Accueil > Actu ciné, Cinéma, Festivals > L’émotion d’Il était une fois en Amérique à Cannes

L’émotion d’Il était une fois en Amérique à Cannes

posté le 21/05/2012 FredP

Cannes étant la fête du cinéma, il n’y a pas que les nouveau films inédits qui font l’actualité mais aussi les grand classiques. La Croisette accueillait donc l’équipe du chef d’œuvre de Sergio Leone, Il était une fois en Amérique en version longue alors que le film va bientôt fêter son trentième anniversaire.

Robert De Niro, James Woods, Jennifer Connelly et évidemment le compositeur Ennio Morricone étaient présents vendredi, au milieu d’une pléiade de stars cinéphiles (Salma Hayek, Gemma Arterton, Andrew Dominik, Alexander Payne, et bien d’autres) à la projection spéciale d’Il était une fois en Amérique.

Après une sortie remarquée en bluray assez récente (voir ici), le chef d’œuvre de Sergio Leone était présenté hier dans une version inédite et qui n’était donc visible qu’au Festival. Une restauration impeccable et l’ajout de 25 minutes de scènes supplémentaires on donc fait replonger les festivaliers dans la magie du film pendant plus de 4 heures.

Sorti en 1984, c’est après maintes manipulations et revers outre-atlantique que le film était présenté au Festival de Cannes. Il était donc logique de le représenter à nouveau et la magie opère toujours. Le récit entre rêve et réalité de Noodles est plus captivant que jamais et les nouvelles scènes permettent d’approfondir encore le personnages, en particulier dans les scènes où il est âgé (une scène en particulier entre James Woods et Treat Williams âgés donne plus de relief au final). Sur grand écran, le spectacle est grandiose, porté par la partition d’Ennio Morricone à donner des frissons (la scène du pont est toujours d’une puissance incroyable) et le jeu toujours aussi intense de ses interprètes.

Entre une standing ovation et les larmes d’un James Woods particulièrement ému, le public a donc fait un triomphe et rendu un bel hommage à celui qui restera comme l’un des plus grands conteurs du 7e art. Bref, Il était une fois en Amérique était une soirée passionnée et magique.

publié dans :Actu ciné Cinéma Festivals

  1. 21/05/2012 à 11:26 | #1

    Voilà le genre de projection qui me fait regretter de ne pas être à Cannes. Ca devait être magique.