Accueil > Cinéma, Critiques ciné > Take Shelter, critique

Take Shelter, critique

posté le 28/12/2011

take shelter critique

D√©couvert √† l‚Äô√Čtrange Festival et fortement remarqu√© √† Cannes et Deauville dont il n’est pas reparti bredouille, Take Shelter, drame parano√Įaque, arrive enfin dans les salles. 2012 commence donc sur un v√©ritable coup de cŇďur¬† !

take shelter affiche frDeuxi√®me film ensemble pour le r√©alisateur Jeff Nichols et Michael Shannon qui, apr√®s un Shotgun Stories √† l’excellente r√©putation, s’int√©ressent encore √† l’univers de l’Am√©rique profonde. En effet, Take Shelter est l’histoire d’un p√®re de famille ouvrier qui voit sa vie basculer lorsqu’il commence √† r√™ver qu’une temp√™te va s’abattre sur son foyer. Alors qu’il tombe petit √† petit dans la folie, c’est la cellule familiale qui explose.

Si certains attendaient un film catastrophe, ils seront d√©√ßus. Take Shelter est avant tout un drame, une histoire intimiste et forte o√Ļ le fantastique et le fl√©au s’immisce par pinc√©es. Ainsi, Jeff Nichols prend son temps pour nous faire entrer dans le quotidien de Curtis et de sa famille avant que la parano√Įa l’emporte. Un peu comme lorsque Spielberg d√©crivait la mont√©e de la folie enfantine de Roy Neary dans Rencontres du Troisi√®me Type, Nichols nous montre, de mani√®re plus dramatique, comment une vision peut changer le comportement d’un p√®re et mettre ses proches en danger et comment le manque de communication peut rapidement d√©truire une famille.


Le r√©alisateur nous fait alors peu √† peu entrer dans la psych√© de cet homme normal qui n’a rien demand√© √† personne. La parano√Įa s’installe progressivement et les visions apocalyptiques installent aussi le doute chez le spectateur de mani√®re marquante. Curtis devient-il fou ou medium, impossible de le savoir. Tout ce que nous savons, c’est que ces possibles pr√©monitions prennent le pas sur ses relations avec les autres. Cette mont√©e en puissance de la parano√Įa et de la perte de rep√®res dans la structure familiale trouvera son point culminant et sa lib√©ration dans un final d’une puissance √©motionnelle rare et exceptionnelle.

Finalement, seules les toutes derni√®res images √† l’interpr√©tation assez floue peuvent nuire Take Shelter suite √† l’aboutissement qu’ont connu les personnages. Mais cette impression passe vite pour nous laisser en t√™te le moyen extr√™me qu’il faudra trouver pour ressouder cette famille √† deux doigts d’√™tre bris√©e.

Vision de l’Am√©rique post-11 septembre ou simple constat sur l’√©tat de communication et de la confiance dans la cellule familiale de nos jours, Nichols r√©alise en tout cas ici un film puissant avec l’appui de com√©diens exceptionnels. Car il est ici impossible de passer √† c√īt√© des interpr√©tations √† fleur de peau de Michael Shannon, dont le regard fou glace le sang, et de Jessica Chastain, portrait de la m√®re et √©pouse parfaite (encore plus depuis The Tree of Life), ici mise √† mal.

Take Shelter est ainsi de ces films qui restent en t√™te et nous accroche au fauteuil devant la puissance des √©motions qu’il d√©gage. Un film poignant et d√©j√† le premier grand coup de cŇďur qui ouvre l’ann√©e d’une belle mani√®re.

publié dans :Cinéma Critiques ciné

  1. 31/01/2012 à 14:47 | #1

    Un film marquant qui feinte bien son monde en jouant les films catastrophes. Si le succ√®s public n’a pas l’air au rendez-vous, en tout cas la critique est assez unanime… Et puis comment r√©sister √† Jessica Chastain !?

ÔĽŅ