Accueil > Film pas trĂšs bon du jeudi > FAIR GAME, jeux dangereusement navrant

FAIR GAME, jeux dangereusement navrant

posté le 09/12/2010

Duo de choc embarquĂ© dans une aventure explosive oĂč anciens agents secrets et flics casse-cou s’affrontent, William Baldwin et Cindy Crawford donnĂšrent au cinĂ©ma l’un des duos les plus mĂ©morables
pour le nanard du jeudi

Il y a quelques semaines est sorti un FAIR GAME tournĂ© en 2009 Ă©videmment. Quel a Ă©tĂ© mon Ă©tonnement lorsqu’à mon souvenir se ramena en quatriĂšme vitesse la pochette de FAIR GAME de 1995 qui s’imprĂ©gna dans l’esprit d’affictionados du genre action
 et ceux d’amateurs d’actrices sportives et sexy. Oui le FAIR GAME de 1995, pas celui rĂ©alisĂ© par Doug LIMAN donc et qui revenait sur la vraie histoire d’un agent secret fĂ©minin amĂ©ricain qui se fait lĂącher par sa hiĂ©rarchie, est bien celui qui rĂ©unissait Ă  l’écran William Baldwin (l’un des Baldwin) avec la splendide (oui splendide se disait encore en 1995 aprĂšs THE MASK en 1994) top model Cindy Crawford.

Pour rappel, l’histoire Ă©tait celle d’une jolie avocate (Cindy Crawford, oui je me rĂ©pĂšte c’est fait exprĂšs) qui s’attire des ennuis en embĂȘtant le mauvais ex-mari et qui est pourchassĂ©e par une bande de braqueurs sur-Ă©quipĂ© et composĂ© entre autres d’ex-agents du KGB. S’en suit une course poursuite animĂ©e dans les rues de Miami oĂč la chasse Ă  l’homme n’épargnera presqu’aucun des rĂŽles secondaires, balayĂ©s par ce dĂ©luge de violence et d’armes qui font des gros trous !!

En effet, avec un scĂ©nario trĂšs simpliste mais au combien efficace, l’accent du film est mis sur le couple de barbouzes du dimanche qui vont finalement sortir presque indemnes de ces diffĂ©rentes pĂ©ripĂ©ties aux cascades au combien bluffantes. Le rythme est tout a fait soutenu et les moindres tentatives de repis sont faites pour nous laisser le temps de digĂ©rer une autre salve d’explosion qui aura projetĂ© des balles dans un flic ou dans la figure d’un « mĂ©chant ». En effet, banale histoire de bons et de mĂ©chants, FAIR GAME s’apprĂ©cie comme un bon polar (dans sa forme originelle c’est un livre), comme un bon petit tĂ©lĂ©film du jeudi soir.

Mais c’est le plus grand attrait de ce film qui en fait aussi son plus grand dĂ©faut : autant le tĂ©nĂ©breux Baldwin est correct dans le marcel impeccable du flic musculeux et courageux, autant les formes de Miss Crawford sont simplement incroyables dans les traits d’une avocate tĂ©mĂ©raire certes, mais qui est sensĂ©e se faire pourchasser par des tueurs sanguinaires !! Et on a vraiment, mais alors vraiment du mal Ă  y croire. Rien qu’à chaque sourire en coin de la top modĂšle dans chacune de ses scĂšnes, le forcing sur son sex-appeal lui ĂŽte toute crĂ©dibilitĂ© et il en rĂ©sulte une production niaise voire presque ridicule. Si la prĂ©sence physique hyper sĂ©duisante de Cindy Crawford est indĂ©niable, ses qualitĂ©s d’actrice (surtout dans la variĂ©tĂ© de ses expressions de stupeur et de panique
 ne cherchez pas, il n’y en a pas) sont malheureusement inexistantes. Femme tout a fait belle et Ă  la fois sportive, pin-up aux bras musclĂ©s, Cindy Crawford n’est juste pas dans son rĂŽle pendant tout le film et on admire sa participation mais on maudit le pari de gros sous qui a Ă©tĂ© fait sur elle. Comparativement, est-ce que ça serait venu Ă  l’idĂ©e de quelqu’un de mettre Laetitia Casta dans un film d’action aux cĂŽtĂ©s de Jean Reno ?? Oui ça aurait Ă©tĂ© compliquĂ© Ă  suivre. La comparaison ne rendant pas totalement justice au duo formĂ© par les deux acteurs principaux de FAIR GAME mais il a le mĂ©rite de poser le ridicule de la situation.

FAIR GAME reste pour moi un grand moment d’action, plutĂŽt cohĂ©rent et facile Ă  suivre et pas trop ennuyeux. Avec une bonne dose de fusillades et de scĂšnes plus calmes (et quelques flashs ultra hot évidement !!), il demeure une bonne illustration de nanard culte car si son scĂ©nario est jouissif et passable, ses acteurs sont jouissifs et dramatiquement nulles (j’en suis le premier dĂ©solĂ© Cindy). A avoir dans sa DVDthĂšque quand mĂȘme.

A noter que ce film marqua donc les dĂ©buts de Miss Cindy au cinĂ©ma blockbuster et surtout sa retraite, oui faut pas trop rigoler quand mĂȘme. Allez, la prochaine fois je regarde BARB WIRE !!

publié dans :Film pas trÚs bon du jeudi

  1. Pas encore de commentaire

ï»ż