Accueil > Actus SĂ©ries, SĂ©ries > Walking Dead, l’interview de Charlie Adlard

Walking Dead, l’interview de Charlie Adlard

posté le 21/03/2011 FredP

walking dead interview charlie adlard

La semaine dernière, Charlie Adlard Ă©tait sur Paris pour dĂ©fendre le 13e tome de Walking Dead (paru aux Ă©ditions Delcourt et dans toutes les bonnes librairies) mais aussi pour parler de la sĂ©rie adaptĂ©e qui est diffusĂ©e depuis hier soir sur Orange Cinema Series. Grand chanceux pour l’occasion, c’est en compagnie de Cineblogywood et de @pr0crastinati0n pour Cine Heroes que j’ai eu l’occasion d’interviewer le dessinateur dans une ambiance dĂ©contractĂ©e et sans langue de bois.

Cineblogywood : Avez-vous été impliqué dans la production de la série ?

Charlie Adlard : Non, ils ne m’ont jamais demandé. Mais je n’ai pas demandé non plus à être impliqué. Parce que Walking Dead est une série réaliste, il n’y a pas vraiment de travail de conception à faire. Si on avait créé une œuvre de science-fiction ou d’heroic fantasy, je pense que je me serais davantage investi dans le design de la série. Mais là, où que la production aille, elle aurait choisi des décors naturels : pas besoin d’imaginer le design d’une maison ordinaire. Et pour les zombies, les meilleures recherches qu’ils pouvaient faire, c’était d’aller à la morgue pour voir les morts. Donc le mieux, c’était que je reste à dessiner la série chez moi et à respecter mes deadlines plutôt que de perdre mon temps pendant trois ou quatre mois à travailler sur la série pour finalement me rendre compte que je n’avais pas dessiné pendant trois ou quatre mois (rire). Mais je suis allé sur le tournage et j’ai joué un zombie.

Cineblogywood : La série colle beaucoup à vos dessins mais, en retour, est-ce que de les voir à l’écran vous a influencé par la suite, au niveau du style ou du découpage de vos planches ?

Non, non, non. L’avantage, c’est que j’habite dans une petite ville appelée Shrewsbury, dans le Shropshire, à 45 minutes au nord de Birmingham, en Angleterre. C’est très rural, très calme. Et je suis juste assis à faire mon truc. Je suis inconscient de tout ce phénomène autour de Walking Dead. Pour moi, c’est juste un jour comme un autre à ma table de dessin, à faire une nouvelle page. Je dessinais Walking Dead bien longtemps avant la série pour que je subisse une influence à mon tour. Je continue de dessiner Rick et les personnages de la même manière, sans chercher à les faire ressembler aux acteurs. La force du comic book et de la série, c’est qu’ils vont rester des entités séparées bien que connectées.

Cineblogywood : En parlant de l’Angleterre… Danny Boyle avec 28 Jours Plus Tard, Edgar Wright, Simon Pegg et Nick Frost avec Shaun of the Dead et vous avec Walking Dead, vous avez contribué à renouveler l’univers zombie. Et vous êtes tous Britanniques. Comment expliquez-vous cela ? C’est à cause de la météo ou de la nourriture anglaise ?

(Rire) Oui, je vois bien un affreux jour de pluie avec tout le monde qui s’affaire dans un centre commercial sans âme, quelque part. Je crois que c’est une grosse coïncidence (rire) ! Vous avez mentionné Danny Boyle, Simon Pegg and co. Mais il y a dix ans, vous auriez parlé de Romero et de… j’essaie de trouver un autre réalisateur (rire) !

Cineblogywood : Et Zack Snyder !

Mouais, Zack Snyder…

MyScreens : Vous n’aimez pas Zack Snyder ?

J’aimerais bien le voir faire un bon film, un jour. Ce serait sympa. Watchmen était un bon exemple de comic book qu’il ne fallait pas adapter. A chaque fois qu’une adaptation de comics sort, les gens critiquent le film pour ne pas être comme le comic book. Et quand Watchmen est sorti, tout le monde l’a critiqué pour avoir trop collé à la BD. En le regardant, tu te dis que c’est la raison pour laquelle tu ne dois pas juste copier un comic book mot à mot. Bon, Snyder a un super sens visuel. Il y a des moments de Watchmen qui sont impressionnants, notamment pour l’utilisation de la musique dans la séquence d’ouverture mais bon… J’ai détesté 300 (rire) !

MyScreens : Pour en revenir Ă  la sĂ©rie tĂ©lĂ©, comment avez-vous rĂ©agi lorsque vous avez appris que ce serait Frank Darabont qui l’adapterai pour la tĂ©lĂ©vision ?

Quand j’ai appris la nouvelle, j’Ă©tais très excitĂ© !  Pas sexuellement parlant bien sĂ»r (rires) mais j’adore les films de Frank Darabont. C’est quand mĂŞme mieux que Zack Snyder quand mĂŞme. J’adore les ÉvadĂ©s et je respecte Ă©normĂ©ment la Ligne Verte. Un peu moins pas The Mist au dĂ©part mais finalement j’aime bien cette atmosphère. Ce n’est pas vraiment effrayant mais il y a ce sentiment d’apocalypse qui est incroyable. C’Ă©tait bien, c’est un sacrĂ© truc d’avoir des gens pareils derrière la camĂ©ra. Ce n’est pas donnĂ© Ă  toutes les sĂ©ries TV d’avoir Franck Darabont, Gale Anne Hurd ou Greg Nicatero, des vrais pros au cinĂ©ma qui travaillent pour la tĂ©lĂ©vision. Franck n’Ă©tait pas lĂ  juste pour le pilote, il s’est vraiment investi dans toute la sĂ©rie, c’est encore plus passionnant.

