Accueil > Cinéma, Critiques ciné > La Comtesse, la critique

La Comtesse, la critique

posté le 26/04/2010 FredP

Julie Delpy s’attaque au destin de la Comtesse de Bathory, plus connue sous le nom de la Comtesse Sanglante. Un rĂ©cit tragique, sombre et pesant pour une reconstitution bien rĂ©aliste.

Il Ă©tait une fois, une comtesse qui vous voulait rester jeune et belle pour garder le cĹ“ur d’un jeune  noble. C’est sur le destin de la Comtesse de Bathory que Julie Delpy dĂ©veloppe son 3e film. Une histoire qui fait bien sĂ»r penser aux contes et lĂ©gendes sanglantes dont la comtesse est Ă  l’origine.

Dès le dĂ©but, Julie Deply nous plonge dans un contexte historique authentique. Des costumes aux dĂ©cors, tout sonne juste et pas poussĂ©. On n’est clairement pas dans un film hollywoodien qui cherche Ă  en mettre plein la vue et tant mieux. Puis une fois que nous sommes entrĂ© dans ce passĂ©, on comprend. On comprend que Deply cherche surtout Ă  nous rapprocher du destin et de la psychologie de Bathory. De son Ă©ducation Ă©voquĂ©e rapidement en ouverture du film Ă  sa dĂ©chĂ©ance (folie ou sorcellerie ?). Ce qui est au mĂ©rite de la rĂ©alisatrice, c’est de ne jamais verser dans un aspect gore et lourd racoleur qui aurait permit au film de faire parler de lui. Au contraire, elle prĂ©fère se concentrer sur les motivations rĂ©alistes de la comtesse pour rester jeune. Car l’amour est plus fort que tout pour elle et la rendra folle au point de tuer pour rĂ©cupĂ©rer son jeune amant. PosĂ©e dans son rĂ©cit et avec sa camĂ©ra, toute en neutralitĂ©, Julie Delpy nous fait douter entre la part de rĂ©alitĂ© et la part de lĂ©gende tout en faisant comprendre le caractère fort de la comtesse et ses faiblesses humaines.

Et devant la camĂ©ra, Julie Delpy s’en sort avec les honneurs. InterprĂ©tant les diffĂ©rentes facettes d’une femme forte et prĂŞte Ă  tuer par amour, jusque dans la folie. Elle est entourĂ©e par un casting de seconds rĂ´les impeccable. Celui qui en sort grandit, c’est Daniel BrĂĽhl qui offre toute sa fraicheur au jeune amant dela comtesse, objet de son dĂ©sir.

Au final, Julie Delpy montre qu’elle est vraiment une artiste complète (scĂ©nario, rĂ©alisation, actrice et mĂŞme musique !) et qu’elle a beaucoup Ă  offrir. Avec la Comtesse, elle offre au spectateur un portrait juste, sans fart, sans paillettes et sans bain de sang d’une lĂ©gende finalement humaine, dans un contexte historique rĂ©aliste et impeccable. A dĂ©couvrir.

publié dans :Cinéma Critiques ciné

  1. Pas encore de commentaire