Accueil > Cinéma, Critiques ciné > Eyes of War, la critique

Eyes of War, la critique

posté le 22/06/2010 FredP

Eyes of War Triage critique film MyScreens blog cinema Colin Farrell

MalgrĂ© tous ces films sur les conflits au moyen orient, on parle peu des photographe de guerre. C’est maintenant chose faite avec Eyes of War (Triage) de Danis Tanovic.

Après s’ĂŞtre fait remarquer avec No Man’s Land (Oscar du meilleur film Ă©tranger en 2001), Danis Tanovic revient près de 10 ans plus tard avec un nouveau film sur la guerre, en plein conflit. On change toutefois de pays pour suivre l’Ă©reintant parcours d’un photographe de guerre et surtout son retour en Angleterre qui ne se fera pas sans peine.

Vous me direz qu’il s’agit encore d’un film de guerre sur les conflits au moyen-orient et qu’on a dĂ©jĂ  vu 50 films du mĂŞme genre avec un retour difficile auprès de son entourage. Bon, ok, mais pour celui-ci, Tanovic, qui a lui qui a vĂ©cu le conflit bosniaque, apporte une vision bien personnelle Ă  l’histoire, tout en adoptant le point de vue plutĂ´t rare d’un photographe de guerre. Car si on parle très peu d’eux, les photographes sont autant en ligne de mire que les soldats et prennent des dangers qu’ils pourraient choisir de ne pas prendre. Mais la motivation de rĂ©vĂ©ler ce qu’il se passe dans le monde est plus forte que tout.

Du coup, l’histoire de Tanovic est intense et se suit avec un grand intĂ©rĂŞt. Surtout quand la poignante vĂ©ritĂ© sur ce qu’il s’est passĂ© sur le terrain sera rĂ©vĂ©lĂ©e. Ici, pas de grandes scènes d’action, tout le parcours sur le terrain est destinĂ© Ă  mettre en avant la lutte du personnage de Mark une fois qu’il sera revenu.

C’est donc Colin Farrell qui apporte au rĂ´le une grande part d’humanitĂ©. On ressent les Ă©preuves qu’a traversĂ© son personnage et notre empathie de spectateur s’accroit au fur et Ă  mesure que l’on apprend ce qu’il a vĂ©cu. Du coup, malgrĂ© son humeur maussade, on comprend parfaitement son attitude et son silence qui en dit pourtant beaucoup. A ses cĂ´tĂ©, Paz Vega est impeccable. Bien plus qu’un belle plante, elle essaie de comprendre ce qu’a traversĂ© son mari pour le faire revenir pour de bon Ă  la maison avec l’aide d’un Christopher Lee toujours imposant.

Si le film rappelle donc pas mal de films rĂ©cents sur la guerre et un retour difficile (le rĂ©cent Brothers en particulier), ce Triage (titre original du film et Ă©trangement modifiĂ© en France) adopte un point de vue particulier et une humanitĂ© qui donne toute son identitĂ© au film et dont on ne ressort qu’avec un choc Ă©trange.

publié dans :Cinéma Critiques ciné

  1. 23/06/2010 Ă  16:10 | #1

    IntĂ©ressant. Les avis divergent, mais sans jamais aller dans les extrĂŞmes. N’oublie pas de me donner une note !