en ce moment mais il manque certains excès shakespeariens, une vision d’ensemble et l’adoption d’un point de vue plus personnel pour nous emporter. En effet, le rĂ©alisateur ne s’intĂ©resse qu’en surface Ă  ces deux frères opposĂ©s et n’ose pas assez entrer dans la sphère intime de ses personnages. C’est dommage car c’Ă©tait sans doute la chose Ă  faire pour le rendre plus viscĂ©ral.

D’autant qu’il avait tout de mĂŞme un casting de haut vol pour faire de ses personnages des figures mĂ©morables du genre. Clive Owen (que l’on aimerait bien voir plus souvent dans ce genre de rĂ´le), Billy Crudup, Matthias Shoenaerts, James Caan, Marion Cotillard (en prostituĂ©e Ă  l’accent polonais fort prononcĂ©) et ZoĂ© Saldana sont impeccable une fois qu’ils sorte du jeu « Ă  la française»  que leur impose parfois le rĂ©alisateur. Ils forment un ensemble cohĂ©rent dans l’univers des 70′s que dĂ©crit le rĂ©alisateur (ou fantasme plutĂ´t, tant cette vision semble plus issue des films que de la rĂ©alitĂ©).

Heureusement, au bout d’une heure, le rythme commence Ă  prendre et Ă  nous embarquer dans cette histoire. C’est aussi le moment oĂą les personnages vont enfin interagir de manière plus naturelle et oĂą les graines semĂ©es dans la première partie vont se dĂ©ployer, de manière dramatique ou non selon les personnages. Mais malgrĂ© ce regain d’intĂ©rĂŞt, le film peine toujours Ă  trouver l’essence des personnages, Ă  les Ă©viter pour parier sur le non-dit et l’ellipse plutĂ´t que sur l’affrontement direct et brutal qui aurait apportĂ© du caractère au film.

Au final, comme son homologue français, Blood Ties reste donc une histoire Ă  fort potentiel jamais exploitĂ© comme il se doit, voyant trop petit alors que la galerie de personnage aurait pu apporter beaucoup plus de profondeur et de matière Ă  ce qui qui reste en permanence en surface, comme si Guillaume Canet restait lĂ , Ă  admirer les films qu’il idolâtre sans jamais tenter d’arriver Ă  leur niveau alors qu’il le pourrait et c’est dommage. Du coup le film reste intĂ©ressant mais laisse un goĂ»t de trop peu.

publié dans :Cinéma Critiques ciné

  1. 01/11/2013 Ă  17:50 | #1

    Dur… Moi j’ai beaucoup aimĂ©, certe ça manque d’ampleur et de nervositĂ© comparĂ© au grand classique seventies mais au jour d’aujourd’hui ça reste au-dessus du panier… 3/4

  2. 15/11/2013 Ă  15:30 | #2

    excellent film