Accueil > Cinéma, Film pas très bon du jeudi > Tremors : moches et cultes

Tremors : moches et cultes

posté le 29/07/2010 ChrisC

Dans la catégorie des films « nazes à l’époque, cultes aujourd’hui » on retrouve TREMORS, réalisé par Ron Underwood, sorti en 1989. Si vous êtes un aventurier des chaînes de la TNT, amateurs de science-fiction et de fantastique, il vous aura sûrement été impossible de rater ce nanard multi rediffusé sur les W9, RTL9 et consorts au même titre que les films avec Jean-Claude Vandamme, Steven Seagal ou encore Dolph Lundgren.

TREMORS raconte l’histoire d’une petite ville de classe très moyenne du fin fond du Nevada, Perfection (ça ne s’invente pas), comptant au bas mot une vingtaine d’habitants (le film ne nous rĂ©vèle pas vraiment cette information pourtant capitale dans ces films oĂą « y’en a qui vont y rester »), qui va ĂŞtre le théâtre d’évènements sismologiques des plus inquiĂ©tants. Une apprentie sismographe retrouve des relevĂ©s anormaux de l’activitĂ© sous-terraine qui s’avèreront ĂŞtre du fait du dĂ©placement continu de bĂŞtes affreuses, sortes de lombrics du jurassique, hautes d’approximativement 1 mètre environ pour 6 mètres de longueur, dont la gueule prĂ©sente des petits monstres qui en sortent telles des tentacules indĂ©pendantes. La crĂ©ature affamĂ©e Ă  la particularitĂ© de se dĂ©placer sous terre en se frayant un passage au moyen de sa puissante mâchoire, de ses dents acĂ©rĂ©s et en progressant grâce Ă  des piques parsemant sa peau pour une meilleure prise sur son environnement. Ensuite, elle dĂ©vore toute chair (prĂ©fĂ©rablement humaine bien sĂ»r) par en dessous ou en sortant sa tĂŞte du sol et en laissant ses sbires contenues dans la bouche faire le boulot.

L’histoire simplissime suit deux compagnons d’infortune, les fameux Val et Earl, deux bricoleurs qui gagnent leurs $ en réparant frigos et autres fosses sceptiques, qui vont bien devoir se confronter à ces bêtes affamées de plus en plus entreprenantes. D’autres caractères bien trempés complètent la petite milice anti-Tremors : la jeune et presque jolie scientifique, le gérant de l’unique supérette à 60 km à la ronde et surtout le couple de survivalistes qui comme selon la règle, possède chez elle l’arsenal et les vivres nécessaire pour parer à toute guerre supposée imminente.

Si ce film comprend tous les éléments pour en faire un nanard de base, film fantastique de série B comme il en existe habituellement (en fait 95 %  du genre est composé de ces films aux effets spéciaux inhumains, aux scénarios incroyables, aux personnages plus stupides et clichés les uns les autres,…) c’était sans compter sur la bonne humeur générale et l’alchimie du groupe de personnages jouant à fond la carte de la comédie fantastique (ça reste raisonnable, rassurez-vous). A l’affiche, on retrouve quand même Kevin Bacon qui même si on peut se demander ce qui fait au départ dans ce film, se fond royalement dans son rôle et est comme souvent surprenant (un de mes acteurs favoris dans tous les cas). Le couple de survivalistes, Burt & Heather Gummer, est tout simplement génial. Du fait que les personnages interagissent naturellement au court de l’aventure sans que la scénarisation ait à tout prix cherché à leur donner trop de fond (bon, il y aura quand même une petite « love story » au sein de l’équipe, on y échappe que rarement), leurs rapports sont normaux, sincères et bien amusants pour le spectateur. La sauce prend et chaque rôle apporte une touche amusante et utile à l’histoire. Les dialogues simples sont parfois hilarants et vous vous souviendrez de certaines répliques tellement elles font mouche.

Avec le temps, la bête est devenue un Tremors ou graboïd, bien que « Tremors » signifie « tremblement » en anglais, faisant évidemment référence à la perception que l’on a de ces monstres lorsqu’elles se déplacent dans le sol. Plusieurs suites ont été réalisées (4) avec la qualité qu’on peut attendre de ce genre de tentatives de reproduire le succès et le sentiment créé par un premier opus. Une série télé a également vu le jour début 2000, mais jamais le « good-feeling » de ce premier numéro n’a pu être renouvelé. Culte, ce TREMORS vous fera toujours passer un excellent moment dans le registre plus qu’assumé de la comédie fantastique qui au même titre qu’Arac Attac ou La Momie (le 1 évidemment) possède une histoire simple, une réalisation très correcte, un scénario honnête et des personnages bien sympathique.

Alors vous savez ce qui vous reste à faire : la prochaine fois qui se présente sur le programme télé, ne rechignez pas à passer une petite heure et demie en compagnie de ces américains moyens autant sympathiques que ces bêtes sont voraces.

publié dans :Cinéma Film pas très bon du jeudi

  1. Pas encore de commentaire