Accueil > Cinéma, Critiques ciné > Cadavres à la pelle, critique

Cadavres à la pelle, critique

posté le 26/08/2011 FredP

cadavres a la pelle critique

Avec Cadavre à la pelle, c’est le grand retour de John Landis au cinéma… malheureusement c’est un retour par la petite porte.

cadavres a la pelle afficheCela fait plus de 10 ans que l’on n’avait pas vu John Landis à l’œuvre. Depuis sa suite inutile aux Blues Brothers il a bien travaillé sur quelques épisodes de Masters of Horror et l’inédit en France Susane a un plan mais rien de significatif sur grand écran. Quelle joie lorsqu’on a appris qu’il allait revenir avec Cadavres à la Pelle. D’autant plus qu’on sentait qu’il allait apporter un bon humour noir à l’époque victorienne. Malheureusement, malgré la présence d’Andy Serkis et Simon Pegg, la déception est là. Nous sommes loin d’une réussite comme le Loup Garou de Londres qui mêlait ce qu’il fallait d’horreur et d’humour.

Cadavres à la pelle, c’est l’histoire vraie de Burke et Hare, deux émigrés irlandais qui ont une drôle d’idée, vendre des cadavres à l’école de médecine. Un business qui rapporte vite gros mais lorsque les cadavres deviennent rares, il faut bien trouver un moyen pour gagner de l’argent. Avec un tel sujet et connaissant le réalisateur, on se sent bien aprti pour une bonne critique de la société de l’époque à grand coup d’humour noir. Mais si c’est bien présent, le réalisateur n’est plus aussi mordant que par le passé et l’ennui pointe vite le bout de son nez.

Il faut dire que le film manque clairement de rythme. Alors que nous prenons plaisir à nous installer devant les deux compères croque-morts amateurs, on s’aperçoit vite que Landis utilise vite ses cartouches au début du film. Du coup la partie centrale du film accuse un sérieux coup de mou. Il ne s’y passe plus grand chose, préférant s’intéresser à la vie amoureuse rêvée de Burke au détriment de ce que les compères font pour vivre. Il y a bien des moments assez drôles mais ils sont finalement assez rares pour faire de Cadavres à la pelle une véritable comédie.

Même au niveau des décors ou des costumes, on se sent assez étriqués, Landis ne nous donne pas vraiment de vision d’ensemble du milieu dans lequel Burke et Hare vivent. Comme si Landis avait été obligé de recyclé des décors du Sweeney Todd de Burton et essayait de ne pas le montrer de peur que ce soit trop voyant. Il ne reste alors plus que quelques pointes d’humour pour tromper l’ennui.

D’un autre côté, si la sauce ne prend pas complètement c’est peut-être aussi du côté des acteurs. Andy Serkis et Simon Pegg sont tous deux d’excellents comédiens au sens de l’humour imparable. Malheureusement, et on ne sait trop pour quelle raison, l’alchimie de fonctionne pas entre eux. Du coup, leurs petites disputes manquent de répondant et surtout, leur amitié manque de profondeur, si bien que lorsqu’ils se séparent et que l’un des deux devrait le payer, on en ressent pas vraiment d’émotions.

A notre grand regret, ce n’est pas avec Cadavres à la Pelle que John Landis reviendra parmi nous. Et c’est dommage car le sujet était parfait pour le réalisateur. Mais même si il arrive à mettre sa patte dessus, on sent que ces années d’absence l’on un peu rouillé. Allez John, reviens nous en pleine forme la prochaine fois.

publié dans :Cinéma Critiques ciné

  1. Pas encore de commentaire