Accueil > Cinéma, DVD > Blood Island (Bedevilled), critique

Blood Island (Bedevilled), critique

posté le 03/05/2011 FredP

blood island critique

Le Grand Prix de Gerardmer 2011 est coréen et se nomme Blood Island. Un drame horrifique sombre et sauvage mais traversé par bien des longueurs

Blood IslandLe cinĂ©ma corĂ©en a en gĂ©nĂ©ral deux caractĂ©ristiques qui le rendent assez particulier : une violence assez crue, qu’elle soit physique ou psychologique, et un humour bien particulier parfois très noir Ă  prendre au 10e degrĂ©. Tout ceci est dĂ» Ă  une sociĂ©tĂ© qui a Ă©voluĂ© avec un flingue sur la tempe et dont le cinĂ©ma se rĂ©vèle un libĂ©rateur de cette castration.

Bedevilled, renommĂ© Blood Island dans nos contrĂ©es, en est ainsi le parfait exemple, mettant en relief la diffĂ©rence entre une femme urbaine et les traditions provinciales. C’est donc Hae-won qui revient sur l’Ă®le oĂą elle passait ses vacances lorsqu’elle Ă©tait enfant. Elle y retrouve sa meilleure amie qui a bien des problèmes avec les hommes de l’Ă®le et un groupe de femme qui leur est complètement soumis. Elle dĂ©couvre alors un quotidien fait de violences et d’humiliations dont a bien fait de s’Ă©loigner… mais va-t-elle pour autant pouvoir aider son amie Ă  y Ă©chapper ?

Ainsi, sur les 2 heures de film, 2 tiers insistent sur la dĂ©couverte de la vie sur l’Ă®le, de ses règles sauvages, sans compromis, faisant un portrait sans concession d’un groupe de personnes au comportement rĂ©trograde et violent que nous ne pourrions tolĂ©rer en milieux urbain (des hommes violents vĂ©nĂ©rĂ©s par des femmes soumises et qui ne sourcilleront pas). Et si l’on pensait qu’Hae-Won allait ĂŞtre l’hĂ©roĂŻne, nous avions tort puisque c’est sur son amie d’enfance Bok-nam que va se recentrer l’intrigue. Et pour cause, c’est ce personnage qui subit ici toutes les humiliations et violences de la part de tous les habitants de l’Ă®le. Mais le hic, c’est que 2 tiers d’exposition, c’est bien long, surtout quand les personnages et les situations sont Ă©crits Ă  la serpe. Car ici, les personnages n’Ă©voluent pas, ou très peu et tout y est grossier et soulignĂ© avec tant d’insistance que cela en devient lourd au bout d’un moment. Un manque de subtilitĂ© qui fait clairement dĂ©faut. Et si l’on pouvait penser que cela servait l’atmosphère qui prend son temps pour s’installer et nous mettre mal Ă  l’aise, c’est plutĂ´t ratĂ© car on n’a qu’une envie, tuer tous les habitants de cette Ă®le maudite, hĂ©roĂŻnes comprises.

blood island

Puis vient, après diverses tergiversations inutiles, le dĂ©luge de violence annoncĂ©. La revanche a sonnĂ©, et si les amateurs de gore seront heureux d’avoir enfin quelques dĂ©capitations et litres de sang Ă  se mettre sous la dent, ces sĂ©quences sont tournĂ©es sans vraiment  d’empathie pour le personnage ou de profondeur. Juste une vengeance, mais sans fond … Ă  croire que toute la profonde installation de l’histoire et des personnages que l’on a subi pendant toute la première partie avait Ă©tĂ© charcutĂ©e jusque dans un dernier quart d’heure de trop et avec une rĂ©alisation qui s’attarde bien trop sur les « corps qui tombent un long moment contre le mur avant de ne plus bouger après un poignard en plein cĹ“ur» .

Bref si ce Blood Island n’y va pas de main morte sur son message concernant la sociĂ©tĂ© corĂ©enne, il n’y va pas de main morte non plus dans sa rĂ©alisation lourde (mais aux belles images) et son scĂ©nario bancal et trop Ă©tirĂ©. Toutefois, les amateurs de ce genre de ce cinĂ©ma seront sans doute ravis. Les autres passeront leur chemin sur ces 2 heures qui se ressentent vraiment pendant la vision du film.

publié dans :Cinéma DVD

  1. 08/05/2011 Ă  01:19 | #1

    Je suis bien d’accord avec cette critique.

  2. vatoum
    04/08/2011 Ă  17:58 | #2

    vous avez pas vu le film ou en diagonale parce que cette critique, les mauvais critiques sont autorisĂ©s, ne retranscrit pas vraiment ce qui se passe dans ce film…
    la dĂ©couverte de la vie sur l’ile… ce n’est pas vraiment dans le film ca.
    alors pour faire une bonne critique – une vrai – il faut d’abord regarder le film, mais vraiment le faire

  3. FredP
    04/08/2011 Ă  22:46 | #3

    @Vatoum la dĂ©couverte de la difficle vie sur l’Ă®le occupe tout de mĂŞme au moins les 2/3 du film que j’ai vu (subi mĂŞme) je vous rassure.