Accueil > Cinéma, Critiques ciné, Festivals > Moonrise Kingdom, critique

Moonrise Kingdom, critique

posté le 18/05/2012 FredP

moonrise kingdom critique

PrĂ©sentĂ© en ouverture du 65e festival de Cannes, Moonrise Kingdom est encore une fois une vĂ©ritable pĂ©pite prĂ©parĂ©e par un Wes Anderson inspirĂ© et entourĂ© d’un casting familial. Un conte sur l’enfance, le passage Ă  l’âge adulte et la famille Ă  dĂ©vorer.

moonrise kingdom afficheAprès son incartade par le cinĂ©ma d’animation qui lui allait Ă  merveille avec Fantastic Mr Fox, le dandy Wes Anderson est donc de retour avec une nouvelle chronique familiale et une maitrise parfaite de sa mise en scène Ă  laquelle se plie une plĂ©iade d’acteurs pour la plupart nouveaux dans la galaxie du rĂ©alisateur (Bill Murray et Jason Schwartzman restent lĂ , Bruce Willis, Edward Norton, Frances McDormand, Tilda Swinton parmi les nouveaux cousins).

Fidèle Ă  lui-mĂŞme et Ă  ses personnages un brin enfantins, avec Moonrise Kingdom, le rĂ©alisateur nous raconte l’histoire d’un jeune scout et d’une fille aĂ®nĂ©e d’une famille nombreuse qui tombent amoureux et prennent la fuite alors qu’une tempĂŞte va s’abattre sur le comtĂ© et que parents, camps de scouts, flics et responsable des services sociaux partent Ă  leur recherche.


Dès les premiers plans, la mise en scène de Wes Anderson se montre calculĂ©e au centimètre près avec ses habituels travellings latĂ©raux qui nous prĂ©sentent en une image ses personnages, leurs caractères, leurs envies, …. Avec un rythme, une patte graphique et une sophistication qui n’appartiennent qu’Ă  lui, le rĂ©alisateur nous embarque sans problèmes dans son conte qui fait vivre une aventure grandeur nature Ă  son couple de jeunes amoureux dans l’esprit nostalgique auquel il nous a habituĂ©s depuis ses dĂ©buts.


Et cette nostalgie sied parfaitement au sujet qui l’inspire aujourd’hui, l’enfance et le fait de grandir, de commencer Ă  accepter ses responsabilitĂ©s, tomber amoureux, fonder une famille, bref, devenir adulte. Cette trame est valable non seulement pour les deux jeunes hĂ©ros mais aussi pour les personnages adultes qui gravitent autour d’eux et qui ne sont pas forcĂ©ment des exemples Ă  suivre Ă©tant donnĂ© leur immaturitĂ© cachĂ©e.


Toujours entre le rĂŞve oĂą l’on ne court aucun danger et la rĂ©alitĂ© pas si simple avec ces histoires d’orphelins, Wes Anderson compose son Moonrise Kingdom comme des tableaux qui reflètent sa propre idĂ©e de l’enfance voir de l’AmĂ©rique d’hier. Il montre toute la maturitĂ© des sentiments que peuvent avoir deux enfants (il n’y a qu’Ă  admirer les dialogues, en plus des images, pour s’en rendre compte) tout en s’appropriant complètement certains codes de films catastrophe (il n’y a qu’Ă  voir la manière dont il s’approprie la manière de filmer l’inondation et la tempĂŞte).

RĂŞves, souvenirs ou conte sur l’enfance, avec Moonrise Kingdom, Wes Anderson continue d’Ă©laborer son cinĂ©ma nostalgique avec un charme inĂ©galable.

Suivez mes aventures dans une Ă©quipe de blogueurs au festival de Cannes au jour le jour sur le blog live Orange

publié dans :Cinéma Critiques ciné Festivals

  1. 19/05/2012 Ă  18:47 | #1

    Très beau film. Un magnifique conte nostalgique oĂą le style Anderson fait des merveilles… 3/4

  2. 13/06/2012 Ă  01:02 | #2

    Petite merveille du festival et de ce printemps.