Accueil > CinĂ©ma, Critiques cinĂ© > Simon Werner a disparu…, critique

Simon Werner a disparu…, critique

posté le 22/09/2010 FredP

Un premier film, c’est toujours risquĂ©. Et un premier film c’est souvent un peu auto-biographique. Retour au dĂ©but des annĂ©es 90 avec Simon Werner a disparu … de Fabrice Gobert.

Rappelez-vous, les annĂ©es 90, le dĂ©but du grunge, les blouson Schott, les Doc martens, … Rappelez-vous quand vous vous identifiez complètement aux hĂ©ros de sĂ©rie ou de film et que vous cherchiez votre place dans la classe du lycĂ©e. Oui, ce sont tous ces (douloureux?) souvenirs qui reviennent en mĂ©moire lorsque l’on voit que Simon Werner a disparu…

En partant d’un fait divers dans les annĂ©es 90, Fabrice Gobert nous fait donc remonter le temps. On se retrouve alors dans un lycĂ©e de banlieue parisienne et on apprend Ă  connaitre les personnages assez caractĂ©risĂ©s (le sportif, la jolie fille, la meilleure amie, le souffre-douleur, le mystĂ©rieux, la punk, …) qui vont commencer Ă  se croire un peu comme dans un film lorsque l’un d’eux disparait, puis deux autres. La bonne idĂ©e du rĂ©alisateur est d’avoir très bien Ă©crit son scĂ©nario, en plusieurs partie, offrant plusieurs points de vue diffĂ©rents Ă  l’histoire, ne nous rĂ©vĂ©lant ainsi qu’une partie du mystère Ă  chaque fois. Alors on se prend au jeu et Ă  mener l’enquĂŞte, en sachant que nous n’aurons peut-ĂŞtre pas la rĂ©ponse finale (mais nous l’aurons rassurez-vous les cartĂ©siens). Il arrive a chaque segment une ambiance diffĂ©rente (un cĂ´tĂ© polar, l’autre cĂ´tĂ© teen romance, …) tout en les reliant par la thĂ©matique et la composition de Sonic Youth (magnifique).

Avec cette manière d’Ă©crire, cette ambiance Ă©thĂ©rĂ©e et parfois la manière de filmer, on pense forcĂ©ment Ă  Elephant de Gus Van Sant … mais ici tournĂ© comme un tĂ©lĂ©film. Fabrice Gobert vient de la tĂ©lĂ© et ça se voit (certains dialogues, le jeu de certains comĂ©diens, certaines rĂ©fĂ©rences). Du coup il se dĂ©gage un Ă©trange mĂ©lange entre production tĂ©lĂ© (de qualitĂ© quand mĂŞme, on n’est pas chez tf1 ici), petit cinĂ© indĂ© français, teen movie, enquĂŞte et mystère. Cette impression est d’autant plus marquante que les comĂ©diens ont peu d’expĂ©rience mais sonnent tout de mĂŞme juste. On apprĂ©ciera d’ailleurs particulièrement le jeu de Jules Pelissier et Ana Girardot qui confèrent assez de profondeur Ă  leurs personnages pour que l’on suive le film avec intĂ©rĂŞt.

Si la première impression est assez dĂ©routante Ă  la sortie du film, c’est en y repensant qu’on aperçoit alors tout le discours du rĂ©alisateur. Si il pĂŞche un peu sur la forme, il y a une certaine forme d’Ă©criture que l’on a bien envie de suivre de près par la suite. Simon Werner a disparu … mĂ©rite donc que l’on s’attarde dessus, ne serait-ce que pour son scĂ©nario et son univers 90′s prenant Ă  revers les stĂ©rĂ©otypes façon ABSat de l’Ă©poque.

Merci Ă  Waytoblue pour l’avant-première et l’interview de rĂ©alisateur qu’a filmĂ© Cloneweb.


Simon Werner A Disparu : Rencontre avec Fabrice Gobert
envoyĂ© par cloneweb. – Regardez plus de films, sĂ©ries et bandes annonces.


publié dans :Cinéma Critiques ciné

  1. Pas encore de commentaire