Accueil > Comics, Critique Comics > Batwoman – Hydrologie

Batwoman – Hydrologie

posté le 30/08/2012 FredP

Après la sublime Élégie, la série régulière Batwoman peut enfin débuter avec le premier tome : Hydrologie. Kate Kane va-t-elle pouvoir lutter contre une mystérieuse ennemie qui fera remonter son passé et ses peurs à la surface ?

Après avoir rĂ©introduit le personnage de Batwoman avec Greg Rucka, DC Comics profite de la relance de ses titres pour redonner des aventures rĂ©gulières Ă  l’hĂ©roĂŻne. Si le scĂ©nariste qui s’Ă©tait tant entichĂ© au personnage n’est plus de la partie, le dessinateur JH Williams III reste lui au crayon en s’occupant en plus de l’Ă©criture, aidĂ© en cela par W. Haden Blackman. Ils apportent ainsi une cohĂ©rence Ă  la fois scĂ©naristique et graphique avec ElĂ©gie.

Nous retrouvons donc Kate Kane et sa cousine sur une nouvelle affaire d’enlèvement d’enfants. Une enquĂŞte qui va mettre Ă  mal le duo, Kate ne voulant pas que sa cousine courre le moindre risque en s’impliquant dans la lutte contre le crime Ă  Gotham. Pendant ce temps, elle va aussi devoir rĂ©flĂ©chir Ă  deux propositions qui lui sont faites. D’un cĂ´tĂ© Batman aimerai bien l’engager dans sa sociĂ©tĂ© de super-hĂ©ros aux couleurs de la chauve-souris tandis qu’une autre mystĂ©rieuse organisation aimerait bien s’attribuer ses services. Mais en plus de ces choix difficiles, elle va aussi devoir avancer dans sa romance avec l’officier Maggie Sawyer … comme quoi la vie privĂ©e d’une super-hĂ©roĂŻne n’est pas simple Ă  gĂ©rer.

Contre coup des rĂ©vĂ©lations d’ElĂ©gie, Kate Kane ne peut plus voir son père en face et l’image de sa soeur jumelle la hante. L’esprit de la sĂ©rie a donc changĂ©. Finie la relation entre le père militaire et sa fille. A la place, la sĂ©rie devient presque exclusivement fĂ©minine et ce n’est pas un mal. Entre cette nouvelle mystĂ©rieuse ennemie qui va malmener Batwoman en lui montrant ses peurs et son passĂ© et ses disputes avec sa cousine, la vie est difficile. Il y a ici une vĂ©ritable continuitĂ© avec ce que l’on a appris avant et une logique dans l’installation du personnage qui doit trouver sa place dans l’univers de Gotham et de la « bat-family» .

Cette place, Batwoman l’a dĂ©jĂ  Ă  travers son style et son ton bien particulier. Avec un esprit toujours aussi fantasmatique (et mĂŞme encore plus avec cette ennemie « aquatique» ) et des dessins dont la composition et l’alternance de styles est toujours aussi Ă©tonnante, JH Williams III donne une vraie personnalitĂ© Ă  la sĂ©rie qui se dĂ©marque bien du reste.

On pourra par contre dĂ©plorer l’absence de Rucka au scĂ©nario. En effet, celui-ci arrivait Ă  nous faire tout de suite aimer le personnage, Ă  nous attacher Ă  Batwoman et Ă  alimenter son intrigue sur la longueur. Ici on ne sent plus le mĂŞme attachement et l’intrigue passe finalement assez vite malgrĂ© tout l’intĂ©rĂŞt qu’elle dĂ©veloppe. Car finalement cet arc ne sert que d’introduction Ă  ce que les auteurs vont faire du personnage, Ă  installer la rousse hĂ©roĂŻne dans son univers et semer les graines pour des intrigues Ă  venir (la fameuse organisation pour laquelle elle va accepter de travailler en particulier) qui risquent bien de l’Ă©loigner encore plus près de ses origines tout en l’Ă©loignant de son cousin chauve-souris.

Après avoir commencé la série aussi fort avec Elégie, Batwoman continue dans la même veine et se révèle sûrement être la super-héroïne de comics la plus intéressante et complexe du moment. A suivre.

publié dans :Comics Critique Comics

  1. Pas encore de commentaire