Accueil > Critiques SĂ©ries, SĂ©ries > The Walking Dead, saison 1

The Walking Dead, saison 1

posté le 22/12/2010 FredP

walking dead critique saison 1 serie tv

The Walking Dead Ă©tait sans doute l’une des sĂ©ries les plus attendues de la rentrĂ©e. Verdict, les 6 Ă©pisodes produits par AMC et Frank Darabont sont bons, très bons, mĂŞme si ils ont de quoi donner des sueurs froides aux fans du comic-book.

The Walking Dead posterL’annonce avait ravi tous les fans de zombies et du comic-book culte de Robert Kirkman. Après 7 ans d’existence,  The Walking Dead allait ĂŞtre adaptĂ© en sĂ©rie TV. Et lorsque l’on a appris que c’Ă©tait la chaĂ®ne câblĂ©e AMC (Mad Men et Breaking Bad) et le rĂ©alisateur Frank Darabont (Les ÉvadĂ©s, La Ligne Verte, The Mist) qui prenaient en main le projet, l’attente a Ă©tĂ© d’autant plus forte. Il faut dire qu’Ă  la base, la saga Ă©crite par Robert Kirkman est un monument du genre survival zombiesque, mettant en avant l’Ă©volution des personnages dans un monde qui n’est plus ce qu’ils ont connu, leur soif de vivre, leurs doutes, leurs peines, si bien que dès qu’un malheur arrive, le lecteur ne peut qu’ĂŞtre prit Ă  la gorge. ForcĂ©ment, avec autant de thèmes et des caractères qui se durcissent dans le temps, le format « sĂ©rie tĂ©lĂ©»  Ă©tait tout indiquĂ© et, Ă©tant donnĂ© les producteurs, il n’y avait aucune raison pour que la sĂ©rie ne soit pas fidèle au matĂ©riau originel en allant aussi loin dans la duretĂ© des actions et des discours.

Après avoir vu les six Ă©pisodes de cette première saison, force est de constater que nous sommes face Ă  un dilemme. D’une part, la sĂ©rie est très bonne et vĂ©hicule quelque chose d’inĂ©dit jusque lĂ  sur les Ă©crans, mais d’un autre cĂ´tĂ© les fans ont de quoi rager face Ă  certaines trahisons qui n’ont pas forcĂ©ment de sens.

Ainsi, la première chose que remarqueront les adorateurs du comic-book de Kirkman, ce sont les zombies sont plus vifs qu’Ă  l’origine, perdant de fait la filiation que l’Ĺ“uvre avait avec les films de Romero. Mais si c’est une trahison, elle apporte alors un rythme au rĂ©cit et pousse la menace dans un degrĂ© de dangerositĂ© plus important, ce qui en soit, ne fait qu’augmenter les frissons. Ce n’est qu’une petite trahison par rapport Ă  ce que l’on va dĂ©couvrir ensuite. Car les crĂ©ateurs du show ont ici ajoutĂ© bon nombre de personnages par rapport au petit groupe qui Ă©tait Ă  l’origine prĂ©sent dans la BD. Leur utilitĂ© n’est pas encore prouvĂ©e et si ils auront l’opportunitĂ© de crĂ©er des conflits qui permettront aux personnages d’avancer, tout en sachant que bon nombre ne serviront que de chair Ă  zombies.
Mais la plus grosse faille de cette adaptation reste le dernier Ă©pisode avec son orientation scientifique complètement impromptue. Pourquoi a-t-il fallu que les scĂ©naristes de la version sĂ©rie cèdent aux sirènes de l’explication Ă  tout prix ? Explication qui n’a pas lieu d’ĂŞtre alors que les personnages commencent Ă  vivre en groupe et Ă  trouver un but dans leur survie. C’est d’ailleurs ce final qui risque de dĂ©router aussi ceux qui n’avaient pas lu le comic-book. Car cet Ă©pisode change complètement le ton de la sĂ©rie, l’orientant vers un cĂ´tĂ© Lost qui n’a rien Ă  faire lĂ . Certes on ne s’attend pas Ă  ce que la sĂ©rie suive Ă  la lettre la BD (sinon bonjour l’ennui, je suis d’ailleurs pour qu’un rĂ©alisateur s’approprie le matĂ©riau pour le faire sien), mais cette partie est tout de mĂŞme hors sujet. C’est d’autant plus dommage car le reste est tout de mĂŞme très bon.

La rĂ©alisation est impeccable et retranscrit parfaitement l’univers de la sĂ©rie. Atlanta dĂ©sertĂ© et occupĂ© par les morts-vivants recèles de nombreuses surprises, les scènes calmes cachent toujours une tension latente et l’attaque du camp fait dĂ©jĂ  mal aux tripes (je n’ose pas imaginer ce que l’on ressentira si les auteurs respectent ce qu’il se passe plus tard Ă  la prison). Les personnages s’installent petit Ă  petit et commencent Ă  prendre de l’assurance. Si le dĂ©sespoir n’est pas encore ancrĂ© en eux, la rĂ©vĂ©lation du dernier Ă©pisode devrait au moins leur permettre de ce rendre compte du monde qu’ils ont perdu. MalgrĂ© cette incartade peut-ĂŞtre utile (la suite nous le dira), on commence au bout des 6 Ă©pisodes Ă  s’attacher Ă  eux. Certains sont plus explorĂ©s que dans le comics Ă  ce stade de l’aventure (Shane, Carol), d’autres commencent Ă  dĂ©voiler leur potentiel (Andrea, Dale, Rick) et les derniers devraient se rĂ©vĂ©ler dans la suite (Carl) mais tous interprĂ©tĂ©s justement (on sent que les acteurs ont comprit ce qu’est cette sĂ©rie et ce que leurs personnages peuvent devenir).

