Accueil > Comics, Critique Comics > Marvel : Secret War

Marvel : Secret War

posté le 06/07/2012 FredP

Retour sur la sĂ©rie par laquelle Brian Michael Bendis a installĂ© le nouveau ton des sĂ©ries estampillĂ©es « heroes»  chez Marvel : Secret War.

Alors que Brian Michael Bendis travaillait sur les sĂ©ries Ultimate (Spider-Man, Fantastic Four, X-Men) Alias et Dardevil, Marvel lui offre l’opportunitĂ© de raconter une mini-sĂ©rie impliquant les plus grands hĂ©ros Marvel. Une nuit, certains super-hĂ©ros sont attaquĂ©s chez eux par des ennemis qui leur dĂ©clarent se venger. Mais se venger de quoi ? Seul Nick Fury a la rĂ©ponse, car un an auparavant, il a envoyĂ© secrètement une Ă©quipe regroupant Captain America, Luke Cage, Spider-Man, Daredevil, Wolverine et la Veuve Noire accomplir une tâche que le gouvernement ne cautionnait pas mais qui Ă©tait pourtant la seule solution Ă  un acte terroriste imminent. Aujourd’hui, sans le savoir ils en payent le prix et doivent livrer une bataille Ă©pique aux abords de New-York qui ne sera pas sans consĂ©quence.

Le rĂ©cit Ă©parpillĂ© en flashbacks est Ă©crit par un Bendis en pleine forme qui arrive Ă  maintenir le suspense tout en dĂ©veloppant une ambiance sombre et mystĂ©rieuse. Le lecteur entre dans les arcanes du Shield et des mĂ©thodes son directeur et se rend compte que tout n’est pas colorĂ© dans l’univers Marvel. Le scĂ©nariste arrive Ă©galement Ă  cerner tout de suite ses personnages et les implique dans cette histoire d’espionnage sans les trahir. En nous rappelant que chacun a une dette envers Fury, raison pour laquelle il les recrute, il dĂ©passe le cĂ´tĂ© artificiel de cette Ă©quipe regroupant des pointures de l’univers Marvel et rend crĂ©dible leur mission que tout diplomate aurait refusĂ©.

Mais ce qui est intĂ©ressant, c’est de lire cette histoire avec le recul que nous avons aujourd’hui sur tout ce qu’a accompli Bendis chez Marvel et de s’apercevoir que tout est bien lĂ  dès le dĂ©part. D’un cĂ´tĂ©, l’Ă©quipe formĂ©e par Bendis dans Secret War (qui d’ailleurs n’a rien Ă  voir avec les crossovers des Guerres Secrètes de Marvel des annĂ©es 80) se rapproche de celle qu’il Ă©crira quelques temps plus tard dans New Avengers dans laquelle il implique Wolverine, Spider-Man et Luke Cage. Mais la sĂ©rie prĂ©figure des Ă©vĂ©nements qui suivront. Car la fuite de Fury se ressentira ensuite jusqu’Ă  Secret Invasion en passant par Civil War. Toutes les bases (que ce soit les histoires ou le ton) de la nouvelle orientation des sĂ©ries super-hĂ©roĂŻques des annĂ©es 2000 de Marvel sont ici, dans cette petite mini-sĂ©rie passĂ©e relativement inaperçue (Ă  l’image du Shield, aussi discrète qu’indispensable).

Il faut dire que la sĂ©rie a accusĂ© de nombreux retards, ce qui a donc pâlit Ă  sa notoriĂ©tĂ© malgrĂ© la popularitĂ© de ses hĂ©ros. En cause, le rythme irrĂ©gulier de l’artiste Gabriele Dell’Otto. Mais on lui pardonne facilement quand on voit la qualitĂ© des planches fournies. Avec son style plus peint que dessinĂ©, Dell’Otto nous plonge dans une ambiance sombre et Ă©trange qui correspond parfaitement au secret qu’entretien la sĂ©rie. Si la dynamique des cases n’est pas son fort pour le story-telling, on reste tout de mĂŞme bouche-bĂ©e devant certaines planches exposant de nombreux hĂ©ros en pleine bataille.

Mine de rien, Secret War se rĂ©vèle donc ĂŞtre une mini-sĂ©rie indispensable pour tout lecteur Marvel mais sera aussi très agrĂ©able pour n’importe quel amateur de super-hĂ©ros et d’espionnage, le talent de Bendis et Dell’Otto nous offrant un rĂ©cit court (5 Ă©pisodes) mais dense et prenant.

publié dans :Comics Critique Comics

  1. Pas encore de commentaire