Accueil > CinĂ©ma, DVD > L’Empire des Ombres, critique

L’Empire des Ombres, critique

posté le 07/06/2011

empire des ombres critique

ArrivĂ© directement en vidĂ©o dans notre contrĂ©e, l’Empire des Ombres (Vanishing on 7th Street en VO) plonge Hayden Christensen dans l’obscuritĂ©.

l'empire des ombresSi le nom de Brad Anderson dira quelque chose aux plus cinĂ©phile c’est parce qu’il est le rĂ©alisateur qui a fait perdre 30 kilos Ă  Christian Bale dans the Machinist. Pour son nouveau film, il s’oriente maintenant dans le thriller horrifique centrĂ© sur la peur du noir. Un sous-genre maintes fois exploitĂ©s et qui a du mal Ă  ĂŞtre bien original aujourd’hui.

Pourtant, dans l’Empire des Ombres, ça dĂ©marre plutĂ´t bien. Le rĂ©alisateur ne perd pas de temps Ă  installer ses personnages dans une longue introduction. Au contraire, il nous plonge directement dans ce monde oĂą tout le monde a disparu et oĂą le soleil a laissĂ© place Ă  l’obscuritĂ©. L’atmosphère est sombre, Ă©trange, parfois mystique et empreinte de tristesse avec ces personnes disparues comme par magie et ces âmes qui semblent rĂ´der Ă  chaque recoin et dont on ne connait pas le but sinon nous emmener avec elles.

PlutĂ´t que d’explorer ce monde Ă©trange le rĂ©alisateur entraine tout de suite ses personnages dans le seul bar encore Ă©clairĂ© de la ville, empĂŞchant ainsi les ombres de venir les chercher. Nous prenons alors rapidement le temps de mieux connaitre les 4 personnages de l’histoire qui dĂ©jouent assez les gros clichĂ©s superficiels. Ici pas de bimbo Ă©cervelĂ©e, de petits vieux Ă  sauver, de chien qui Ă©chappe Ă  tout, les personnages interprĂ©tĂ©s par Hayden Christensen, Thandie Newton et John Leguizamo ont humains avec des rĂ©actions plutĂ´t naturelles Ă©tant donnĂ© les circonstances. Et si les acteurs ne font que cachetonner, ils dĂ©gagent suffisamment de choses pour s’identifier un tant soit peu Ă  leur condition.

empire des ombres newton christensen

Mais c’est du cĂ´tĂ© du rĂ©cit que ça pĂŞche beaucoup car au lieu d’explorer ce monde plongĂ© dans l’obscuritĂ©, on reste en permanence dans ce bar. Si bien qu’on se demande vraiment l’utilitĂ© d’avoir plongĂ© le monde dans le noir si c’est pour finalement rester dans un huis clos qui aurait pu marcher hors de ce contexte. Du coup, au lieu d’essayer de vraiment en savoir plus d’avoir un semblant de rĂ©ponse sur la prĂ©sence de ces âmes qui semblent errer dehors, notre petit groupe de hĂ©ros ne fait qu’allumer des lumières vacillantes.

On le sentait poindre au travers du personnage interprĂ©tĂ© par Thandie Newton bizarrement nommĂ© Rosemary (surement en rĂ©fĂ©rence Ă  Rosemary’s Baby Ă©tant donnĂ© l’une des scènes finales), le film n’Ă©chappe pas non plus Ă  la dimension religieuse. Celle-ci se doit bien sĂ»r d’ĂŞtre abordĂ©e dans un film comme celui-ci oĂą c’est la fin du monde tel que nous le connaissons. Mais Ă  la diffĂ©rence d’un The Mist oĂą cette question est impeccablement traitĂ©e et avec duretĂ©, dans l’Empire des Ombres, c’est un refuge superficiel, une fausse rĂ©ponse Ă  un rĂ©cit qui ne sait pas trop comment se terminer (et pourtant, 90 minutes, c’est court).

empire des ombre thandie newton

Au final, L’Empire des Ombres, si il avait du potentiel au dĂ©marrage se rĂ©vèle très vite assez superficiel et sans grand intĂ©rĂŞt en n’allant pas au bout de son sujet qui avait pourtant de quoi faire frissonner et rĂ©flĂ©chir. Il restera donc un petit film qui fait passer le temps.

publié dans :Cinéma DVD

  1. 24/07/2011 Ă  12:59 | #1

    Vu hier soir et fortement apprĂ©ciĂ©. MĂŞme si il y a une redondance dans certaines scènes, il se dĂ©gage du film une ambiance angoissante qui fonctionne. Les questions mystiques et scientifiques posĂ©es au dĂ©but sont intĂ©ressantes mais perdent leur intĂ©rĂŞt par la suite Ă  cause d’un manque de dĂ©veloppement et de peu de rĂ©ponses apportĂ©es. Au final, mĂŞme si on passe un bon moment d’angoisse, on n’a pas de rĂ©elle rĂ©ponse sur le pourquoi du comment, juste une fin ouverte qui laisse libre cours Ă  notre imagination.