Accueil > Cinéma, DVD > Frozen, critique

Frozen, critique

posté le 22/02/2011 FredP

frozen thumb

C’est parti pour les vacances aux sports d’hiver. Mais pour en profiter, espĂ©rons que vous ne restiez pas bloquĂ©s sur un tĂ©lĂ©siège comme les hĂ©ros de Frozen.

frozen afficheLes huis-clos sont un peu à la mode en ce moment. Dans la lignée de Buried ou autres 127 Heures, ce Frozen est sorti aux Etats-Unis depuis un petit moment déjà mais devrait arriver directement en dvd chez nous (enfin si il y arrive). Et si le pitch de départ (3 ados coincés sur un télésiège) fait forcément penser à la mésaventure de Jean-Claude Duss dans les Bronzés font du ski, on déchante très vite quand on voit la situation des 3 héros empirer.

Oui on se dit au dĂ©part que l’histoire ne va pas aller bien loin et que c’est tout de mĂŞme ballot d’ĂŞtre coincĂ© Ă  100 mètre du sol, d’autant que les trois protagonistes sentent le clichĂ© Ă  3 kilomètres. Mais voilĂ , Ă  mesure que le rĂ©cit avance, on se prend plutĂ´t bien au jeu. Le froid et la neige fond des ravages sur ces individus bloquĂ©s pendant un très long week-end. Une fois la situation en place, on commence Ă  gratter le vernis qui se cachait sous les personnages très lisse pour dĂ©couvrir des personnes humaines, aux rĂ©actions naturelles face Ă  ce qui leur arrive. frozenEn cela les comĂ©diens Ă©chappĂ©s de sĂ©ries TV sont donc plutĂ´t convaincants et arrivent Ă  nous faire croire qu’il n’ont pas d’autre solution que d’attendre dans le froid.

Mais il faut compter aussi sur la rĂ©alisation d’Adam Green qui se dĂ©brouille plutĂ´t bien et va mĂŞme Ă©viter le film trop larmoyant ou le gore Ă  effet choc. Lorsqu’il arrive quelque chose, on a mal très  mal et il y va parfois sans concession. Le rĂ©alisateur arrive Ă  faire monter la pression et, si elle se relâche dans la dernière partie pour vite terminer le film, l’ambiance est bien lĂ  et on ne pense jamais au manque de moyens.

Si l’on aurait pu croire Ă  une sĂ©rie Z ultra-clichĂ© avec uns scĂ©nario abracadabrant en voyant le pitch, Frozen est donc en fait une plutĂ´t bonne surprise dans le registre du thriller de sĂ©rie B hivernal. En contournant plutĂ´t habilement les clichĂ©s propres au film ados, le rĂ©alisateur Adam Bell dĂ©montre qu’il sait entretenir une ambiance et rĂ©vèle un petit potentiel Ă  suivre dans le genre.

publié dans :Cinéma DVD

  1. 22/02/2011 Ă  23:42 | #1

    Il a l’air bien sympa ce film !
    Je ne connaissais pas du tout.

  2. jessy
    23/02/2011 Ă  13:51 | #2

    J’ai aimĂ© la conjoncture entre l’homme et la nature (dĂ©vorante)…Non, sĂ©rieux, l’histoire est trop prĂ©visible, l’oubli du mec qui gère le roulement des tĂ©lĂ©sièges est prĂ©visible et le fait que les mecs tiennent moins la route que les nanas est…
    tu m’as compris :)
    J’aime les acteurs ados qui grandissent ceci dit! Je me souviens encore de ce film avec le chien qui joue au basket ball…

  3. FredP
    23/02/2011 Ă  22:16 | #3

    @Zirko
    Sans ĂŞtre trop exigeant, ça se regarde oui. Surtout que c’est pile poil la pĂ©riode

  4. FredP
    23/02/2011 Ă  22:18 | #4

    @jessy
    Oui c’est prĂ©visible et pas toujours crĂ©dible, comme toute les sĂ©ries B mais pour un premier films sans trop d’ambition, c’est tout de mĂŞme plutĂ´t bien jouĂ© et le rĂ©al arrive Ă  poser une ambiance.
    Vu le pitch ça aurait pu être beaucoup plus ridicule. Alors il faut juste le regarder comme une bonne petite série B

  5. Plissken
    02/11/2011 Ă  00:30 | #5

    Le rĂ©al,c’est Adam Green et pas Bell. Et ce n’est pas son premier film.

  6. FredP
    02/11/2011 Ă  00:54 | #6

    En effet ! Autant pour moi, je corrige. merci