Accueil > Film pas très bon du jeudi > Secret Défense, des terroristes French touch

Secret Défense, des terroristes French touch

posté le 02/12/2010 ChrisC

24 H chrono ? Jason Bourne ? James Bond ? Non rien de cela. Pour ce qui est des films d’action/suspense mêlant espionnage et terrorisme « à la française », c’est génial… quand c’est OSS 117

Lorsque c’est sensé être un film sérieux, cela donne SECRET DEFENSE.

Avec la sortie cette semaine d’A BOUT PORTANT, le défi était de se plonger dans le cinéma français pour trouver un équivalent dans la même veine. Les films d’actions français sont un peu comme les comédies musicales dans le cinéma russe…y’en a pas vraiment qui vous viendront à l’esprit, de mémorables et décomplexées. En prenant un profond recul par rapport aux clichés entourant le cinéma à la française, on peut reprocher une trop grande tendance à se focaliser sur des ambiances, sur des ressentis, sur les atermoiements sans fin et les luttes internes qui habitent les personnages d’une histoire. Quand les anglo-saxon réalisent un film d’action d’espionnage, situé à notre époque et construisent une histoire sur le terrorisme au XXIème siècle, une part importante du scénario est consacrée aux différents rebondissements, à des faits s’enchainant de façon crédibles et à évidemment de grandes scènes d’actions haletantes. Et des personnages sévèrement en formes.

Dans SECRET DEFENSE, nous suivons une jeune adulte (Vahina Giocante), recrutée sur les bancs de la fac pour devenir un agent secret au service de l’Etat français. Gérard Lanvin (acteur français d’une très grande présence à l’écran) est lui un responsable d’équipe aux Services Secrets, chargé de mener à bien des missions périlleuses à moindre frais. Une menace d’attentat terroriste plane sur Paris et seuls, ils vont devoir identifier et stopper le groupuscule extrémiste qui s’apprête à libérer un gaz neurotoxique dans le métro !!

Oui toute ressemblance avec la série 24H chrono ou tout fait d’actualité terroriste récent serait purement… malheureux. SECRET DEFENSE surfe allègrement sur la vague des productions américaines récentes avec des méchants terroristes. Ici, les islamistes fondamentalistes tiennent absolument à faire péter une bombe chez les gentils, pour le coup eux aussi prêts à tout pour arrêter (gentiment par contre, c’est un film français) ces vilains. Si l’histoire n’est en soi pas trop déstabilisante ni pauvre, c’est bien à cause du traitement du sujet et de sa mise en scène que le spectateur n’adhérera pas à cette situation d’extrême tension !!

S’il n’y a pas besoin de filmer SECRET DEFENSE à la shaky-cam pour donner une impression d’action et d’urgence horrible mais-mon-dieu-on-va-tous-y-passer, d’autres outils sont utilisés pour installer la tentative de montée en puissance du danger et de l’imminence de l’acte criminel. Par exemple, les personnages parlent tous très vite en serrant les dents (car ça donne l’air nerveux et préoccupé) et en fronçant les sourcils pour bien montrer qu’il y a urgence. Ils se jettent tous des regards noirs et des veines surgissent sur les fronts de chacun dès que plus de 3 syllabes sont prononcées. Toute la palette d’expressions faciales pour signifier le dégoût, la colère et la haine sont utilisés par ces frenchy ACTOR’S STUDIO. A la longue, il n’y a plus que le regard figé des acteurs les plus endurcis qui parviennent à signifier du sens dans cette galerie de portraits. Autre exemple, le découpage des scènes semble avoir été fait à la serpette : scènes ne durant que rarement plus de 30 secondes et le film doit comprendre une quantité de scènes ne durant pas plus de 5 secondes. Les bouts d’histoire sont enchainés pour éviter de trop laisser reposer mais cela arrive à un point où l’on rate des choses sans que cela soit gravissime. Enfin, histoires parallèles, révélations à tiroirs sans importance sur l’histoire principale et jeux de dupes sont les ressorts sensés apporter du remous dans cette opération de défense intérieur mais personne ne sera vraiment concerné.

L’actrice Vahina Giocante est résolument l’atout charme de cette production et le moins qu’on puisse dire c’est qu’elle s’en prend des vertes et des pas mûres, pas seulement dans la figure. C’est la poitrine fière et rapidement dévoilée au spectateur qu’elle traverse le film en s’étoffant rapidement pour passer de la jeune étudiante mélancolique à la femme fatale agressive. A noter que les accélérations de temps, pour éviter de s’appesantir sur les entraînements de chacun y est pour beaucoup dans le sentiment de difficulté à ingérer le film. Sans trop de repères temporels pour comprendre la progression de l’action, les évolutions sont expédiés en un rien de temps par le réalisateur, que ce soit pour l’embrigadement du jeune drogué (joué par Nicolas Duvauchelle) arrivant en prison et récupéré par des terroristes islamistes ou pour l’établissement de la nouvelle vie professionnelle du personnage de Vahina.

Comme dans tout bon film patriotique qui soit, le sacrifice de chacun est utile pour servir la CAUSE. Que ce soit pour les méchants terroristes ou pour les pas-toujours-très-gentils agents secrets, l’intérêt de la patrie ou de toute autre chose à défendre passe avant sa propre vie. Même si, une bonne morale chrétienne tapisse la fin de SECRET DEFENSE, avec les doutes des personnages les ramenant chacun sur le droit chemin ou les remettant en accord avec eux-mêmes.

 

Vous l’aurez compris, la façon de faire des français lorsqu’il s’agit de film d’action peut souvent donner lieu à de trop bonnes intentions résultant dans un patchwork nerveux de scènes plus trop crédibles. Par une interprétation soit trop détaché, soit au contraire trop colérique, les personnages perdent de leur âme et ne sont plus que des pions dans une idée de film. Au passage, le film emprunte pour beaucoup aux faits de société actuels, exploitant la crainte de cellules terroristes ou de cellules anti-terroristes vivement convaincantes et implantées dans nos vies quotidiennes, jouant avec les destinées de chacun. SECRET DEFENSE, n’est en fait pas un secret pour tout le monde car même pour une histoire bien européenne, c’est du déjà-vu !

 

publié dans :Film pas très bon du jeudi

  1. 08/12/2010 à 21:01 | #1

    Malheureusement, le constat de ce film est peu étonnante, c’est un peu la même chose concernant l’ensemble des films d’action français depuis plusieurs décennies. Petits Jeux