Accueil > CinĂ©ma, Critiques cinĂ© > Freddy – les griffres de la nuit, la critique

Freddy – les griffres de la nuit, la critique

posté le 13/05/2010 FredP

Le revival des 80′s ne nous apporte pas que le retour des films musclĂ©s, c’est aussi celui des films d’horreur de l’Ă©poque. Et de ce cĂ´tĂ©, le pauvre oubliĂ© Freddy n’avait pas vraiment besoin de ça.

Après les très rĂ©ussis remakes de Massacre Ă  la Tronçonneuse ou La Colline a des Yeux et le bousin Vendredi 13, voici qu’un nouveau croque-mitaines revient sur les Ă©crans. Et pas des moindres puisqu’il s’agit de Freddy Krueger que l’on n’avait pas vu depuis … Freddy contre Jason justement.

On va y aller direct, les scĂ©nariste n’ont pas choisi la complexitĂ©. C’est très simple mĂŞme. On prend l’original, on y met les ados au goĂ»t du jour (c’est Ă  dire plus bĂŞtes et avec les Ă©couteurs greffĂ©s aux oreilles), on donne une voix grave Ă  Freddy (pour faire plus sombre) et le tour est jouĂ© … enfin, si on veux. Car vu que le film n’apporte strictement rien par rapport Ă  l’original, on s’ennuie ferme en attendant les sĂ©quences clĂ©s qui n’arrivent mĂŞme pas Ă  avoir l’impact qu’elles avaient Ă  l’Ă©poque. On aurait pu penser que le film irai dans une direction lĂ©gèrement diffĂ©rente, en donnant par exemple plus de relief aux parents ou Ă  Mr Krueger (après tout, le remake d’Halloween par Rob Zombie a quand mĂŞme rĂ©ussi Ă  donner un sacrĂ© background Ă  Michael Myers), mais il n’en sera rien et nous n’aurons affaire qu’Ă  des ados servant de chair Ă  couper pour un Freddy pas si prĂ©sent.

En effet, si le choix de Jackie Earle Haley dans le rĂ´le du mĂ©chant brulĂ© griffu avait de quoi rassurer sur le papier, Ă  l’Ă©cran, le rĂ´le est assez mal rempli. Du maquillage assez mal foutu Ă  la voix que l’on dirait trafiquĂ©e, on ne retrouve absolument pas le charisme et le sens de l’humour qu’avait en son temps Robert Englund.

Du cĂ´tĂ© de la mise en scène, Samuel Bayer essaie tant bien que mal (et avec quelques jolis effets comme le couloir de sang) de nous effrayer mais les abus d’apparitions surprises sensĂ©es faire sursauter le spectateur finissent par lasser et/ou faire rire.

En rĂ©sumĂ©, pas de mĂ©chant charismatique, pas d’idĂ©e originale ni de dĂ©veloppement inĂ©dit donc au final, on n’en est pas au massacre de vendredi 13 mais ces Griffes de la Nuit peuvent retourner tourmenter les cauchemars de Jason Ă  dĂ©faut de ceux des spectateurs.

publié dans :Cinéma Critiques ciné

  1. 14/05/2010 Ă  18:44 | #1

    Ouaip, pas top top hein… Je me console avec le tee shirt, qui lui est plutĂ´t cool.