Accueil > Cinéma, Critiques ciné > The Secret, critique

The Secret, critique

posté le 31/08/2012 FredP

the secret critique

Après le choc Martyrs, Pascal Laugier revient avec The Secret, pas aussi dérangeant que son prédécesseur mais à la morale toute aussi ambigüe mais dont on ne va pas parler pour garder la surprise du twist qui change le point de vue du film à mi-parcours.

« On n’a pas Ă©tĂ© aussi bluffĂ© depuis Sixième Sens»  … encore une fois, il ne faudra pas se fier Ă  l’accroche purement marketing (et qui plus est non sourcĂ©e) en allant voir The Secret. D’une part parce que l’histoire n’a strictement rien Ă  voir et d’autre part car le twist n’arrivera pas Ă  la fin du film mais en changera la direction en plein milieu. Mais puisque Sixième Sens qui a maintenant 13 ans (dĂ©jĂ ) est tellement ancrĂ© dans la culture pour son fameux twist, autant tirer encore un peu sur la corde pour ramener un public ignorant et lui indiquer tout de suite qu’il va ĂŞtre surpris (ou pas vu qu’il va maintenant attendre le fameux twist).

Bref, passĂ©e cette anecdote marketing, concentrons-nous sur le film de Pascal Laugier qui embarque Jessica Biel Ă  Cold Rock, petite bourgade isolĂ©e des États-Unis, qui connait depuis peu de temps une Ă©trange « malĂ©diction»  puisque ses enfants se font rĂ©gulièrement kidnapper par un Ă©trange boogeyman surnommĂ© le « Tall Man» . Une nuit c’est Ă  son tour d’ĂŞtre frappĂ©e et elle voit l’homme embarquer son fils. Elle part alors Ă  sa poursuite pour rĂ©cupĂ©rer son enfant et peut-ĂŞtre rĂ©soudre le mystère de ces disparitions !

Après l’Ă©puisant et fascinant Martyrs, que l’ont peu aisĂ©ment faire entrer dans la catĂ©gorie des meilleurs films de genre français, le rĂ©alisateur Pascal Laugier calme son jeu. Ici, il n’y aura pas de choc aussi immense, pas d’effets gores ni de gros frissons. Avec The Secret, il s’embarque dans une histoire en apparence plus simple et classique, plus grand public aussi. Mais cela ne veut pas forcĂ©ment dire qu’il ne va pas y mettre un peu de piquant dans un questionnement moral ambigu qu’il posera au spectateur.
Car en changeant complètement de point de vue au milieu de l’histoire, il emmène son rĂ©cit plutĂ´t convenu qui aurait pu basculer dans le classique film de boogeyman aux limites du fantastique vers une direction plus rĂ©aliste et pessimiste sur l’Ă©ducation des enfants. Le questionnement aura vite fait de cataloguer le rĂ©alisateur avec un point de vue parfois douteux mais permet aussi de faire rĂ©flĂ©chir son public.

Malheureusement, cette rĂ©flexion posĂ©e Ă  la fin du film est amenĂ©e de manière assez maladroite et n’est jamais impliquante. Car avec un rythme qui ne dĂ©colle jamais, quelques jump scares qui ne prennent pas (le film n’est pas effrayant pour un sou), une intrigue finalement très prĂ©visible (l’identitĂ© du Tall Man est vite devinable et l’issue du film, une fois le twist passĂ©, est toute aussi aisĂ©ment jouĂ©e d’avance), un Ă©norme manque d’Ă©motion qui nous laisse indiffĂ©rent et une hĂ©roĂŻne finalement assez antipathique, difficile de ressentir quelque chose devant le film.
Et c’est bien dommage, malgrĂ© une rĂ©alisation carrĂ©e on aurait aimer dĂ©tester ou encourager Jessica Biel dans sa dĂ©marche mais si au final nous la comprenons, cela ne nous laisse pas d’autre impression que d’avoir vu dans The Secret un essai de « film Ă  twist»  lĂ©gèrement provocant qui tombe Ă  plat.

On aurait bien voulu l’aimer ce secret. Malheureusement, sa maladresse Ă  la fois dans le discours et dans l’Ă©criture nous laissent assez indiffĂ©rents et c’est bien dommage.

publié dans :Cinéma Critiques ciné

  1. 07/09/2012 Ă  07:56 | #1

    Si je suis d’accord avec les quelques maladresses, le suspense et la tension sont bien lĂ  (mĂŞme si ça tombe avant la vraie fin). Et pour moi l’Ă©motion est bien lĂ … 3/4

  2. FredP
    07/09/2012 Ă  08:05 | #2

    @Selenie après c’est un rapport personnel au sujet et Ă  la manière de rĂ©aliser le film. Et malheureusement, Laugier n’a pas rĂ©ussi Ă  m’impliquer alors que je suis habituellement assez preneur.

  3. 10/09/2012 Ă  15:11 | #3

    Je suis personnellement assez loin de ce point de vue, je trouve qu’il y a une rĂ©elle filiation entre Saint-ange, Martyrs et The Secret. Je suis d’accord que ce dernier est moindre en terme de choc Ă©motionnel mais on retrouve l’immense sensibilitĂ© de Laugier et sa reflĂ©xion sur la souffrance et la rĂ©demption. (A quel prix?)

  4. FredP
    10/09/2012 Ă  15:13 | #4

    @Jules en effet, mĂŞme si l’approche est diffĂ©rente, la filiation entre the Secret et le reste de la filmo de Laugier est bien lĂ . Cela se ressent aussi sur le traitement de son hĂ©roĂŻne et sa morale ambiguĂ« reflĂ©tant certains maux de la sociĂ©tĂ©. Dommage que ce ne soit pas efficace par contre en terme de suspense et que ce discours soit maladroitement amenĂ©