Accueil > CinĂ©ma, Culte du dimanche > Culte du dimanche : l’Antre de la Folie

Culte du dimanche : l’Antre de la Folie

posté le 31/10/2010 FredP

l'Antre de la Folie John Carpenter Culte Myscreens blog cinéma

Halloween est toujours l’occasion de parler d’un film fantastique. On ne dĂ©rogera pas Ă  la règle en parlant de l’hommage de l’un des maĂ®tres du genre, John Carpenter, Ă  la plus grande source d’inspiration, Lovecraft, avec l’Antre de la Folie.

Après The Thing entrĂ© au panthĂ©on du cinĂ© fantastique et un Prince des TĂ©nèbres plus confidentiel, en 1994, John Carpenter mettait fin Ă  sa trilogie de l’Apocalypse avec L’Antre de la Folie. Ici, pas de crĂ©ature extraterrestre ou de menace satanique mais des crĂ©atures ancestrales cherchant Ă  revenir grâce Ă  un Ă©crivain plutĂ´t Ă©trange. Sutter Cane est l’auteur de nombreux romans fantastiques Ă  succès qui a disparu et que John Trent, enquĂŞteur pour les assurances, est chargĂ© de retrouver. Mais plus Trent s’aventure dans l’univers de l’Ă©crivain plus il dĂ©couvre un monde Ă©trange, une menace indisible cherchant Ă  revenir dans notre dimension pour y apporter le chaos.

Si l’Antre de la Folie n’est pas le plus grand des Carpenter, le plus effrayant ou le plus barrĂ©, il est tout de mĂŞme l’un des plus passionnants puisqu‘il revient aux sources-mĂŞmes du cinĂ©ma fantastique s’inspirant de littĂ©rature. Ainsi, il est impossible de ne pas penser que Sutter Cane est la vision de Carpenter d’un Stephen King un peu barrĂ© et mĂ©glo sur les bords, puisant son inspiration dans un univers Ă©trange et dont le succès lobotomise les lecteurs. Mais surtout, au-delĂ  de la vision commerciale d’un Stephen King (qui prĂ©fère faire des tĂ©lĂ©films plutĂ´t que d’accepter la rĂ©ussite du Shining de Kubrick), Carpenter va directement rendre hommage au plus grand Ă©crivain fantastique moderne, HP Lovecraft. En effet, cette menace sombre, le monde basculant peu Ă  peu dans le fantastique et dans la folie, ces monstres dĂ©mons issus d’une dimension antique avant la conscience de l’homme rappellent grandement cette littĂ©rature fantastique hors du commun aux multiples influences.

Avec une matière aussi riche, John Carpenter nous prĂ©sente alors un film somme prenant et fascinant oĂą les repères du hĂ©ros s’effacent petit Ă  petit, perdant alors Ă©galement le spectateur. Il faut dire que Sam Neill a trouvĂ© ici l’un de ses meilleurs rĂ´les, oscillant entre un caractère rĂ©aliste et une folie s’installant peu Ă  peu dans son esprit …  ou bien est-ce dans l’esprit des autres que cette folie s’immisce ? Car le rĂ©alisateur s’interroge aussi sur l’impact que peuvent avoir certaines Ĺ“uvres sur le public, ou comment instiller dans les esprit la mĂŞme pensĂ©e sur une crĂ©ation, retirant tout sens critique et faisant basculer le monde dans l’aliĂ©nation totale. Mais ce peut-ĂŞtre aussi une critique sur la lobotomisation consumĂ©riste conduisant notre monde Ă  sa perte. Peu d’effets suffisent pour nous faire croire Ă  cette irruption du fantastique dans le quotidien et ces effets surprennent. Ils ont certes un peu vieilli mais contribuent toujours Ă  l’ambiance sombre du film.

Fascinant, le film est  une rĂ©flexion aussi bien sur le quotidien que sur l’art et nous interroge alors sur notre libre arbritre tout en rendant hommage aux maĂ®tres du fantastique. Impossible du coup de passer Ă  cĂ´tĂ© de cette Ĺ“uvre riche et culte de John Carpenter.

publié dans :Cinéma Culte du dimanche

  1. 01/11/2010 Ă  21:37 | #1

    Je n’ai jamais vu ce film mais Ă  la lecture de ta critique je me dis que c’est une lacune Ă  combler.

  2. Vincent
    20/04/2011 Ă  11:04 | #2

    L’ANTRE DE LA FOLIE est LE CHEF-D’OEUVRE de Carpenter. MĂŞme Halloween et Le Prince des TĂ©nèbres ne lui arrive pas Ă  la cheville.

    En fait dans le fantastique, c’est LE CHEF D’OEUVRE. Et Ă  mon sens le seul film qui me fait flipper l’univers Lovecraftien y Ă©tant tant reprĂ©sentĂ©. Halloween c’est ridicule tellement c’est nul. Comme les autres films de la lignĂ©e tels Jason Vendredi 13 ou encore dans une moindre mesure les Wes Craven » Scream»  et autres cochonneries qui ne n’effraieraient mĂŞme pas un gosse de six ans. Je comprends pas pourquoi L’ANTRE DE LA FOLIE (qui est le seul film Ă  m’avoir fait flipper et pourtant je suis uns sacrĂ© cinĂ©phile) est considĂ©rĂ© comme seulement » l’un des bons films»  de Carpenter alors que c’est LE CHEF D’OEUVRE (et celui qui me contredira dĂ©solĂ© mais son avis ne m’intĂ©resse pas) de l’horreur. Le seul film d» ’horreur»  Ă  m’avoir fait flipper carrĂ©ment: La preuve j’en parle 17 ans après l’avoir vu six fois au cinĂ©ma… (et je possède 2 Ă©ditions dvd dont le dernier rĂ©cent sublime).

    Ceux qui ne le considèrent que comme un bon film ne connaissent très probablement pas l’univers lovecraftien, qui est la base de l’horreur et du fantastique.

    Les films de zombies Ă  la con ou de tueurs gnugnuches Ă  la hache ou au couteau qu’on repère Ă  cent mètres me font bien rigoler en revanche. Pour l’Antre De La Folie, je souhaitais pas juste m’Ă©veiller dans ce type de rĂŞve vous comprenez?