Accueil > Comics, Critique Comics > Kingdom Come, mythologie du super-héros

Kingdom Come, mythologie du super-héros

posté le 31/07/2012

Certainement l’une des plus grandes histoires de DC Comics qui ait été écrite, Kingdom Come est le chef d’œuvre de Mark Waid et Alex Ross qui étudie la place du super-héros. Fascinant.

En 1994, avec Kurt Busiek, Alex Ross livrait avec Marvels une interprétation unique et humaine des super-héros de la maison des idées, ancrés dans le quotidien des habitants de New-York, protecteurs faisant partie de la famille. Après avoir continué d’explorer le thème des super-héros dans Astro City, le dessinateur va réaliser un projet semblable pour DC. Ayant bien compris la différence entre l’esprit des héros Marvel et des icônes de la distinguée concurrence, il va nous offrir avec Mark Waid une mini-série passionnante sur la mythologie du super-héros.

Kingdom Come se déroule dans un futur possible de l’univers DC. Après un incident, Superman s’est retiré et les grands super-héros n’arrivent plus vraiment à suivre. Alors une nouvelle génération plus violente, qui n’a pas la morale de ses prédécesseurs les a remplacé. Superman va alors devoir retrouver la Ligue des Justiciers pour leur montrer le droit chemin, montrer aux simples humains qu’ils sont toujours là et faire face à une nouvelle manipulation de son ennemi Lex Luthor qui a conclu une alliance avec un Bruce Wayne vieillissant et handicapé.

Si Superman est sans conteste le héros de cette histoire, les auteurs ont la bonne idée de prendre le point de vue d’un homme simple aux conviction fortes, le pasteur Windsor McCay accompagné dans cette vision du futur par le Spectre. En se plaçant à hauteur d’un homme croyant, Mark Waid et Alex Ross donnent une dimension particulière  à leur récit. Les personnages de DC ont toujours eu un statut assez iconique mais ici les auteurs font clairement un parallèle avec les héros et les dieux des mythologies antiques. Les super-héros, sont ici traités de manière grandiose, presque invulnérables, ne fréquentant finalement que peu les humains qu’ils protègent. Ainsi, lorsque Superman créé une immense prison renfermant les vilains et la nouvelle génération de super-héros trop violente, impossible de ne pas penser aux titans enfermé au Tartare. De même, les batailles épiques entre héros se font loin des hommes, comme des dieux s’affrontant sur l’Olympe pour régler leurs propres problèmes.

Entre problèmes éthiques, réflexion sur leur statut de héros et de protecteur, machinations et trahisons, Kingdom Come se montre complexe et dense mais en même temps réellement fascinant. Et si Superman en est le protagoniste principal, d’autres personnages arrivent aussi à obtenir de beaux rôles. Wonder Woman grande guerrière au tempérament de feu fait ainsi forte impression, tout comme la dualité de Shazam ! On pourra par contre reprocher aux auteurs de ne pas vraiment s’intéresser aux autres personnages mais leur profusion permet de donner une véritable consistance à ce futur possible (dont on prend pleinement conscience à la lecture des travaux présentés en annexe par Urban Comics).

Toute la dimension mythologique est appuyée par les dessins, ou plutôt les peintures splendides d’Alex Ross. Son style, qui n’aide pas forcément à rendre la narration plus dynamique, lui donne l’impression de lire une véritable légende sur les super-héros, un témoignage historique sur leurs batailles et leur histoire à la hauteur des icônes de la Justice League. On reconnaitra d’ailleurs le travail immense réalisé sur la conception des nombreux personnages de ce futur alternatif, que ce soit les évolutions des héros auxquels nous sommes habitués ou leurs descendants.

Œuvre à part dans l’univers DC qui a finit par trouver sa place dans une certaine continuité, Kingdom Come est une mini-série monumentale aux pistes de réflexion nombreuses, à la hauteur de ce que demandait le mythe des super-héros. Aussi fascinant qu’indispensable !

publié dans :Comics Critique Comics

  1. 31/07/2012 à 10:10 | #1

    Voilà un comic DC qui mériterait un film avec un grand réalisateur, plutôt que des reboots et autres bouses type Green Lantern.