Accueil > Cinéma, Film pas très bon du jeudi > Terreur sur la ligne, film pas très bon du jeudi

Terreur sur la ligne, film pas très bon du jeudi

posté le 06/10/2011 ChrisC

Menaces au téléphone dans Terreur sur la ligne, thriller passif qui vous tuera !

Sûrement nostalgique des Scream et de son tueur Ghostface qui porta le canular téléphonique un cran au-dessus de l’horreur la plus sanglante et psychotique, Terreur sur la ligne use le même pitch : un type bizarre harcèle des jeunes femmes seules au téléphone avant de venir les pourchasser chez elles ! Nan, bien avant cela tout de même, ce film de 2005 est un remake de When a stranger calls sorti en 1979 où un tueur persécutait une baby-sitter. D’ailleurs ce nouvel épisode est le fruit de Simon West, réalisateur de films d’action plutôt cool comme The Mechanic ou Les Ailes de l’enfer ou encore…Tomb Raider ! Ahem !

Dans ce Terreur sur la ligne, l’histoire qui nous est contée est celle d’un tueur. En ce qui nous concerne, on assistera à un seul petit massacre et un harcèlement qui durera 1 heure.  En effet, la scène d’introduction nous offre un petit dégommage suggéré où on entend une jeune femme répondre évasivement puis terrorisée aux relances pénibles d’un pervers pire que le service client de Maximo ! Ensuite, on assiste à la scène classique du détective ou commissaire vétéran qui lèche des cadavres au petit dèj’ pour connaître l’heure du décès, arrivant sur les lieux du crime… et qui fait des tronches pas possibles pour signifier le côté « horrible et j’ai jamais vu ça en 20 ans de service« . Sauf que seul lui verra les corps déchirés (avec des mouvements de caméra sur les dessins d’enfant aux murs, on comprendra que toute une famille a été assassinée, brutalement). My god !

La réalisation restera bien prude tout le long, dans se qui se révèlera un bon thriller, exhausteur de petites angoisses mais aussi très frustrant car on ne verra jamais rien de bien sanglant ou violent.

Retour à l’histoire. Quelques temps après, une centaine de miles plus loin, on part sur une toute autre histoire, qui limite, pourrait être un autre film. Jill, une jeune femme sans contenance et sans intérêt vraiment, part faire du baby-sitting dans une demeure digne des maisons du spot Leroy Merlin « Les idées prennent vie du côté de chez vous» . Un peu à la manière du Otage de Florent Emilio Siri avec Bruce Willis ou de The Glass House : belles maisons vastes, familles aisées, poursuite dans une maison dont on ne peut s’échapper… rien de bien nouveau et de bien passionnant je rajouterais !

La maison est magnifique, toute en baies vitrées, grandes fenêtres, patio avec des perruches, organisation où règne le Feng-shui, la simplicité et en même temps des recoins qui puent la thune ! A son approche, le père de Jill s’exclamera « ben dis donc j’aurais du être docteur« , alors qu’il accompagne sa fille à bord d’un énorme SUV.
La maison représente le seul point d’intérêt de ce film qui semble être en réalité un téléfilm familial canadien sur une maison d’architecte new age perdue au milieu de la campagne… pouah ! Avec un mec bizarre qui rôde autour, boarf !


Passée une exposition complètement inutile et trompeuse qui plus est, l’(in)action nous plonge dans cette maison où Jill va recevoir des appels d’un mec plutôt lourd mais qui parlera pas tellement et qui insistera en la rappelant plusieurs fois…arf… Je vous la fait courte, mais elle va paniquer pendant 1 heure dans cette grande maison et le retournement de situation sera que le type, incarné par Tommy Flanagan, le célèbre écossais aux joues balafrées vu dans tellement de grands films, est à l’intérieur ! Re- « Oh mon dieu ! » Heureusement j’ai envie de dire car juste faire touche-pipi au téléphone style Doc & Difool « ça n’est pas sale« , j’aurais vraiment été en colère.

Autre petit point positif mais raté, Simon West va jouer à fond la carte de l’ambiance : petite musique stressante, formes en ombres chinoises qui s’agitent de partout dans cette baraque, dissimulation d’un porte-manteau en arrière plan sur lequel est planté une robe de chambre qui nous fera penser à la présence de quelqu’un mais rien en fait, omniprésence de buée et de brouillard (eh oui le brouillard ça fait toujours peur), en gros la boite à outil du film qui doit faire peur !

Donc pour le coup on s’ennuie fortement, du fait aussi du manque total de contenance de l’actrice principale à gros sourcils, chiante pour un sou ! Terreur sur la ligne, c’est ennui mortel sur toute la ligne en vérité ! Sauvez-vous !

publié dans :Cinéma Film pas très bon du jeudi

  1. Pas encore de commentaire