Accueil > DVD > Boston Streets, critique

Boston Streets, critique

posté le 20/04/2011

Boston streets critique

Après un dĂ©tour par le Festival de Toronto il y a quelques annĂ©es, voici que Boston Streets (ou What Doesn’t Kill You en VO) sort enfin dans nos contrĂ©es en DVD.  Au vu du film, on peut tout de suite comprendre pourquoi le sortir directement en video en France. En effet, cette Ă©nième histoire de petites frappes dans les rues de Boston n’a vraiment rien d’original si ce n’est un duo d’acteurs et un ressenti bien personnel.

boston streetsL’histoire est donc celle de Paulie et Brian, deux amis d’enfance qui ont grandi dans les rues de Boston et vivent de petits larcins. Plus leurs petites affaires tournent mal, plus Brian tombe dans la drogue, au point qu’ils vont tous les deux finir par aller en prison. Mais Brian a envie de retrouver sa famille et va laisser tomber le crime organisĂ©. Oui, ici je vous ai rĂ©sumĂ© un peu tout ce qu’il se passe dans le film estampillĂ© « histoire vraie ».

Car si le film est bourrĂ© de clichĂ©s, qu’il n’apporte absolument rien au genre (comme le rĂ©cent The Town de Ben Affleck), il est adaptĂ© du vĂ©cu de son rĂ©alisateur Brian Goodman qui, avant de se tourner vers le cinĂ©ma, Ă©tait bien un petit criminel de Boston. Ce cĂ´tĂ© « histoire vraie » qui peut paraitre assez lourd quand la mention apparait au dĂ©but du film est donc finalement l’atout du film. Pendant tout le film, et malgrĂ© ses longueurs, c’est bien le vĂ©cu de son rĂ©alisateur que l’on ressent avec une authenticitĂ© palpable. bostonstreets mark ruffaloBrian Goodman a rĂ©alisĂ© ce film avec tout son coeur, avec toutes ses tripes.

Mais le rĂ©alisateur a beau ĂŞtre sincère, il n’en est pas moins qu’il ne s’agit pas de son savoir-faire premier. Du coup, cĂ´tĂ© rythme, c’est le calme plat et l’on a vite fait de dĂ©crocher, d’autant plus que, comme il n’innove pas vraiment, on sait bien ce qu’il va se passer. Il n’arrive pas Ă  crĂ©er de tension ou Ă  apporter une certaine noirceur Ă  son vĂ©cu. Ainsi, on a l’impression que tout ce que vit le personnage principal est survolĂ©, comme si ce n’Ă©tait pas important, se contentant de dire une chose dans une scène, puis de passer Ă  une autre.

Heureusement, on rĂ©ussi tout de mĂŞme Ă  ĂŞtre captĂ© grâce Ă  l’excellente prestation de Mark Ruffalo. En s’Ă©loignant du mafieux violent et froid, il apporte Ă  son personnage une douceur et une chaleur qui le rend bien humain.bostonstreets ruffalo Un jeu tout en nuances qui confirme son talent et son investissement, mĂŞme dans de petites productions. Face Ă  lui, la trop rare et sous-estimĂ©e Amanda Peet est très touchante. Ce ne sera pas le cas par contre d’Ethan Hawke qui nous ressort ici la panoplie de Training Day.

Ce n’est pas parce que Boston Streets ne sort pas des sentiers battus qui l’ont menĂ© directement au DTV qu’il mĂ©rite pour autant d’ĂŞtre ignorĂ©. En effet, pour qui s’intĂ©resse au milieu, c’est toujours intĂ©ressant d’en voir une dĂ©clinaison si personnelle, surtout quand elle est interprĂ©tĂ©e par un Mark Ruffalo impeccable de justesse.

publié dans :DVD

  1. Pas encore de commentaire