Accueil > Comics, Critique Comics > X-Men : Schism & Regenesis

X-Men : Schism & Regenesis

posté le 07/09/2012 FredP

Avant qu’ils n’affrontent les Vengeurs dans un crossover qui devrait remettre les mutants sur le devant de la scène, il serait peut-ĂŞtre temps de faire un point sur ce que sont devenus les X-Men ces derniers temps suite aux remaniements de Schism et Regenesis.

Cela fait pourtant un moment que les X-Men n’ont pas beaucoup brillĂ© dans les comics. Car hormis quelques fulgurances ces dernières annĂ©es avec le run d’Ed Brubaker qui commençait fort avec Deadly Genesis et l’arc cosmique qui a suivit, ou encore le crossover Messiah Complex (et sa suite) qui sentait bon les annĂ©es 90, nous n’avons pas eu grand chose d’intĂ©ressant Ă  nous mettre sous la dent. En fait, il faudra plutĂ´t chercher du cĂ´tĂ© des sĂ©ries annexes comme X-Factor et (Uncanny) X-Force pour trouver de l’originalitĂ© et un esprit en dĂ©calage avec la sĂ©rie principale et mainstream. Sans doute la faute Ă  une gouvernance des Vengeurs de Bendis sur tout l’univers Marvel, mais aussi Ă  des auteurs moins inspirĂ©s (Matt Fraction est bien trop lisse pour donner de la personnalitĂ© Ă  une sĂ©rie) les mutants sont donc passĂ©s complètement Ă  la trappe.

Cette annĂ©e, Marvel a donc dĂ©cidĂ© de faire bouger les choses. Tout d’abord avec l’arc Schism. L’objectif initial de la saga Ă©tait d’Ă©tablir dans les mutants la mĂŞme situation qui Ă©tait arrivĂ©e aux hĂ©ros avec Civil War : diviser la communautĂ© en deux camps.
La tâche incombe alors Ă  Jason Aaron de mener le conflit. En convoquant un tout nouveau Club des DamnĂ©s et rappelant au monde ces maudites Sentinelles, le scĂ©nariste essaie de remettre les mutants au centre de l’univers Marvel (notamment Ă  travers l’intervention de Cyclope au conseil de sĂ©curitĂ© de l’ONU) mais cela a tout de mĂŞme une portĂ©e assez confidentielle. En effet, en ne s’attachant qu’Ă  quelques personnages ( Cyclope, Wolverine et le groupe de Generation Hope), il en oublie complètement d’impliquer les autres membres des X-Men. Loin de l’affrontement deux groupes aux idĂ©es diamĂ©tralement opposĂ©e, c’est l’affrontement violent de deux leaders qui dĂ©cident de prendre des chemins diffĂ©rents pour la race mutante qu’ils veulent protĂ©ger qui est racontĂ© ici mais sans la portĂ©e que cela aurait pu avoir.
Du coup, dans la mini-sĂ©rie, le Schism fait plutĂ´t office de pĂ©tard mouillĂ©, de simple prĂ©texte pour re-dispatcher les diffĂ©rents groupes de mutants alors que l’on sait très bien que, tĂ´t ou tard, ils se retrouveront bien autour d’un ennemi commun.

La principal consĂ©quence de Schism est donc une nouvelle composition des Ă©quipes de X-Men avec d’un cĂ´tĂ© ceux qui se sont ralliĂ©s Ă  l’idĂ©ologie de Cyclope pour garantir la survie des mutants Ă  tout prix, quelles que soient les consĂ©quences, d’un autre Wolverine qui prĂ©fère retrouver le rĂŞve de Xavier qui avait Ă©tĂ© perdu de vue ces derniers temps sur Utopia oĂą les mutants Ă©taient plus prĂ©occupĂ©s par leur destin et le pouvoir « prophĂ©tique « de Hope.

