Accueil > Cinéma, Culte du dimanche > Culte du dimanche : No Country for Old Men

Culte du dimanche : No Country for Old Men

posté le 27/02/2011 FredP

no country for old men culte

A la veille des Oscars, et alors que True Grit, le nouveau film des frères Coen sort au cinéma, il était impensable ne pas parler du No Country for Old Men oscarisé de Joel et Ethan ! Retour sur leur film le plus noir.

no country for old men afficheAprès s’ĂŞtre amusĂ©s sur deux comĂ©dies moyennement apprĂ©ciĂ©es car trop « faciles»  (IntolĂ©rable CruautĂ© et Ladykillers), les frères Coen se sont attaquĂ©s Ă  un thriller très noir. Chose qu’il n’ont pas fait depuis un petit moment. Il commencent donc Ă  adapter le livre de Cormac McCarthy, No Country for Old Men. L’Ă©crivain reconnu est en gĂ©nĂ©ral rĂ©putĂ© quasiment inadaptable (ce fut le cas pour The Road finalement rĂ©ussi par John Hillcoat) mais force est de reconnaitre que les deux frangins s’en sortent avec les honneurs. Il rĂ©Ă©crivent donc le scĂ©nario pour le rapprocher sensiblement de leurs aspiration en en gardant toute la noirceur.

No Country for Old Men raconte donc le destin de 3 hommes. L’un est un simple cow-boy qui se retrouve sur le lieu d’un règlement de comptes et prend l’argent qu’il reste, l’autre est un tueur sans pitiĂ© qui part Ă  sa recherche et le troisième est le shĂ©rif vieillissant du coup qui voit son monde partir comme poussière au vent. S’en suit une poursuite effrĂ©nĂ©e dans un torrent de violence âpre, autant physique que psychologique dans un Texas crĂ©pusculaire.

No Country for Old Men - Tommy Lee JonesSi les frères Coen nous avaient habituĂ©s Ă  leurs comĂ©dies dĂ©calĂ©es, Ă  leurs personnages caractĂ©ristiques et la qualitĂ© de leur mise en scène, rien de ce que nous avons vu chez eux ne pouvais prĂ©figurer Ă  la noirceur extrĂŞme qui remplit ce No Country for Old Men. MĂŞmes les habituĂ©s de leur cinĂ©ma seront perdus puisque pour la première fois, aucun membre du casting principal (Javier Bardem, Tommy Lee Jones, Josh Brolin, Kelly MacDonald) n’avait prĂ©cĂ©demment travaillĂ© avec les Coen. Pour trouver un repère nous menant Ă  ce film, il faut remonter au premier film du duo, Blood Simple, et Ă  l’intrigue de Fargo.

No Country for Old Men - Josh BrolinLes frangins en ont remplacĂ© le froid et la neige par la poussière et la sueur du dĂ©sert en installant une tension palpable dans le moindre plan. Avec ce No Country for Old Men, Joel et Ethan Coen font donc preuve d’une mise en scène au cordeau qui rend justice au roman d’origine et tend mĂŞme par moment Ă  le surpasser. Mais ils n’en oublient pas pour autant l’humour. MĂŞme si l’atmosphère est pesante, les rĂ©alisateurs nous servent Ă  froid un humour très noir qui ne prĂ©vient pas, rĂ©vĂ©lant toute l’absurditĂ© de ce torrent de violence et de ce monde qui change.

No Country for Old Men - Javier BardemDe son cĂ´tĂ©, le casting inĂ©dit s’embarque efficacement dans cette atmosphère. On notera particulièrement l’incroyable performance de Javier Bardem en tueur implacable, insensible, Ă  la froideur magnĂ©tique qui nous empĂŞchera Ă  tout jamais de nous moquer de la coupe de cheveux de Mireille Matthieu. De son cĂ´tĂ© Tommy Lee Jones nous fait bien ressentir tout le dĂ©sespoir d’un homme de son experience face au nouveau monde violent qui arrive et contre lequel il ne pourra rien faire (d’oĂą le titre de l’Ĺ“uvre). Seul Josh Brolin parait plus lisse mais c’est son rĂ´le de hĂ©ros qui le veut et il s’y montre parfait, relançant par lĂ  sa carrière (on ne l’avait pas vu depuis les Goonies quand mĂŞme !).

No Country for Old MenAvec une telle rĂ©ussite, No Country for Old Men devient l’un des plus gros succès au box-office des frères Coen, mais il dĂ©chaine surtout un torrent de critiques dithyrambiques. Ainsi, en plus d’ĂŞtre sĂ©lectionnĂ© en compĂ©tition au 60e Festival de Cannes, les frères Coen rĂ©colent un Golden Globe du meilleur scĂ©nario mais surtout dĂ©crochent enfin 3 rĂ©compenses suprĂŞmes du cinĂ©ma amĂ©ricain : oscar du meilleur scĂ©nario, meilleurs rĂ©alisateurs et Ă©videmment meilleur film. Sans oublier le golden globe et l’oscar du meilleur second rĂ´le remportĂ© par Javier Bardem pour son interprĂ©tation qui fait froid dans le dos !

Après cette rĂ©ussite totale, pas Ă©tonnant que leur nouveau western, l’adaptation de True Grit, plus grand public, ai Ă©tĂ© attendue de pied ferme avec le succès qu’on lui connait aujourd’hui.

publié dans :Cinéma Culte du dimanche

  1. 06/03/2011 Ă  18:35 | #1

    Un Oscar du meilleur film pas volĂ© : ils ont bouleversĂ© le monde du thriller avec ce monument. Rarement le suspense n’est aussi Ă©levĂ© dans un film, et du dĂ©but Ă  la fin !