Accueil > Cinéma, Critiques ciné > The Green Hornet, critique

The Green Hornet, critique

posté le 17/01/2011 FredP

the green hornet, critique

Le Frelon Vert sort du petit Ă©cran et des comics pour un film rĂ©alisĂ© par Michel Gondry, mais surtout Ă  la « gloire»  de Seth Rogen. Attention the Green Hornet est dans la place !

A l’origine, il y avait un feuilleton radio puis un comic-book. Mais si le personnage est connu c’est bien parce que la sĂ©rie TV a rĂ©vĂ©lĂ© Bruce Lee. A part ça, pas de quoi fouetter un chat. Sauf quand on voit que notre gĂ©nie de Michel Gondry national est attachĂ© au projet d’une adaptation pour le grand Ă©cran. Lui, d’ordinaire si poĂ©tique et inventif va-t-il rĂ©ussir Ă  imposer sa patte dans une commande de studio ? Oui … et non Ă  la fois car la prĂ©sence de Seth Rogen Ă  la production et au scĂ©nario fait surtout la part belle Ă  l’acteur lourdingue des productions Apatow.

Le Frelon Vert c’est donc l’histoire de l’hĂ©ritier d’un grand journal qui va devoir suivre son destin mais va surtout chercher Ă  devenir un super-hĂ©ros. Enfin presque car Brit Reid n’est tout de mĂŞme qu’un gosse de riche, orphelin, mais Ă©gocentrique et demeurĂ© au possible. C’est lĂ  la rĂ©ussite du scĂ©nario, prendre Ă  contre-pied ce qui a fait de Batman ou Iron Man des icĂ´nes pour montrer que Monsieur tout le monde veut ĂŞtre un super hĂ©ros juste pour se la pĂ©ter et se taper la secrĂ©taire. green hornet seth rogen jay chouUn point de vue qui sied parfaitement Ă  ce branleur de Seth Rogen et qui apporte donc toute son originalitĂ© au film, en allant jusqu’au bout de cette idĂ©e du hĂ©ros incapable. CentrĂ©e sur le personnage de Reid, le rĂ©cit n’en oublie pas pour autant son acolyte Kato, campĂ© par un Jay Chou impeccable, aussi Ă  l’aise dans les sĂ©quences de combat que dans les traits d’humour (plus subtile que ce balourd de Rogen) et surtout tellement douĂ© en mĂ©canique qu’il nous fabrique une Black Beauty du tonnerre que tout geek rĂŞve de conduire. Les autres personnages seront par contre peu explorĂ©s. Que ce soit Cameron Diaz en potiche (ça lui va si bien, mais elle l’a tellement fait qu’on s’en fout) ou le talentueux Christoph Waltz dans la peau d’un mĂ©chant mal dans ses baskets, ils manquent un peu de relief. Mais on notera le camĂ©o d’un James Franco gĂ©nial.

green hornet seth rogen jay chouAlors le Seth Rogen show on s’y attendait, et pour ceux qui n’aiment pas son jeu et son humour, ça va paraitre bien lourd. Mais d’un autre cĂ´tĂ©, ce qu’on attend surtout, c’est ce que va nous proposer Michel Gondry dans sa mise en scène. Et lĂ , c’est tout bonnement du plaisir. Alors bien sĂ»r, tenu par les contraintes d’un studio, il n’en fait pas autant que par le passĂ© mais on peut noter quelques sĂ©quences tout bonnement incroyables. Que ce soit la scène de combat de Jay Chou contre plusieurs malfrats qui en remontre Ă  certains dans l’utilisation des ralentis ou le montage papier-mâchĂ© illustrant une intense rĂ©flexion, on retrouve bien lĂ  la patte du rĂ©alisateur. Mais son grand moment de mise en scène et de montage est bien un split-screen hallucinant, l’image se sĂ©parant Ă  chaque rencontre de personnages pour les suivre ensuite et ainsi plusieurs fois, nous amenant au final Ă  suivre plus d’une demi-douzaine d’actions simultanĂ©es ! green hornet cameron diaz seth rogenImpressionnant ! Mais plus que cette sĂ©quence assez dingue, le rĂ©alisateur fait preuve d’une bon savoir-faire dans les sĂ©quences d’action comme dans les sĂ©quences de dialogues oĂą l’on retrouve d’ailleurs un ton bon enfant qui rĂ©gnait dans Be kind Rewind. On regrettera seulement 3D faite en post-production qui n’apporte rien au film mais ne dĂ©sert pas pour autant le film (comme ce fut le cas d’un Choc des Titans ou d’une Alice), d’autant plus qu’on a droit Ă  une bonne bande-son digne des clips du rĂ©alisateurs (dont les White Stripes justement).

Au final, The Green Hornet n’est pas la catastrophe que certains attendaient. C’est mĂŞme plutĂ´t une bonne surprise si on passe outre la lourdeur de Seth Rogen et que l’on apprĂ©cie le style incomparable de Michel Gondry qui a su garder sa patte dans un projet de commande.

publié dans :Cinéma Critiques ciné

  1. Pas encore de commentaire