Accueil > Cinéma, Culte du dimanche > Culte du dimanche : Blanche-Neige et les Sept Nains

Culte du dimanche : Blanche-Neige et les Sept Nains

posté le 15/04/2012

A l’heure o√Ļ Hollywood se met √† piller dans les contes de f√©es pour en faire des blockbusters ou des s√©ries tv, il √©tait temps de revenir aux basiques, c’est √† dire aux adaptations des contes par le grand Walt Disney. Retour donc sur son premier chef d‚ÄôŇďuvre : Blanche-Neige et les Sept Nains.

Contrairement √† la l√©gende qui est toujours racont√©e, Blanche-Neige et les Sept Nains n’est pas le premier long-m√©trage d’animation. D’autres ont devanc√© Walt Disney juste avant mais jamais avec la m√™me port√©e populaire et la m√™me r√©volution technique. Car Blanche Neige est tout de m√™me le premier long-m√©trage d’animation parlant et en couleur, deux crit√®res qui font toute la diff√©rence. Mais avant d’en arriver √† cette r√©ussite, le cr√©ateur de Mickey Mouse aura surmont√© bien des obstacles.

Alors qu’il souhaitait √† l’origine r√©aliser un √©pisode long de ses Silly Symphonies (√† ce titre, Walt Disney a toujours √©t√© un amoureux de la musique, ce qu’il prouvera avec Fantasia), il se tourne finalement vers le conte des fr√®res Grimm, Blanche Neige. D√©sireux d’offrir au public un film innovant, il r√īde ses designs et ses nouvelles techniques d’animation sur la s√©rie musicale.
Avec une pr√©production qui s’est √©tal√©e sur 3 ans pour que tout soit parfait, il faudra ensuite un an pour animer le film et le monter. Mais le budget s’av√®re bient√īt trop serr√© pour terminer le film. Alors le r√©alisateur et son √©quipe vont montrer des images des travaux en cours √† la Bank of America pour obtenir une rallonge. Le budget initial de 250 000 dollars passe alors √† pr√®s de 1.5 million, soit un record pour l’√©poque.

Bien en a pris √† la banque d’avoir accord√© des cr√©dits √† Disney puisque le r√©sultat √† l’√©cran est √©poustouflant. Blanche-Neige et les Sept Nains reprend √©videmment la trame du contes des fr√®res Grimm universellement connu. Une princesse fuit sa belle-m√®re qui veut la tuer car elle est bien trop belle. Elle trouve alors refuge au milieu de la for√™t, parmi une communaut√© de nains avant que la reine ne la retrouve pour lui donner une pomme empoisonn√©e.
Walt Disney reste globalement fidèle au conte
, en l’√©toffant tout en retirant toute r√©f√©rence √† la m√®re de Blanche-Neige et en amoindrissant le r√īle du chasseur. Mais il conserve tout de m√™me¬† une certaine noirceur dans son final (le film sera m√™me censur√© dans certains pays).
Surtout, il n’h√©site pas √† apporter sa marque de fabrique que l’on retrouvera ensuite dans la majorit√© des longs-m√©trages du studios. Ainsi, il importe l’id√©e des chansons qui agr√©menteront le r√©cit et lui donneront un suppl√©ment de po√©sie mais il apporte √©galement un r√īle particulier aux personnages secondaires. En l‚Äôoccurrence, il octroi une vraie personnalit√© aux nains et accorde une importance particuli√®re aux animaux.

Lorsque l’on √©voque Blanche-Neige, il y a bien s√Ľr cette morale dat√©e de la jeune fille attendant son prince charmant en faisant le m√©nage, reflet d’une √©poque o√Ļ la r√©volution sexuelle et la libert√© de la femme n’avaient pas encore raisonn√©, mais il y a aussi nombre de sc√®nes inoubliables, de la poursuite dans les bois √† la transformation de la reine en passant par la mine des nains. M√™me la mort de Blanche Neige est mise en sc√®ne de mani√®re particuli√®rement ing√©nieuse, √† travers les mots de la sorci√®re et ne montant ensuite qu’une main √† terre l√Ęchant la pomme croqu√©e.
La plupart de ces s√©quences sont d’ailleurs port√©es par des innovations techniques majeures pour le cin√©ma d’animation qui permettent au film de traverser les √Ęges sans encombre. En effet, si l’on passe sur l’histoire qui peut paraitre niaise de nos jours, l’animation est tellement fluide et les d√©cors et personnages travaill√©s de telle mani√®re que le film se regarde encore avec plaisir de nos jours.

Le r√©sultat devant une telle r√©ussite est sans appel. La premi√®re projection √† Hollywood sera conclue par une standing-ovation du public qui lui fera un triomphe au box-office. L’investissement est finalement bien vite rentabilis√© (d’autant plus via ses multiples ressorties cin√©ma et vid√©o) et les critiques qui criaient au naufrage quelques mois auparavant sont ravis.
Dans la profession, c’est aussi l’enthousiasme, si bien que ses pairs l’on r√©compens√© avec un Oscar d’honneur bien particulier. En effet, pour ¬ę¬†Innovation indiscutable dans le domaine de la cin√©matographie ayant charm√© des millions de spectateurs et ayant ouvert au cin√©ma de vastes perspectives¬†¬Ľ l’oscar qui lui sera remis est compos√© de 8 statuettes (une grande et sept petites). La machine Disney est alors lanc√©e et il sera alors impossible ne pas associer le nom du cr√©ateur au film d’animation.

publié dans :Cinéma Culte du dimanche

  1. Snejanka= blanche neige en bulgare
    04/04/2015 à 23:07 | #1

    C’est tr√®s bien d’apprendre des choses que je ne savais pas avant,je suis tr√®s ravis!! ūüėÄ

  2. Bébés:*
    04/04/2015 à 23:09 | #2

    Je kiff blanche neige moi,elle est une des plus mignonnes des princesses de Walt Disney et √ßa fais du bien de savoir comment elle a √©t√© mise en sc√®ne par Disney j’adore!!! XDXDXDXD

ÔĽŅ