Accueil > Cinéma, Culte du dimanche > Culte du dimanche : Seven

Culte du dimanche : Seven

posté le 06/06/2010 FredP

seven david fincher brad pitt blog cinéma culte critique film myscreens

S’il est un thriller qui n’a pas vieilli en 15 ans, c’est bien le film qui a rendu David Fincher culte : Seven.

blog cinema myscreens seven culteAprès le semi-Ă©chec d’Alien 3, David Fincher a revu ses ambitions et surtout son approche d’Hollywood. Il faut dire que voir son premier film cinĂ©ma se faire remonter par les producteurs n’est jamais plaisant. Du coup, l’ancien rĂ©alisateur de pubs se tourne vers un budget plus restreint mais avec un scĂ©nario bĂ©ton qui lui offre toute la libertĂ© qu’il dĂ©sirait : Seven.

Des meurtres faisant chacun penser au 7 pĂ©chĂ© capitaux sont commis dans une ville noyĂ©e sous la pluie dont on ne connaitra pas vraiment le nom. Un policier Ă  deux doigts de la retraite (le toujours parfait Morgan Freeman) enquĂŞte sur l’affaire, flanquĂ© d’un jeune loup. Au fur et Ă  mesure qu’ils avancent ils se retrouveront devant des scènes de plus en plus atroces alors que le tueur va se rapprocher de leur intimitĂ©.

Seven Brad Pitt Morgan Freeman myscreens blog cinemaLe script a le don de foutre la chair de poule, d’autant que le gĂ©nĂ©rique d’ouverture Ă  l’image clipesque sur musique de NIN plonge tout de suite dans l’ambiance poisseuse du film. Du coup, Ă  la dĂ©couverte de chaque corps est une Ă©preuve Ă  chaque fois plus intense pour le spectateur (mention spĂ©ciale Ă  la paresse), jusqu’Ă  un final aussi insupportable que la rĂ©vĂ©lation de John Doe (le serial-killer sans nom, sans identitĂ©, parfait Kevin Spacey) Ă  David Mills.

David Fincher frappe un grand coup avec Seven. Il poursuit l’ambiance sombre qu’il avait adoptĂ© dans son Alien et plante d’emblĂ©e les graines de son cinĂ©ma ses prĂ©occupations pour les maux de notre sociĂ©tĂ©. Seven myscreens blog cinema film culteEn deux films, le rĂ©alisateur montre dĂ©jĂ  une certaine maturitĂ© et surtout une sacrĂ©e efficacitĂ© pour faire monter la tension alors qu’il n’y a pour ainsi dire presque aucune scène d’action dans le film. Tout est basĂ© sur l’ambiance et la montĂ©e en puissance des rĂ©vĂ©lations.

Il poursuivra dans la mĂŞme veine avec ses 2 films suivants (The Game et Fight Club), formant une « trilogie » cohĂ©rente sur la nature sombre de la sociĂ©tĂ© de consommation et cette perte d’identitĂ© de l’individu dans un monde se la jouant collectif.

Seven Brad Pitt MyScreens blog cinemaC’est aussi avec Seven que dĂ©bute une fructueuse collaboration entre Fincher et Pitt. Les deux s’entendent tellement bien qu’ils renouvelleront leur travail sur Fight Club et plus rĂ©cemment dans le romantique Benjamin Button, toujours Ă  la recherche d’une histoire originale Ă  raconter et Ă  l’origine de prestations hallucinantes de Pitt.

RĂ©sultat, bien lui en a pris Ă  Fincher de retrouver les petits studios. Il nous offre un thriller aussi marquant qu’un Silence des Agneaux, le plus intĂ©ressant des annĂ©es 90. Aujourd’hui, l’ambiance est toujours aussi saisissante grâce au savoir faire du rĂ©alisateur et Ă  des acteurs impeccables.

Un autre film culte de David Fincher : Fight Club, à découvrir ici.

publié dans :Cinéma Culte du dimanche

  1. BrunoTaff
    11/06/2010 Ă  14:19 | #1

    Plus qu’un film culte, il a dĂ©finit le style du thriller moderne… Tellement plagiĂ© depuis qu’on ne se rend plus compte Ă  quel point il Ă©tait innovant dans la mise en scène et l’ambiance.