Mais voilĂ , 6 Ă©pisodes c’est bien trop court pour se rendre compte du potentiel des intrigues Ă  venir et du coup, on reste un peu sur notre faim, comme si il n’y avait pas eu de season finale mais juste une pause entre l’introduction et ce qu’il va arriver ensuite. Alors que l’on commence Ă  s’attacher aux personnages, que les connaisseurs attendent avec impatience que certaines intrigues de la BD prennent place, on reste frustrĂ©s en se disant que la suite sera meilleure. D’ailleurs, si Darabont a dĂ©cidĂ© de remercier les scĂ©naristes, c’est sans doute, on l’espère, pour se rapprocher davantage du matĂ©riau de base qui est tout de mĂŞme incroyablement riche en Ă©motions. D’autant plus quand on sait que le rĂ©alisateur a carte blanche et peut donc montrer tout ce qui a Ă©tĂ© excellemment Ă©crit par Kirkman dans le comic-book et peut mĂŞme aller plus loin.

Finalement, malgrĂ© ses trahisons et une faute de goĂ»t impardonnable sur le dernier Ă©pisode, parce que l’on commence Ă  s’attacher aux personnages et que l’on connait tout le potentiel de l’intrigue, on ne peut s’empĂŞcher de laisser sa chance Ă  la sĂ©rie, et on est d’autant plus impatient connaitre la direction qu’elle va prendre Ă  l’avenir. Va-t-elle reprendre le chemin du comic-book et alors nous gratifier de sĂ©quences qui s’annoncent mĂ©morables ou prendra-t-elle un chemin de traverse qui nous surprendra tout en trouvant le ton juste entre la BD et une vision personnelle de Darabont ?

Voici d’ailleurs quelques interviews des producteurs, acteur et rĂ©alisateurs qui prĂ©parent la 2e saison :

publié dans :Critiques Séries Séries

  1. de dieuleveult
    22/12/2010 Ă  14:02 | #1

    je suis pas trop d’accord avec certaines critiques. Les zombies plus vifs..bon ca ne pose pas vraiment de problème… de mĂŞme que l’apparition de nouveau perso par rapport au comic… je n’ai pas vraiment Ă©tĂ© choquĂ©… en revanche complètement d’accord en ce qui concerne le dernier Ă©pisode. Effectivement pourquoi vouloir nous donner une explication sur les zombies…. et ca ouvre des questionnement qui n’ont pas lieu d’etre par rapport au comic

    Ce qui fait la force de la sĂ©rie c’est un peu comme pour Breaking Bad. La drogue et les zombies sont les fils rouge mais ce n’est pas ca le principal, c’est bien l’Ă©volution des personnages et leur psychologie qui permet a ces deux programmes un peu pointu en apparence de plaire au plus grand nombre

  2. 31/12/2010 Ă  15:22 | #2

    Je suis fan de la BD et moi aussi J’ai adorĂ© la sĂ©rie !

    Mais je ne suis pas d’accord avec votre analyse du dernier Ă©pisode.

    spoilers :

    Aucune explication n’est donnĂ©e sur le phĂ©nomène zombi, on nous montre juste qu’un zombi n’a plus rien d’humain (chose dont on se doutait, et qui n’est pas du tout contraire Ă  l’esprit du comics), et on nous donne une information salvatrice sur la variabilitĂ© du temps que met un mort pour se transformer ne zombi (ce qui permet d’Ă©viter plein de questions sur « mais pourquoi l’autre elle se rĂ©veille plein de temps après, et l’autre immĂ©diatement, etc). A la fin de l’Ă©pisode on n’est pas du tout avancĂ©s sur l’origine de l’Ă©pidĂ©mie ni sur la façon de s’en sortir.
    Donc je pense que la sĂ©rie ne s’oriente aucunement vers l’explication de l’Ă©pidĂ©mie.
    Au contraire ce passage renforce le sentiment de désespoir avec la déception que ressentent les personnages. (comme un peu bien plus tard dans la BD, quand ils rencontrent un pseudo-scientifique qui prétend avoir des solutions).

  3. FredP
    31/12/2010 Ă  17:18 | #3

    @Pausanias
    En effet, rien ne nous est rĂ©vĂ©lĂ© au final, mais ce type d’Ă©pisode en conclusion d’une saison arrive vraiment comme un cheveux sur la soupe et nous Ă©loigne complètement de l’esprit originel de la sĂ©rie.
    Heureusement, il n’est qu’une Ă©tape servant Ă  planter le dĂ©sespoir dans le cĹ“ur des personnages et la suite devrait ĂŞtre meilleure.

  4. 31/12/2010 Ă  18:37 | #4

    Oui je suis aussi prĂŞt Ă  parier que la suite sera meilleure. Vivement 2011.