Accueil > Cinéma, DVD > Etat de guerre, sortie Dvd

Etat de guerre, sortie Dvd

posté le 31/08/2011

Renny Harlin livre avec Etat de Guerre, un film d’action tourné presque caméra au poing. Retour sur 5 jours d’une guerre horrible qui perturba fortement la vie des civils et passa presque inaperçu aux yeux du monde pour cause de JO de Beijing !

La guerre d’août 2008 qui opposa pendant 5 jours les Russes et la Géorgie, ça vous dit quelque chose ? Renny Harlin se replonge dedans avec Etat de guerre, un safari action qui pète dans tous les sens. Très réaliste sanguinolent, violent et un peu manichéen (prenant volontairement le point de vue de la Géorgie), ce film est comme un documentaire aux mains d’Uwe Boll. Bon non, je suis vache là. Il aura mis les moyens le réalisateur finlandais Renny Harlin ! Lui qui a mis en scène Freddy Krueger dans l’épisode 4 – Le Cauchemar de Freddy mais surtout John Mac Lane dans Die Hard 2. Dans Etat de guerre, il remonte les évènements.

L’action va suivre 2 reporters de guerre anglo-saxons, Thomas Anders (Rupert Friend ) et Sebastian Ganz (Richard Coyle génial Geoffrey dans la série anglaise Coupling/Six sexy), au cœur de la tourmente de la campagne géorgienne, venu enquêter sur ces troubles. En chemin ils vont assister au massacre d’un mariage bombardé. Ils n’auront de cesse que de vouloir réunir une femme avec sa sœur et leur père (et aussi l’occasion d’un bon tire-larmes). Traversant les villages dévastés, nous suivrons en parallèle les tergiversations du président géorgien tentant d’alerter la communauté internationale, en vain, pour demander de l’aide.

Témoins de crimes atroces dignes de la terreur nazie, les reporters vont filmer ces scènes pour dénoncer cette invasion barbare. S’en suivra un long jeu de « chat et la souris » entre les hommes de guerre à la solde des russes et les journalistes fuyant avec les réfugiés. Ils croiseront en chemin d’autres collègues dont Val Kilmer.

C’est d’ailleurs un des points forts (amusant) d’Etat de guerre : son casting. On retrouvera une poignée d’excellents acteurs mis aux oubliettes d’Hollywood comme Heather Graham (qu’on verra 2 secondes le temps d’arrêter quelques balles avec ses obus), Andy Garcia (dans le rôle du Président à accent géorgien), Val Kilmer (en photographe sosie de Gérard Dépardieu), Dean Cain (Mr Clark de Lois & Clark)… Etonnant ce cortège d’acteurs dans un projet engagé politiquement.

Dans Etat de guerre, je dirais qu’il n’y a pas tellement de dénonciation que ça, comparé au sujet brulant que c’est ! C’est plus une orientation du regard du spectateur. En fait, par la simple évocation du système de hiérarchisation de l’information par les médias, on comprend mieux leur façon de fonctionner et ce qui est répréhensible : en gros, si les puissances sont en pourparlers, diplomatiquement et lâchement, les médias n’iront pas diffuser de sujet sur une simple guerre en Géorgie, pour ne pas fâcher les dirigeants russes ! A plusieurs moments, on verra le contact US des reporters leur signifier que leur reportage n’intéresse pas sauf peut-être la détresse humanitaire. Même après, avec des preuves de crimes de guerre, les médias ne seront toujours pas preneurs.

Néanmoins un certain manichéisme dans le traitement, plombe un peu l’intrigue : les russes sont les méchants et les gentils Géorgiens n’ont rien demandé. Ce qui fait qu’on a tendance à sortir du cadre du film de guerre réaliste ; on aurait bien aimé voir le point de vue des russes exposés. On aura plus droit au portrait de militaires affameurs, à la solde du grand ours cruel et froid. Même sur le plan politique, on ne comprendra jamais vraiment les raisons de la Russie pour pénétrer ainsi sur le territoire des géorgiens. De là à se dire que le film est une énième illustration de l’oppresseur russe envahissant un de ses voisins, il n’a qu’un pas (de la part d’un finlandais ça se comprendrait).

Tout de même, on a le droit dans Etat de guerre à 5 jours d’une horreur indicible, d’une cruauté et d’une violence débridée, lâchée par les Russes sous la forme d’escadrons de la mort, impressionnants mercenaires sans trop de pitié pour les humbles civils. Tout comme Shots of War sortie la semaine dernière, Etat de guerre met bien en lumière le difficile travail de reporters de guerre !  Cette semaine en Direct-to-DVD.

publié dans :Cinéma DVD

  1. Pas encore de commentaire