Accueil > Cinéma, Critiques ciné > American Nightmare, critique

American Nightmare, critique

posté le 30/07/2013 FredP

Un concept prometteur qui abouti sur un simple home invasion, American Nightmare (the Purge en VO) fait office de pétard mouillé mais reste une petite curiosité.

Imaginez, dans un futur proche, la violence aux États-Unis est devenue tellement importante qu’une nouvelle loi est passĂ©e pour permettre Ă  tout le monde de profiter de 12 heures pendant lesquelles toutes les activitĂ©s criminelles (incluant le meurtre) sont permises, sans aucune intervention des forces de l’ordre. 12 pendant lesquelles vous serez le chat ou la souris. Et apparemment le principe fonctionne puisque la violence a diminuĂ©, le chĂ´mage a baissĂ©, … Bref, une nuit de violence permet de vivre en paix le reste du temps. VoilĂ  un pitch passionnant, plutĂ´t malin  et politiquement incorrect, nous rappelant combien sont les instincts humains sont bas, et dĂ©nonçant alors la fondation des USA dans le sang et les armes.

HĂ©las, si le contexte imaginĂ© par James DeMonaco est vraiment très intĂ©ressant, le scĂ©nariste et rĂ©alisateur va se concentrer seulement sur le vĂ©cu de l’Ă©vĂ©nement par une famille bourgeoise (celle d’un vendeur de systèmes de sĂ©curitĂ© permettant d’Ă©chapper au massacre justement), transformant alors ce qui promettait une dystopie passionnante sur les travers des USA en un simple film de « home invasion»  puisqu’une bande va tenter d’entrer chez eux par effraction. Le concept ne sert alors que de simple contexte (justification) Ă  cette histoire on ne peut plus simple.


C’est vraiment dommage d’en arriver lĂ  quand on voyait que le concept permettait de donner un bon coup de pied dans la fourmilière bien pensante amĂ©ricaine. Heureusement, il reste encore quelques trace de cette verve quand il dĂ©crit quelques couples bourgeois hypocrites s’autorisant des coups de feu sur les moins fortunĂ©s ou quand ceux qui profitent de ce système s’en prennent plein la tĂŞte mais cela ne dure qu’un temps ne n’occupe pas tout le film qui ne dure (heureusement) qu’1h20.

En simple « home invasion» , American Nightmare se montre pourtant Ă  quelques moments efficace. Certaines attaques sont assez bien filmĂ©es avec une bonne tension et les jeunes fils de riches sont horripilants comme il faut pour avoir envie de les tuer de la pire manière qui soit. Mais il est aussi dommage de tomber dans de grosses facilitĂ©s (le mĂ´me geek avec sa planque et son robot) avec des personnages parfois très bĂŞtes (la gamine est juste complètement cruche). Et si Ethan Hawke s’en sort Ă  peu près, il est bien dommage de ne jamais profiter du caractère sacrĂ©ment badass de Lena Headey (Game of Thrones, Dredd, 300, la sĂ©rie Terminator).

Au final, American Nightmare est donc coincĂ© par une histoire et des personnages jamais Ă  la hauteur de l’ambition de son concept et c’est bien dommage. Mais rien que pour ce dernier aspect, on pouvait ĂŞtre curieux de le voir.

publié dans :Cinéma Critiques ciné

  1. evaenllya
    30/07/2013 Ă  17:34 | #1

    j’aime bien le concept c’est bien dommage…

  2. 12/08/2013 Ă  12:10 | #2

    Surtout dommage que cette famille soit si peu intĂ©ressante ; Ă©pouse effacĂ©e, ado rebelle, gamin geek, mar bien sous tous rapports… Ce qui apporte un agacement mal venu… 2/4