MyScreens : En mĂŞme temps, il a dĂ©jĂ  filmĂ© plusieurs le milieu carcĂ©ral avec Les ÉvadĂ©s et la Ligne Verte. Vous pensez que c’est l’une des intrigues de Walking Dead qui l’a intĂ©ressĂ© ?

(rire) Oui bien sĂ»r il n’attendait que ça ! « oui, je vais refaire une histoire de prison ! encore !»  (rire) C’est pour ça qu’il travaille sur Walking Dead.

Cineblogywood : Robert Kirkman aime bien faire mourir les personnages principaux de la sĂ©rie. L’avez-vous dĂ©jĂ  suppliĂ© d’Ă©pargner un personnage que vous aimiez dessiner ?

Non, je ne l’ai jamais suppliĂ© mais j’aime bien le fait que personne n’est Ă  l’abri. MĂŞme Rick n’est pas Ă  l’abri. Ce qui apporte une dynamique extraordinaire au comic book et ça commence dans la sĂ©rie TV. Mais si il tuait Michone (NDR : un personnage qui arrivera dans la 2e saison de la sĂ©rie tv) je serais bien embĂŞtĂ©.

MyScreens : Est-ce que ça vous fait mal de dessiner la mort de certains personnages du comics ?

Non, ça ne me dĂ©range pas de le faire, ça dĂ©pend de la manière dont il faut les faire partir. Parfois je me dis « oh, il faut que je dessine ça !»  mais il faut dès fois tuer un personnage central, un personnage gĂ©nial. Dans le comics, il y a toujours une bonne raison de le faire, pour le rĂ©cit.

Pr0crastinati0n : De quel personnage vous sentez-vous le plus proche ?

De Michone, c’est un personnage intĂ©ressant, et puis dans une situation pareille, je prĂ©fèrerai ĂŞtre avec quelqu’un comme ça, qui sait manier les armes etc… Sinon, Andrea. J’aime beaucoup Andrea car son personnage s’est dĂ©veloppĂ© de manière très intĂ©ressante. Elle Ă©tait au dĂ©part la plus faible des deux soeurs et finalement est est devenu un personnage très fort, un sniper hors pair. Et puis Carl est devenu un personnage intĂ©ressant aussi. La sĂ©rie nous laisse le temps de dĂ©velopper ces personnages. Les gens me demandent souvent pourquoi ? comment on peut dessiner un comic-book si longtemps, près de 80 numĂ©ros ? Je leur rĂ©pond que c’est Ă  cause des personnages que se dĂ©veloppent sans arrĂŞt et qui donnent envie de continuer de dessiner cette histoire. Si les personnages Ă©taient restĂ©s les mĂŞmes, ça aurait Ă©tĂ© très diffĂ©rent et on aurait laissĂ© tomber. Mais le dĂ©veloppement des personnage est une composante essentielle des comics. C’est pour ça qu’on est toujours lĂ .

MyScreens : Donc vous allez battre le record de la collaboration entre Brian Bendis et Mark Bagley sur Ultimate Spider-Man ?

Il est de combien ? 111 numĂ©ros ? Je ne crois pas que c’est le plus gros record. Il me semble qu’il y en a un autre autour de 300 ? Un chiffre ridicule comment ça. Mais ce serait sympa d’ĂŞtre dans le top 5 des auteurs amĂ©ricains de comics les plus prolifiques. Il ne nous reste que 30 numĂ©ros pour battre Bendis et Bagley ! En tout cas on arrivera Ă  100, ça c’est sĂ»r.

The Walking Dead posterCineblogywood : Parlez-vous souvent avec Robert Kirkman de la fin de la série ?

Quand on parle on commence souvent par parler business pendant 10 minutes ! (rires) Et après on revient Ă  l’histoire. En fait je n’aime pas savoir la suite. Parce que Robert change d’idĂ©e Ă  la dernière minute. Par exemple [SPOILER ALERT] je ne savais pas qu’il allait tuer Lorie et le bĂ©bĂ© alors que la fois prĂ©cĂ©dente il m’avait dit qu’il allait la faire souffrir mais qu’elle s’en sortirait [SPOILER END]. C’est bien, j’adore lire le scĂ©nario comme n’importe qui et ĂŞtre aussi choquĂ© que les fans

MyScreens : Finalement, Robert Kirkman est plus associĂ© Ă  la production et Ă  la promotion de la sĂ©rie TV et vous ĂŞtes plus derrière la planche Ă  dessins. Vous n’avez pas envie de participer davantage Ă  la promotion avec Robert ?

Que croyez-vous que je fait ici ? (rires) En fait Robert est vraiment le producteur de la sĂ©rie et a donc plus de responsabilitĂ©s. Mais il vit aux États-Unis, ce n’est pas facile pour lui de venir en Europe. En fait c’est une bonne chose que nous soyons divisĂ©s. Comme ça Robert s’occupe des USA et je m’occupe de l’Europe comme ça Robert n’a pas besoin de venir. On se dĂ©brouille bien comme ça  et du coup, j’ai plein de promotion Ă  faire.

Retrouvez toutes les questions de Cineblogywood sur leur site. Et Walking Dead sur le site officiel de la sĂ©rie, sans oublier la page facebook. Et la review de la première saison. Et Merci Ă  Orange CinĂ©ma SĂ©ries pour l’interview.

publié dans :Actus Séries Séries

  1. 21/03/2011 Ă  20:12 | #1

    Super itw intéressante. Merci !

  2. 10/04/2011 Ă  23:47 | #2

    Je vous envie. WD est le comic à ne pas rater. Interview très intéressante.