Dans le premier camp, on retrouve donc Ă©videmment le relaunch des Uncanny X-Men guidĂ©s par Cyclope. Kieron Gillen et Carlos Pacheco reprennent donc en main le titre phare des mutants et la dĂ©ception est dĂ©jĂ  lĂ . En voulant remettre Sinistre au coeur de la menace qui pèse sur les mutants il oublie tout le mystère qui entoure le personnage pour en faire un vilain grand guignolesque qui aligne les monologue sans grand intĂ©rĂŞt. Heureusement que le trait de Pacheco aide Ă  faire passer la pilule mais c’est un peu la douche froide pour le titre qui ne cesse de baisser en qualitĂ© depuis le dĂ©part de Brubaker.
L’autre sĂ©rie qui ne s’arrange pas, c’est le groupe des X-Men Ă©crits par Victor Gischler. Si les membres ont changĂ©s et sont maintenant dirigĂ©s par Tornade et Psylocke, le scĂ©nariste applique toujours une recette identique Ă  base de guests faisant du titre un « X-Men & friends»  toujours sans intĂ©rĂŞt. Gillen Ă©tant passĂ© sur la sĂ©rie phare des mutants, Generation Hope passse donc aux mains de James Asmus qui devra gĂ©rer les sautes d’humeur de « l’Ă©lue» .
En fait, du cĂ´tĂ© de San Fransisco, il faudra donc plutĂ´t miser sur la sĂ©rie New Mutants qui, si elle doit subir les dessins assez fades de David Lopez, est toujours Ă©crite par le duo Abnett & Lanning (architectes talentueux du coin cosmique de l’univers Marvel). Pas totalement opposĂ© aux idĂ©es de Cyclope, le groupe de Moonstar prĂ©fère rĂ©Ă©tablir le lien avec les civils et s’intĂ©rgrer au monde. En se cherchant une place, les nouveaux mutants sont donc plus accessibles, plus humains et donc plus intĂ©ressants.

De son cĂ´tĂ©, Wolverine est de retour Ă  Westchester pour refonder l’institut portant le nom de Jean Grey. C’est Jason Aaron, dĂ©jĂ  scĂ©nariste de Wolverine qui lance donc la nouvelle sĂ©rie Wolverine & the X-Men avec Chris Bachalo aux crayons et lĂ , c’est une rĂ©ussite. Le scĂ©nariste reprend les nouveaux ennemis qu’il avait instaurĂ© dans Schism, dĂ©veloppe ses personnages et leur potentiel tout en retrouvant un esprit frais (les rapports entres les Ă©tudiants et la gestion de l’Ă©cole par Wolverine y sont pour quelque chose) qui nous manquait depuis bien longtemps. A coup sĂ»r, la bonne surprise de cette nouvelle fournĂ©e.
Après un très long run, Mike Carey passe la main de X-Men Legacy Ă  Christos Gage (qui a bien fait ses preuves sur Avengers Academy). Charge Ă  lui de donner Ă  Malicia un rĂ´le important et de protĂ©ger l’institut. Et vu le talent du scĂ©nariste, on part dĂ©jĂ  confiants. La sĂ©rie Astonishing X-Men redevient quand Ă  elle rĂ©gulière et nul doute qu’une Ă©criture plus fĂ©minine devrait enfin nous apporter quelques Ă©motions.
Enfin, on ne change pas deux Ă©quipes qui gagnent. Les dĂ©tectives de X-Factor ont toujours eu une dent contre les mĂ©thodes de Cyclope. Pas Ă©tonnant de les retrouver du cĂ´tĂ© de Wolverine et comme Peter David est toujours Ă  l’Ă©criture, ça ne devrait pas beaucoup changer et rester l’une des sĂ©ries les plus intĂ©ressantes de l’univers mutant.
Du cĂ´tĂ© d’Uncanny X-Force, après plusieurs arcs formidables comme cette saga dans l’Ange Noir, impossible de sortir ce punk de Rick Remender de la sĂ©rie la plus sombre de la famille X. Le scĂ©nariste va donc embarquer Wolverine, Deadpool et compagnie dans des combats encore plus difficiles et des dilemmes toujours plus forts.

Alors que le cheminement de Cyclope vers la dictature commençait Ă  prendre un tournant intĂ©ressant dans Uncanny X-Men, il est Ă©tonnant de remarquer que ce sont finalement les titres dissidents qui se rĂ©vèlent au premier abord les plus intĂ©ressants. Alors la fois parce qu’ils se rapprochent de l’esprit des X-Men que nous connaissions et que nous avions perdu mais aussi parce que leurs Ă©quipes crĂ©atives explorent vraiment les personnages et leurs interactions.
Et juste pour cela, on regrette dĂ©jĂ  que le prochain crossover arrive pour tout chambouler. Dommage Ă©galement que la politique Ă©ditoriale de Panini n’ai pas cherchĂ© la cohĂ©rence en regroupant les titres de chaque camps dans 2 magazines distincts plutĂ´t que de tout mĂ©langer … mais on ne refera pas les mĂ©thodes de Panini …

publié dans :Comics Critique Comics

  1. seb2brest
    07/09/2012 Ă  11:33 | #1

    Moi qui viens de commencer un retour au comic parce que Panini as dĂ©cider de repartir au numero 1 avec sais parutions en kiosque je suis bien triste de la tournure que prennent les sĂ©ries x-men en ce moment.Wolverine en proviseur d’Ă©cole sais pas vraiment intĂ©ressant et as des annĂ©es de se que j’attends du personnage.