Accueil > Cinéma, Culte du dimanche > Culte du dimanche : Sin City

Culte du dimanche : Sin City

posté le 10/10/2010 FredP

sin city culte myscreens

Son adaptation Ă©tait rĂ©putĂ©e impossible, d’autant plus quand son auteur n’a jamais voulu en vendre les droits. Mais c’Ă©tait sans compter sur Robert Rodriguez qui aura tout fait pour convaincre Frank Miller d’adapter son comics culte Sin City sur grand Ă©cran. RĂ©sultat, une BD live on screen devenue Ă©galement culte.

Robert Rodriguez fait un peu figure d’Ă©lectron libre dans le cinĂ©ma amĂ©ricain. Il faut dire qu’avec son pote Quentin Tarantino ils ont l’habitude de faire ce qu’ils veulent et sont un peu les chefs de file du cinĂ© indĂ©pendant violent et accro Ă  la « sous-culture» . En plus de ça, Rodriguez s’implique de bout en bout dans le processus de crĂ©ation de ses long-mĂ©trage dans l’unique but de divertir comme il se doit le spectateur. Aussi, lorsqu’il a envie de s’attaquer Ă  Sin City et qu’il n’en a pas les droits, il va simplement demander Ă  ses amis acteurs de tourner une sĂ©quence du film pour entrainer Frank Miller dans le projet.

Cette sĂ©quence, c’est la magnifique introduction du film avec Josh Harnett en tueur de ses dames. Avec les nouvelles techniques de tournage numĂ©rique sur fond vert, Robret Rodriguez impose tout de suite un style qui respecte Ă  la case prĂŞt le matĂ©riau d’origine. sin city Carla gugino mickey rourke Adieux SauvagesFrank Miller est conquis et est propulsĂ© corĂ©alisateur du long-mĂ©trage (pour la petite histoire, cette dĂ©cision obligera Rodriguez Ă  quitter la Directors Guild of America). Soulagement pour tous les fans du comics qui attendront du coup une Ĺ“uvre en tout points fidèle au comic-book.

Pour le long-mĂ©trage, les 2 rĂ©alisateurs dĂ©cident alors de rendre live 3 des nouvelles : Adieux Sauvages, Cet enfant de Salaud et Le grand Carnage. 3 histoires noires, nous faisant connaitre l’univers dĂ©rangĂ© de la ville du pĂŞchĂ© et ses personnages hauts en couleur, aussi corrompus que violents oĂą les hommes se battent et s’accrochent au pouvoir alors que les femmes, fortes et sexy, mènes leurs affaires en toute indĂ©pendance.Sin City Cet Enfant de Salaud Bruce Willis Jessica Alba Grâce Ă  la technique du fond vert les cases prennent littĂ©ralement vie Ă  l’Ă©cran et, si le rythme en pâtit parfois, les images en noir et blanc avec ces touches de couleurs sont de toute beautĂ©. Jamais on a autant eu l’impression devoir les pages se tourner toutes seules.

L’atout de Rodriguez est en gĂ©nĂ©ral de bien s’entourer pour avoir devant la camĂ©ra des acteurs au charisme indĂ©niable. Et encore une fois il le prouve avec un casting de folie (vu le peu de frais engendrĂ© par sa mĂ©thode de travail, il peut se le permettre en mĂŞme temps). On y retrouve des habituĂ©s de son univers comme Carla Gugino (Spy Kids) ou Elijah Wood (Faculty) mais Ă©galement une plĂ©iade de nouveaux venus comme Bruce Willis, Benicio Del Toro, Jessica Alba, Clive Owen, Rosario Dawson, Brittany MurphySin City Le Grand Carnage Clive Owen Rosario DawsonC’est Ă©galement l’occasion de faire revenir sur le devant de la scène quelques stars oubliĂ©es comme Rugter Hauer et surtout Mickey Rourke qui amorce lĂ  un come-back fracassant. Sans compter la participation du poto Tarantino sur une scène qui porte bien son empreinte.

Avec cette adaptation rĂ©ussie et dont on attend toujours la suite, Robert Rodriguez et Frank Miller prĂ©sentent au public et Ă  Cannes une Ĺ“uvre atypique, tant sur le fond que sur la forme qui sera plĂ©biscitĂ©e par les fans de comics. Le film ouvre ainsi la voie Ă  de prochaines adaptations de Miller et tournages sur fond vert (300) et l’auteur rend grand public son image d’artiste en marge mais adorĂ© des geeks, renforçant son statut d’auteur culte.

publié dans :Cinéma Culte du dimanche

  1. 13/10/2010 Ă  12:26 | #1

    C’est moche et y’a pas de mise en scène…

    Ah si y’a le retour de Mickey Rourke! La vrai raison d’exister de ce film!