Accueil > Cinéma, Critiques ciné > Les Chèvres du Pentagone, la critique

Les Chèvres du Pentagone, la critique

posté le 15/03/2010 FredP

chevrespentagone thumb

Amateurs de paranormal et d’humour absurde, réjouissez-vous car les Chèvres du Pentagone débarquent avec leur dose de LSD.

chevresdupentagoneLe saviez-vous ? Après la guerre du Viet-Nam, l’armée américaine a mis en place un programme spécial visant à former des soldat médiums aux pouvoir parapsychiques comme … tuer une chèvre en la regardant droit dans les yeux. Oui, ils l’ont fait et c’est ce qu’Ewan McGregor va raconter après avoir rencontré un George Clooney pas sous acides mais presque.

Je ne sais pas ce qui leur arrive mais justement, McGregor et Clooney sont particulièrement actifs en ce moment. Il s’agit de leur 3e film à chacun depuis le début de l’année. Et comme à chaque fois, c’est assez réussi. Et ici, Jeff Bridges et Kevin Spacey se joignent au trip. Grant Heslov raconte donc cette histoire invraisemblable d’un journaliste qui part en Irak, accompagné d’un « super-soldat» . chevrespentagoneBon soyons clairs dès le départ. Il n’y a pas vraiment de travail de mise en scène dans ce film. Tout ce qui compte, ce sont les situation et le jeu des comédiens. Pour qui aime l’humour british complètement absurde, ce film sera, malgré quelques petites longueurs, une bonne comédie.

Dès les premières scènes, le ton est donc donné. L’humour sera absurde et l’histoire, inspirée de faits réèls, n’a pas vraiment de sens. Il n’y a qu’à voir George Clooney déclarer qu’il est un guerrier Jedi pour s’en convaincre d’emblée. Nous voilà donc partis pour un délire en Irak où le journaliste Mc Gregor sera au basque de ce Jedi croyant vraiment qu’il est un super soldats et apprendre à ses côté le rôle qu’à tenu son unité bercée dans le new age dans l’armée américaine. Et c’est dans ces flash-back que l’on croise un Jeff Bridges hilarant en grand gourou hippie. chevrespentagoneLes dialogues insensés et situations cocasses s’enchaînent pour un final qui ne monte pas tant que ça en puissance mais fait bien sourire… en tout cas autant que le plaisir qu’on pris les acteurs à jouer ensemble (sous LSD?).

Voilà donc une comédie absurde comme on en voit rarement sur les écrans et qui devrait se savourer chaque vision. Les Chèvres du Pentagone n’est certes pas un grand film, mais ça fait du bien de se prendre pour un soldat parapsychique des fois.

publié dans :Cinéma Critiques ciné

  1. Promété
    15/03/2010 à 18:12 | #1

    Cette surprenante comédie repose sur des faits similaires qui ont déjà minimisé ou évité des conflits. Réalisations pacifiques estimables qu’il faut considérer aujourd’hui je pense.
    Remis dans ce contexte ce gag drôle prend un sens merveilleux grâce l’effet collatéral (non évoqué ici) : la solutions aux conflits, sans affrontements. Voir :
    source :
    http://www.opednews.com/articles/Taking-The-Men-Who-Stare-a-by-Dr-David-Leffler-091215-967.html
    traduction, à : 9.03 à 10 h 26 , voir :
    http://forums.lesinsoumis.org/viewtopic.php?f=142&t=1641&p=18419#p18419

  2. 23/11/2011 à 17:34 | #2

    Ouaah, quelle déception. Avec un pitch absurde et grave, on tombe dans une histoire longue et sans surprise où tout est téléphoné.
    C’est lourdingue et ça n’est pas parce que les situations sont pince-sans-rire que c’est de l’humour british : on est dans de l’humour américain sans finesse et forcé où le spectateur est sensé rire (comme ces gens au théâtre, tellement disposés à rire, qu’ils s’esclaffent dès que le premier coup de bâton retentit).
    De plus, comme tu l’as dis, sans mise en scène, le film conserve une construction trop proche du livre dont il est issu (je suppose, je l’ai pas lu, mais ça ce devine que trop bien). On est donc forcé de suivre cette narration basée sur des flashbacks, dont le découpage en chapitres est limpide, pour atteindre la fin et une révélation qui fait plouf… Pour le coup, We Are 4 Lions était plus sympa dans le genre…:)