Accueil > Cinéma, Critiques ciné > Young Adult, critique

Young Adult, critique

posté le 24/04/2012 FredP

young adult critique

Charlize Theron plus sublime et pathĂ©tique que jamais, c’est un rĂ´le offert par Jason Reitman dans Young Adult qui, si il est une belle dĂ©monstration de l’actrice, sonne assez creux.

On avait plutĂ´t un bon souvenir de l’association de Jason Reitman (Thank you for smoking / In the Air) et de la scĂ©nariste Diablo Cody sur Juno. Cette fois, après l’adolescente qui doit prendre des dĂ©cisions d’adulte après ĂŞtre tombĂ©e enceinte, ils prennent le contrepied en prenant pour protagoniste une adulte qui a refusĂ© de grandir. Ainsi, Mavis Gary, auteur de romans pour ados Ă  succès, prend un coup quand elle reçois un mail de son ex-boyfriend de lycĂ©e lui annonçant ĂŞtre maintenant papa. Elle retourne alors sur les lieux de son enfant pour y le retrouver et tenter de sĂ©duire de nouveau bien qu’il soit parfaitement heureux.

Dès les premières images, le personnage de Mavis est plantĂ©. Vivant dans une grande tour en ville, elle mène une vie solitaire dĂ©primante entre l’Ă©criture et les soirĂ©e d’oĂą elle rentre complètement torchĂ©e. Le portrait la solitude citadine et l’on se dit que le retour aux sources qui va suivre lui permettra, comme dans tous les films du genre , de repartir sur des bases plus seine en retrouvant les avantages d’une vie simple. Mais Reitman et Cody ne vont pas tomber dans cette facilitĂ© et vont mĂŞme enfoncer le clou en faisant tomber leur personnage encore plus bas.

Car en retrouvant son amour de jeunesse, Mavis va tout tenter pour le reconquĂ©rir. Un but qui l’aveugle complètement sur la situation de celui-ci qui est parfaitement heureux dans sa bourgade avec une vie simple. Trop simple pour Mavis qui avait tout fait pour la quitter. Se retrouver ainsi entourĂ©e de « pĂ©quenauds»  et notamment d’un ancien camarade de lycĂ©e va la mettre face Ă  ses contradictions. Ce n’est pas parce que Reitman et Cody n’y vont pas de main morte avec leur anti-hĂ©roĂŻne qu’ils vont pour autant ĂŞtre sympas avec l’entourage qu’elle retrouve. Au contraire, alors qu’ils dĂ©molissent l’image de la citadine qui donne tout pour sa carrière, ils en profitent pour se moquer de ce mode de vie naĂŻf aux valeur simples et sans valeur. Le ton est grinçant et finalement, on ne s’attache alors pas Ă  grand monde.

C’est lĂ  l’un des dĂ©fauts de Young Adult. Car si dans ses prĂ©cĂ©dent films, Reitman arrivait Ă  nous faire aimer des personnages dĂ©testables, ici il n’y parvient presque pas. Jamais nous ne chercherons  nous attacher Ă  cette agaçante Mavis et très vite son entourage devient Ă©touffant. En dehors d’une certaine pitiĂ©, on n’Ă©prouvera finalement pas grand chose pour eux. Le pire dans tout cela est que la scĂ©nariste ne va mĂŞme pas chercher Ă  faire avancer ses personnages ou les sortir de la situation dans laquelle ils sont engoncĂ©s. Avec une Ă©criture grossière, elle reviendra finalement Ă  son point de dĂ©part pour une rĂ©flexion qui nous interroge Ă  un moment sur notre situation mais qui tourne en rond pour ne rien proposer d’autre.

Que reste-t-il alors de cette vaine illustration de la solitude ? La performance de Charlize Theron. L’actrice rĂ©alise le tour de force de se montrer sous un jour nouveau dans ce rĂ´le pas Ă©vident, naviguant entre le pathĂ©tique de son personnage et la sĂ©ductrice qu’elle tente d’ĂŞtre pour rĂ©cupĂ©rer son ex. Sans arrĂŞt sur le fil du rasoir, entre le pyjama dĂ©pouillĂ© de la dĂ©pressive ou la tenu plus rock et sexy, elle porte le film sur ses Ă©paules et sans elle, inutile de dire que nous aurions quittĂ© la salle depuis bien longtemps.

publié dans :Cinéma Critiques ciné

  1. 26/04/2012 Ă  18:35 | #1

    L’Ă©quipe de « Juno»  pour Charlize Theron encore splendide. Mais on devine vite qu’il ne s’agit pas d’une comĂ©die mais un film au fond beaucoup subtil, un drame de la solitude. Mais oui, certe on a bien du mal Ă  s’attacher Ă  l’hĂ©roĂŻne… 2/4