Accueil > Critiques Séries, Séries > 24 – Saison 8, le dernier jour de Jack Bauer

24 – Saison 8, le dernier jour de Jack Bauer

posté le 17/09/2010

24 saison 8 critique myscreens blog series

La dernière saison de 24 débarque sur Canal+. Une 8e journée infernale pour un Jack Bauer fidèle à lui même. Prêts pour le compte à rebours ?

8 saisons que Jack Bauer (increvable Kiefer Shuterland)officie sur le petit écran, au grand malheur des ongles des spectateurs (enfin, ça dépend des années). Après une 6e journée assez décevante, on peut dire que la 7e a bien relevé le niveau, en gardant toutes les recettes habituelles de la série tout en apportant un nouveau décor et de nouveaux personnages charismatiques. Et pour cette dernière journée, croyez-moi, les scénaristes n’ont pas chaumé pour satisfaire les attentes des spectateurs.

On croyait Jack devenu grand-papa-poule au milieu de New-York, mais c’est mal connaître l’agent anti-terroriste les plus coriace des USA. A peine une petite menace d’attentat se présente à sa porte qu’il laisse tomber l’idée de rentrer à la maison avec sa fille. Et grande surprise, il retrouve sur son chemin la fidèle Chloé O’Brian (Mary Lynn Rajskub) et une Renée Walker (Annie Wersching) passablement traumatisée par la journée précédente. Quand à la présidente Taylor, elle est encore en fonction et s’apprête même à signer le plus grand traité de paix jamais conclu à l’ONU. Et si Jack a déménagé (New-York) et qu’il va rencontrer un paquet de nouvelles têtes (Anil Kapoor, Katee Sackhoff, Freddie Prinze Jr), les habitués ne seront pas dépaysés puisque la recette est toujours la même : une menace terroriste à stopper dans la première partie de la saison puis le complot gouvernemental à déjouer, la taupe infiltrée, les fourbes conseillers, le manque de confiance en Jack de la part des supérieurs et surtout, un Jack Bauer toujours increvable (un coup de couteau dans le ventre, une séance de torture, une balle dans l’épaule mais il est toujours debout).

On pourrait du coup penser que le chemin sera tout tracé et que nous n’aurons aucune surprise pour cette dernière saison. Mais rassurez-vous, malgré le réchauffé de l’ensemble, la recette fonctionne toujours bien. L’efficacité est toujours au rendez-vous mais surtout les scénaristes surprennent encore en faisant évoluer les personnages. Et c’est là que ça devient intéressant car ils placent les principaux protagonistes face à ce qu’ils redoutent le plus : Jack Bauer face sa condition d’éternel cowboy solitaire (le parallèle avec les westerns est d’autant plus intéressant quand l’histoire de vengeance personnelle s’en mêle), la présidente Taylor face aux manipulations politiques et de décisions lourdes de conséquences à prendre (un protagoniste bien connu fait d’ailleurs une réapparition remarquable à cette occasion) et surtout Chloe face à la hiérarchie et devant traquer son meilleur ami (son personnage prend vraiment ici toute la dimension que l’on attendait d’elle depuis un moment, un bonheur).

La tension et l’addiction sont donc toujours là jusqu’à un dernier épisode faisant vraiment office de final pour la série, laissant une porte ouverte mais concluant de la manière la plus appropriée la série, entre pessimisme et fond d’espoir qu’une autre vie pourrait arriver à Jack, sans oublier de remuer un peu les émotions des spectateurs qui vivent avec ces personnages depuis 8 ans. Alors on prend conscience que 24 était bien l’une des premières séries du nouvel âge d’or des grands networks et (avec également la fin de Lost) c’est bel et bien cette ère qui se termine pour la télévision américaine. Maintenant, il va être difficile de lui trouver un remplaçant aussi emblématique que Jack Bauer.

publié dans :Critiques Séries Séries

  1. MIhande Wilondja
    08/03/2011 à 11:04 | #1

    J’aime bcp les films de Jack Bauer. En mon avis est le premier bon film qu’on jouer avec bcp d’intelligence