Accueil > Cinéma, Critiques ciné > Happy Feet 2, critique

Happy Feet 2, critique

posté le 23/12/2011 FredP

happy feet 2 critique

C’est reparti, il est Ă  nouveau temps de taper du pied avec nos manchots favoris. Mais parce qu’Happy Feet 2, c’est bien plus que des pingouins qui dansent, les parents seront heureux d’emmener leurs enfants prendre une grande leçon de solidaritĂ© !

happy feet 2 affiche frBien trop souvent, on entend dire que le cinĂ©ma d’animation est rĂ©servĂ© aux enfants. A croire que les adultes ont perdu cette part de rĂŞve … ou ne savent plus regarder plus loin que les images  quand ce n’est pas du Pixar ou de l’animation japonaise. Et c’est bien un des prĂ©jugĂ©s qui colle Ă  la peau d’Happy Feet. Il faut dire que les bandes-annonces et affiches ne parlent pas vraiment du fond de l’histoire et montrent surtout des pingouins qui chantent et font des claquettes. Pourtant, ceux qui ont vu le premier volet savent bien que George Miller (Mad Max et Babe) a choisi le peuple manchot pour parler des problème de notre sociĂ©tĂ©, environnement et  exclusion de la diffĂ©rence en tĂŞte (ce n’est pas pour rien que le film avait remportĂ© l’oscar du meilleur film d’animation).

Dans ce deuxième volet d’Happy Feet, il continue d’explorer ces thèmes et va mĂŞme plus loin mais toujours avec une bande-son qui donne la pĂŞche. Après son aventure solitaire qui a sauvĂ© son peuple, Mumble est donc le manchot le plus heureux de la banquise. Il danse Ă  loisir et a eu un petit Erik avec la douce Gloria. Le souci est que le bambin ne sait pas danser aussi bien que tout le monde, ce qui le met plus que mal Ă  l’aise. Et s’il n’est pas exclu (au contraire, depuis que le message du premier film est passĂ©, tout le monde soutien le petit), il a du mal Ă  trouver sa place et fugue. Sur son chemin il va trouver un Ă©trange « pingouin volant»  qui lui apprendra que tout ce que l’on dĂ©sire peut se rĂ©aliser, il suffit de le vouloir.

A travers cette simple histoire, remplie de moments funs pour les bambins, Miller arrive mine de rien Ă  brasser une foule de grands thèmes qui parleront aux adultes. Le premier d’entre eux est bien sĂ»r la relation père-fils qui ouvre le rĂ©cit. Que peut faire un père pour rassurer son fils, et que peut faire celui-ci pour rendre son père fier ?

L’autre thème qui a ici toute son importance est le fait de trouver sa place dans un cycle Ă©tabli. Que ce soit simplement le petit Erik qui cherche sa place au sein de son peuple ou plus largement la place qu’occupe chaque espèce dans la chaĂ®ne de la vie. Il n’y a qu’Ă  voir comment les peuples interagissent entre eux et comment la petite histoire des deux minuscules krills (campĂ©s par Brad Pitt et Matt Damon) se retrouve liĂ©e Ă  une histoire qui les dĂ©passe (la survie du peuple manchot) alors qu’ils cherchent Ă  se dĂ©faire de leur condition de nourriture pour baleines.

On pourra dĂ©plorer que les humains n’aient pas autant d’importance dans le danger que courent les manchots. Le message portant sur notre impact sur l’environnement est du coup moindre mais nĂ©anmoins prĂ©sent en fond (cet oiseau qui apporte du « vert»  et cette dĂ©rive des glaces sont tout de mĂŞme de notre fait). En fait l’absence des humains peut mĂŞme ĂŞtre perçue comme de la lâchetĂ© de notre part. Nous laissons les animaux se dĂ©brouiller et s’Ă©teindre après avoir causĂ© le mal. Mais heureusement, la solidaritĂ© est ici le plus grand des messages du film. Chacun trouve sa place pour permettre Ă  tout un Ă©cosystème de survivre jusque dans un numĂ©ro musical final d’une pression Ă  tomber.

Car Ă  cotĂ© des message que recevront petits et grands, il ne faut pas oublier qu’Happy Feet 2 est une comĂ©die musicale enlevĂ©e. Et de ce cĂ´tĂ©, on a de quoi remuer. De la rĂ©alisation en pleine voltige de Miller enchaĂ®nant les vols planĂ©s au milieu des foules d’animaux plus vrai que nature aux chansons alternant les styles, il y a un spectacle devant lequel on ne peut que se rĂ©galer. Il suffit de voir les choix de chansons tous audacieux, mĂ©langeant allègrement le RnB au Rock de Queen en passant par le gospel et mĂŞme l’opĂ©ra !

Bref, Happy Feet 2 est sans doute le film « pour enfants»  le plus abouti de l’annĂ©e, brassant les grands thèmes avec des images magnifiques et des chansons qui risquent bien de vous Ă©mouvoir avant de sortir de la salle en tapant du pied.

publié dans :Cinéma Critiques ciné

  1. Pas encore de commentaire